Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘péniche’

Dans le Paris de Notre-Dame (Edmond Bacri),(Marius Herschkovitch)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2019



 

    

Dans le Paris de Notre-Dame
De Notre-Dame de Paris
Y a un clochard qu’en a plein le dos
De porter Notre-Dame sur son dos
Il se prend pour Quasimodo
Regarde en l’air, la vie qui grouille
Au lieu de faire des ronds dans l’eau
Tu peux pas vivre comme une grenouille
Moitié sur terre, moitié sur l’eau
Moi, je préfère rester là-haut

Dans le jardin de Notre-Dame
Où l’on se fait de bons amis
Y a qu’à se promener chaque matin
Un peu de maïs au creux des mains
Les pigeons, moi, je les aime bien
Les péniches
Se fichent
Des pigeons de la Cité
Goélettes
Mouettes
Elles n’ont que ça dans l’idée

Oui, mais autour de Notre-Dame
Y a des voyages à bon marché
Et ces petits coins où le bonheur
Empêche les maisons de pousser
On l’appelle « Marché aux fleurs »
Henri Quatre
Verdâtre
Aime sous son verre de gris
La vieille flèche
Qui lèche
Le plafond gris de Paris

Et toi, sous le pont de Notre-Dame
Regarde en l’air, tu comprendras
Que si tout le monde faisait comme toi
Dans ton pinard y’aurait de la pluie
Même les ponts, ça se construit
Car pour aller de Notre-Dame
De Notre-Dame jusqu’à Paris
Il a bien fallu se mettre au boulot
Et porter de pierres sur son dos
Pour passer par-dessus l’eau

Voilà pourquoi Paris s’enroule
S’enroule comme un escargot
Pourquoi la terre s’est mise en boule
Autour des cloches du parvis
De Notre-Dame de Paris

(Edmond Bacri),(Marius Herschkovitch)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils étaient six dans la cave (René Druart)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2018



guerre [800x600]

Ils étaient six dans la cave.
On sait qu’ils y sont encore.
Mais où est la cave ?

***

Tronçonné par les obus,
Le blanc serpent de la route
Rampe sur une nouvelle piste.

***

Sur l’écoutille d’une péniche
Sombrée dans le petit port,
Un pinson chante.

***

Dans les arbres fracassés
Miracle!
Un alléluia d’oiseaux!

(René Druart)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poussière (Balbino)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2018



 

la_danse_de_la_poussiere TOMAS JANUSKA

 

Poussière

Je suis la poussière
sur chacun des vieux livres
qu’ils ont emportés.

Je suis la poussière
dans les traits du soleil
que je ne vois plus.

Je suis la poussière
sur les bottes des anges
qui reviennent de loin.

Je suis la poussière…

Je suis la poussière
sur le pont des péniches
qui m’ennuient.

Je suis la poussière
sur le piano
qui se tait.

Je suis la poussière
dans cette urne scellée
qui ne te retient pas.

Je suis la poussière.
Poussières…

(Balbino)

Illustration: Tomas Januska

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A l’escale des mariniers (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018




    
A l’escale des mariniers dans la ville, jadis,
l’étonnement mutuel de leur péniche et des quais.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Café de la marine (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



 

Café de la marine

Mon poids de peines
Sur ton chaland belle marinière
Il n’irait pas jusqu’à la mer

Si tu m’aperçois sur la rive
A tanguer comme une barque entre deux vins
Honore mon passage d’un sourire

Ou si tu veux tends tes bras blancs
Quand tu me verras m’en allant
Pâle avec mes lèvres d’eau

Comment fais-tu pour remonter ainsi
Le cours des fleuves
Moi qui vais toujours à la dérive

Et pourquoi faut-il que j’aie moi
Point matelot ni à voile ni à vapeur
Une péniche dans le coeur

Mon poids de peines sur ton chaland
Belle marinière
Il n’irait pas jusqu’à la mer

(Paul Louis Rossi)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

CANAUX (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018



Illustration: Suzy Dohollo
    
CANAUX

La péniche berce
La mule aux grelots,
Au gré du falot
Le bois d’une perche.

— La lune au loin cherche
Son chemin sur l’eau —

Le marinier dort
Sous le faix du ciel.
De l’écluse au port,
Émeraude et miel :
(Du canal au ciel),
Le marinier dort…

Dérive des rives
Le bateau s’en va,
Mais un ange est là,
Debout sur l’avant
Et les mains au vent.

Ainsi ma vie coule,
Traverse la foule.

(Maurice Fombeure)

 

Recueil: A dos d’oiseau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Résumons-nous (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
Résumons-nous :
Je suis enamouré
Le ciel se propage de feuille
En feuille
Comme dans les annonciations
Et sur la rive du fleuve où nous regardons les péniches
Emplies de vieux charbon passer au chevet de Notre-Dame
Puis chavire à coup sûr quand
Tu m’attires
Dans les cinq mètres carrés de la cabine
Où convoler
En vertu d’une science infuse et légère

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Entre-Temps
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Songe (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2017



La fougère attriste un baiser
Qui perd sur elle un nom de fleur
Dans la péniche est son cercueil
Lent sur l’eau meuble qui transporte
Beaucoup de vivants pour un mort

(Joë Bousquet)


Illustration: Pierre Lemoine

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le canal Saint-Martin (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2016



 

Sur le canal Saint-Martin glisse,
Lisse et peinte comme un joujou,
Une péniche en acajou,
Avec ses volets à coulisse,
Un caillebot au minium,
Et deux pots de géranium
Pour la Picarde, en bas, qui trôle.

(Paul-Jean Toulet)

Illustration: Abraham Mintchine

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Temps des péniches (Paul Celan)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2016



Temps des péniches
les transformés à moitié se traînent
jusqu’à l’un des mondes

le déposé, réenclos,
parle sous les fronts de la rive :
de la mort quitte, de dieu
quitte.

Rapatrié dans l’oubli
le parler-hôte de nos
yeux lents

rapatrié syllabe par syllabe, partagé
par les dés aveugles de jour, vers quoi
s’agrippe la main du joueur, grande,
dans le réveil

Et le trop de mes discours :
déposé sur le petit
cristal dans le fardeau de ton silence.

(Paul Celan)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :