Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘penser’

Ce que je fais, dis, pense, éprouve, désire, reçois …(Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2022




    
Ce que je fais, dis, pense, éprouve, désire, reçois…
ne peut me contenir.

(Charles Juliet)

Recueil: Pour plus de lumière anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

« Je ne penserai rien » (Sylvain Tesson)(Arthur Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2022



Illustration: Ndary Lo
    
« Je ne penserai rien », dit le marcheur.
La marche, grand lavement de l’esprit.
« Mais que salubre est le vent! »

(Sylvain Tesson)(Arthur Rimbaud)

Recueil: Un été avec Rimbaud
Traduction:
Editions: Equateurs France Inter

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Si la mort, jamais ne venait (Nezahualcoyotl)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2021




Je suis ivre, je pleure et me tourmente,
Je pense, et me parle, et me dis en moi-même :
Si la mort, jamais ne venait,
Et si j’étais sûr de ne jamais disparaître ?
Là où la mort n’existe pas ,
Là où elle est réduite à merci,
C’est là-bas que je m’en vais…

Si la mort, jamais ne venait,
Et si j’étais sûr de ne jamais disparaître ?

(Nezahualcoyotl)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ARRÊT D’UNE MINUTE… (Serge Lardans)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2021




ARRÊT D’UNE MINUTE…

Parce que c’est important,
de temps en temps,
je m’offre une minute de silence…
En hommage, bien sûr,
à ma mémoire future !
Mais aussi,
cet instant précis,
pour comprendre que je vis.

Toucher et caresser un objet,
goûter et savourer un bruit,
écouter le bruit de la rue,
regarder les nuages qui passent,
sentir cette odeur de terre mouillée
laquelle s’ajoute
celles de l’herbe et des feuilles, mêlées,
ah ! respirer, respirer profondément,
et intensément, comprendre que je vis,
une fois, une seule fois,
quel que soit le décor,
mais seul dépositaire de ce cadeau :
ma vie, ce trésor
perdu dans le temps…

Quand vous m’accorderez
la minute de silence
qui est due
à ceux qui ne sont plus,
quand vous vous souviendrez de moi,
vous penserez à tout cela…

(Serge Lardans)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tous ces fils (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2021



Je suis le poste central où tous les fils
aboutissent
J’entends ce qu’ils disent tous
que des choses que de lumières et de bruits
jamais je ne pourrais donner toutes les communications qu’on me demande
jamais je ne pourrai entendre tout ce qu’ils pensent
tous ces fils

(Pierre Albert-Birot)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La longue nuit (Zen)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2021




    
La longue nuit
Le bruit de l’eau
Dit ce que je pense

***

Nagaki yoya
Omou koto iu
Miso no oto

(Zen)

 

Recueil: Le doigt et la lune (Alexandro Jodorowsky)
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le défaut des hommes (Xu Gan)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2021



    

Le défaut des hommes
est de déplorer la mort au lieu d’aimer la vie.
De regretter le passé au lieu de penser à l’avenir.

(Xu Gan)

 

Recueil: Et le souffle devint signe (François Cheng)
Traduction:
Editions: L’ICONOCLASTE

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Comment penser que j’aurais pu n’avoir jamais été (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2021



Comment penser que j’aurais pu n’avoir jamais été,
puisque je suis, qui le pense?
Ou alors, c’est parce que je ne suis pas vraiment,
qui le pense…

(Roger Munier)

Posted in méditations | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Je n’écris que pour toi (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2021



Je n’écris que pour toi
qui penses que ceci
est comme écrit pour toi.

(Roger Munier)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le jardin (Robert Momeux)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2021



Le jardin a toujours cette allure
A laquelle je n’ai jamais pu me faire
D’être immense et sauvage
Alors qu’il est sage et petit à tout prendre
Le gravier a cet air que je lui connais
d’avoir conservé la chaleur de l’été
Même si le ciel est couvert de nuages .
Il fait penser — et je ne sais pourquoi —
A une femme triste qui penche la tête.

(Robert Momeux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :