Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘percevoir’

Souffle du souffle (Brihadâranyaka-upanishad)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2021


pissenlit

Souffle du souffle,
et vue de la vue,
et ouïe de l’ouïe,
pensée de la pensée – ceux qui le connaissent
ont discerné la Parole antique, originelle.

Par la pensée il faut le percevoir.
Rien ici-bas n’existe séparément.
De mort en mort celui-là va
qui voit les choses comme séparées.

En unité il faut le percevoir,
cela l’immense, cela le stable,
hors de trouble, passant l’espace,
le Soi sans naissance, le grand, le stable.

Quand le sage l’a reconnu,
qu’il accomplisse son savoir, lui brâhmane.
Qu’il n’égare sa pensée en mots nombreux:
c’est l’affaiblissement de la parole.

(Brihadâranyaka-upanishad)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

Tout ce qui apparaît (Dalaï-Lama IIème)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2021



 

Tout ce qui apparaît n’existe pas vraiment
de la manière dont nous le percevons.
Ce sont simplement des images vides.
Nous sommes autant abusés sur leur mode d’existence véritable
qu’une personne trompée par les tours d’un magicien.

(Dalaï-Lama IIème)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout percevoir d’un coup (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2020


 


Pascal Roy 6

Tout percevoir
d’un coup
sans langage

(Zéno Bianu)

Illustration: Pascal Roy

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

INITIATION (Emanuel Aligizakis)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2020



Illustration: Leonid Afremov
    
Poem of the week Ithaca 644
Initiation by Emanuel Aligizakis (Crete)

Poem in Dutch, Spanish, English, French, Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Bulgarian, Icelandic, Russian, Malaya, Filipino, Hebrew, Tamil, Kurdish, Bangla
– ALL TRANSLATIONS ARE MADE IN COLLABORATION WITH GERMAIN DROOGENBROODT –

INITIATION

Rêveur,
tableau infini
d’un cyprès en méditation
frôlement des doigts
léger comme une plume et souffle
sons célestes
perçus

et dans tes yeux,
dans tes larmes,
je veux découvrir l’inconcevable,
l’occulte début
du temps.

Traduction de Elisabeth Gerlache
Translation into French by Elisabeth Gerlache

***

INITIATIE

Dromerig
grenzeloos beeld
van een cipres in meditatie
vederlichte aanraking
van vingers en adem
hemelse geluiden
ervaren

en in je ogen,
in je tranen,
wil ik het ondenkbare,
het ondoorgrondelijk begin
van de tijd ontdekken.

Vertaling Germain Droogenbroodt
Translation into Dutch by Germain Droogenbroodt

***

INICIACIÓN

Imagen
de ensueño sin límites
de un ciprés meditando
toque sutil
de dedos y respiraciones
percibiendo
sonidos primorosos

y en tus ojos,
en tus lágrimas,
quiero descubrir
inconcebible
y críptica
la iniciación del tiempo.

Traducción Rafael Carcelén
Translation into Spanish by Rafael Carcelén

***

INITIATION

Borderless,
dreamy image
of a cypress in meditation,
feathery touch
of fingers and breaths
experienced,
heavenly sounds

and in your eyes,
in your teardrop,
I want to discover
the inconceivable
and cryptic
initiation of time.

Translation into English by the author

***

INIZIAZIONE

Senza confini,
l’immagine di sogno
di un cipresso in meditazione,
l’esperienza
del tocco leggero
di dita e respiri,
suoni del paradiso

e nei tuoi occhi,
nelle tue lacrime,
voglio trovare
l’inconcepibile
e misteriosa
iniziazione del tempo.

Traduzione Luca Benassi
Translation into Italian by Luca Benassi

***

Einweihung

Verträumtes,
grenzenloses Bild
einer meditierenden Zypresse
federleichte Berührung
von Fingern und Atemzügen
erfahren

und in deinen Augen
in deinen Tränen
möchte ich das Unvorstellbare,
den unergründlichen Anfang
der Zeit entdecken.

Übersetzung: Wolfgang Klinck
Trranslation into German by Wolfgang Klinck

***

INICIAÇÃO

Imagem
de sonhos sem limites
de um cipreste meditando
toque sutil
de dedos e respirações
percebendo
sons primorosos
e nos teus olhos,
nas tuas lágrimas,
quero descobrir
inconcebível
e misteriosa
a iniciação do tempo.

Tradução ao português: José Eduardo Degrazia
Translation into Portuguese by José Eduardo Degrazia

***

PRINCIPIU

scunfinati
immagini ammagaturi
di un cipressu in riflissioni
toccu liggeru
di jidita and ciati
sintuti,
soni di paradisu

e ntê to occhi
nta to lacrima,
vogghiu scupriri
ddu mpinzabbili
e mistiriusu
principiu di lu tempu.

Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla
Translation into Sicilian by Gaetano Cipolla

***

INCIPIENȚĂ

Imagine de vis
abur fără de margini
chiparos meditând
atins de deget, duhul respirat
e freamătul vieții,

iar eu în ochii tăi
încerc să deslușesc
ascuns în lacrimi
sensul nepătruns
al clipei incipiente.

Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg
Translation into Romanian Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

INICJACJA

Nieskończony,
senny obraz
medytacji cyprysa we mgle
wrażliwy dotyk
palców i oddechy
ożywione
nieziemskie dźwięki

a ja w twoich oczach
w twojej łzie
chcę odnaleźć
niepojętą
i ukrytą
tajemnicę czasu

Przekład na polski: Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka
Translation into Polish by Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka

***

ΜYHΣH

Ονειρεμένη εικόνα
ασυνόρευτη του πεύκου
διαλογισμός και αχλή
αφή δαχτύλων και πνοών
που ζουν θεσπέσιους ήχους

κι εγώ στα μάτια σου
ψάχνω να βρω
σε δάκρυ
ασύλληπτη
κι απόκρυφη
τη μύηση του χρόνου.

MANOLIS ALIGIZAKIS, Crete

***

启 始

无边无际,
冥想中一棵
柏树的梦幻形象,
经历过的
手指和呼吸的
羽毛般的触感,
天国的声音
而飘落你眼里,
落进你的眼泪,
我想发现
这不可思议
和隐晦的
时间的启始。

汉 译:中 国 周道模
Translation into Chinese by William Zhou

***

مبادرة

بدون حدود
صورة حالمة
لشجرة سرو في حالة تأمل
لمسة أصابع، كأنها الريش
وأنفاس عارفة
أصوات سماوية
في عينيك وفي دمعتك
أريد أن أعثر على ما لا يعقل
على ما لا يرى
في منبع الوقت

ترجمة عن الانجليزية: سارة سليم
Translation into Arab by Sarah Selim

***

दीक्षा

सीमाहीन,
काल्पनिक छवि
ध्यान में एक सरू की,
पंख छूने वाला
उंगलियों और सांसों की
अनुभव,
स्वर्ग की आवाज़
और तुम्हारी आँखों में,
अपने अश्रु में,
मैं खोजना चाहता हूं
अविवेकी
और गूढ़
समय की दीक्षा।

Translation into Hindi by Jyotirmaya Thakur

***

創始

瞑想のなか
縁のない糸杉のおぼろげなイメージ
指と呼吸の羽のような感触
聞き覚えのある
天空の音

そして、
あなたの眼の中に
あなたの涙のしずくの中に
わたしは時間の創始についての
想像も及ばない秘密を見つけたい

Translation into Japanese by Manabu Kitawaki

***

آغاز

بی مرز،
تصویری رویایی
ازمدیتیشنی رازگونه،
نوازشی
از انگشتان و نفس ها
تجربه شده بود،
اصوات بهشتى
و در چشمانت،
در قطرات اشكت،
مى خواهم كشف كنم
آغاز غير قابل تصور و
مرموز
زمان را.

ترجمه: سپیده زمانی
Translation into Farsi by Sepideh Zamani

***

ПОСВЕЩАВАНЕ

Безграничност,
смътен образ
на замечтан кипарис,
пухкаво докосване
на пръсти и дихания
усетени,
звуци ангелски
и в твоите очи,
в сълзата ти
аз искам да открия
невъобразимото
и тайнственото
посвещаване на времето.

превод от английски: Иван Христов
Translation into Bulgarian by Ivan Hristov

***

UPPHAF

Takmarkalaus,
draumkennd mynd
af kýprusviði í hugleiðslu,
fislétt snerting
fingra og anda
finnst,
himneskir hljómar
og í augum þínum,
í tári þínu,
vil ég komast að
ótrúlegu
og dularfullu
upphafi tímans.

Þór Stefánsson þýddi samkvæmt enskri þýðingu höfundar
Translation into Icelandic by Þór Stefánsson

***

НАЧАЛО

Мечтательный,
бесконечный вид
раздумчивого кипариса,
легкое прикосновение
пальцев и дыхание,
небесные звуки –
это все я испытал.

и в твоих глазах,
в твоих слезах,
хочу увидеть
немыслимое,
таинственное начало
времени.

Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translation into Russian by Daria Mishueva

***

PERMULAAN

Tanpa sempadan,
gambaran melamun
pohon sipres dalam kenangan
sentuhan ringan
jari-jemari dan nafas
mengalami,
bunyi syurgawi

Dalam matamu,
dalam titis air matamu,
aku ingin menemui
rahsia yang tidak difahami
permulaan waktu samar.

Penterjemah : Dr.Raja Rajeswari Seetha Raman
Translation into Malay by Dr.Raja Rajeswari Seetha Raman

***

PAGPAPASIMULA

Walang hangganan,
pangarap na kaanyuan,
ng nagmumuni-muning sipres
masuyong paghaplos
ng mga daliri at mga hininga
naranasan,
ang himig makalangit
at sa iyong mga mata,
sa patak ng ‘yong luha,
Ibig kong matuklasan
ang hindi mapag-aalinlanganan
at misteryosong
pagpapasimula ng panahon.

Translation into Filipino by Eden S Trinidad

***

טקס חניכה / מנוליס אליגיזאקיס– כרתים

חַסְרַת גְּבוּלוֹת,
דְּמוּת חֲלוֹמִית
שֶׁל בְּרוֹשׁ בְּמֶדִיטַצְיָה,
מַגָּע נוֹצָתִי
שֶׁל אֶצְבָּעוֹת וּנְשִׁימוֹת
מְנֻסּוֹת,
צְלִילִים שְׁמֵימִיִּים

וּבְעֵינַיִךְ,
בְּטִפַּת דִּמְעָתֵךְ,
אֲנִי רוֹצֶה לְגַלּוֹת
אֶת טֶקֶס הַחֲנִיכָה
הַסָּמוּי
וְהַבִּלְתִּי נִתְפָּס
שֶׁל הַזְּמַן.

מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translation into Hebrew by Dorit Weisman

***

குழுவிற்கு அறிமுகம்
எல்லைகாணாத
சைப்ரஸ் தியானத்தில்

கனவு உருவம்
விரல்களையும் மூச்சையும்
இறகு தீண்டுதலை
அனுபவித்தேன்!
சொர்க்கத்தின் இனிய ஒலிகள்
உனது கண்களில்
உன் கண்ணீர் துளியில்
நினைக்க முடியாத,
மறைவான
குழுவிற்கு காலத்தின் அறிமுகத்தை
காண, கண்டுபிடிக்க
விரும்புகிறேன்!
இயற்றியது

Translation into Tamil by Dr. N.V. Subbaraman

***

VEKIRIN

Wêneya
bêsînordar xewnayî
ya kajeke hizrokî
pelîna pernermî
bi zanîna
tilî û hinaseyan

û di çehvên te
rondikên te de
ez dixwazim destpêkeke
jêrerdanî çehvrênekirî
ya demê bibînim.

Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

অভিষেক

সীমাহীন,
স্বপ্নীল চিত্রগুলি
ধ্যানে একটি সাইপ্রাস,
পালকের স্পর্শ
অঙ্গুলি আর শ্বাসের
অনুভূত,
ঐশ্বরিক শব্দগুলি
আর তোমার নয়নে,
তোমার অশ্রু বারি চয়ে,
আমি খুঁজতে চাই
অসম্ভব
আর রহস্যময়
সময়ের অভিষেক।

Translation into Bangla by: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

(Emanuel Aligizakis)

Recueil: ITHACA 644
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous y voilà, nous y sommes ! (Fred Vargas)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2020




    
Nous y voilà, nous y sommes !

Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.
Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.

Nous avons chanté, dansé.

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air,
nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde,
nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche,
nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles,
comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre,
déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome,
enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés.

Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses
que de biner des pommes de terre.

Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.

C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :

Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs,
éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin,
relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille)
récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines,
on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

(Fred Vargas)

Fred Vargas – 7 novembre 2008 – EuropeEcologie.fr

Lu mise en musique par Philippe Torreton et Richard Kolinka
https://twitter.com/elsaboublil/status/1253749194910838785?s=20

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’APPROCHE DU SILENCE (Gyula Illyès)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2020



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’APPROCHE DU SILENCE

En brèves apparitions, par la porte du jardin,
la jeune pluie subrepticement dérobe en ses voiles qu’elle déploie, la lumière qu’elle irise.
Sur ses pointes de danseuse, elle virevolte, s’arrête aux aguets,
se mire dans des boules de verre, sautille, s’esquive, s’éclipse,
mais sa présence persiste dans le jardin de gouttes constellé.

Les plantes ont pris le parti du soleil, tout brille davantage sous la lumière mouillée.
Un seul oiseau inquiet, attentif, cesse ses trilles.
Sur mon âge lourd la pluie est si légère et je sens les changements faciles.
Encore un oiseau se tait et je perçois ce peu de silence aussi.
Cet infime silence amical, pourtant parcelle d’infini, crée un cadre à tant de charmes légers, entourant ce qui s’appesantit.

(Gyula Illyès)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chat (Gérard le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2020




Illustration: ArbreaPhotos
    
Le chat

Quand le chat s’allonge
Dans le fauteuil de ma chambre,
La nuit devient plus sereine.

Dans les ténèbres veille
La flamme sans sommeil
De sa vigilance secrète.

Je ne perçois pas son souffle,
Ni ses griffes sur le tissu,
Que son âme légère répandue

Comme un parfum qui me rassure
Puis rapidement m’endort.

(Gérard le Gouic)

 

Recueil: Les poèmes ont des oreilles
Traduction:
Editions: Rue du Monde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Instructions pour lire mes poèmes (Hervé Le Tellier)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2020




    
Instructions pour lire mes poèmes

pour lire mes poèmes tu dois
être seule au calme dans le presque noir

chaque poème il faut le lire à voix douce lentement
tu dois bien respecter les pauses
que le poète a indiquées
il fait son métier de poème le poème
il ne faut pas l’en empêcher
il accomplit sa destinée
alors si écoute bien si
au détour d’un mot d’une rime ou d’un rien
tu perçois quelque chose en toi
qui bouge
une couleur rouge
quelque chose qui fait un peu mal
aussi un petit peu de bien
ne touche à rien n’arrête pas
le poème fait son travail
c’est tout à fait normal
tu peux retourner en arrière
relire plusieurs fois les mots
le poème est à toi aussi
car c’est pour toi qu’on l’a écrit
tu as le droit d’y revenir d’y poser tes silences à toi
mais mais si tu sens qu’il faudrait t’arrêter
parce que ça te remue fort déjà
et qu’il se passe quelque chose à l’intérieur
cette chose dont tu ne voulais pas
il faut pourtant continuer encore et encore et encore
tant pis pour l’eau qui mouille ta joue
laisse lui faire son métier au poème
parce qu’il veut tellement tellement que tu l’aimes
le poème

(Hervé Le Tellier)

 

Recueil: Les poèmes ont des oreilles
Traduction:
Editions: Rue du Monde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec la baguette des mots (Nicolas Dieterlé)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2019



 

Avec la baguette des mots je tiens le monde à distance afin de l’aimer mieux

Les mots sont l’affleurement sur le papier,
hors du silence de la page blanche, d’une eau qui me baigne de toutes parts
et que je ne perçois pas directement.
Les mots me la rendent visible, mais avec quelle déperdition !

Il faut que je vise moins le succès, la puissance,
et de plus en plus le consentement et l’accord.
Les arbres me l’apprendront.
L’amour aussi.
L’espace entre les collines.
La minuscule proue sculptée d’un bourgeon

(Nicolas Dieterlé)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une fois j’eus besoin d’un certain mot (Moshe Nadir)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2019




    
Une fois j’eus besoin d’un certain mot.
Je l’ai fait appeler et je l’ai mis à sa juste place.
Soudain j’ai entendu la clameur des mots en tous genres,
jeunes, âgés, neufs ou usés.

J’ai tendu l’oreille et perçu le brouhaha
de la famille perdue du mot, qui l’avait accompagné.
Oncles, tantes, nièces, frères, compatriotes.
Tous se bousculaient et voulaient rester auprès du mot-père.

Je tentais de me les concilier.
Je leur dis : «Je n’ai pas de place et de toute façon
je n’ai nul besoin d’une aussi nombreuse famille. »
Mais ils s’en sont tenu à leur principe :
tous en même temps ou rien.

Finalement, avec les oncles,
tantes, neveux, beaux-frères et concitoyens du mot,
j’ai dû aligner tout un paragraphe.
Rien à faire pour m’en dépêtrer!

(Moshe Nadir)

 

Recueil: Anthologie de la poésie yiddish Le miroir d’un peuple
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :