Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘persistance’

Cette mystérieuse circonstance (Alessandro Baricco)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2018



 

Dimo Kolibarov (3)

Cette mystérieuse circonstance qui fait que les choses de notre passé continuent d’exister
y compris lorsqu’elles sortent de notre vie, et s’épanouissent,
même, en donnant chaque saison de nouveaux fruits, pour une récolte dont nous ne saurons plus rien.

La persistance illogique de la vie.

(Alessandro Baricco)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Dimo Kolibarov

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En moi (le ver) certainement n’est pas droiture (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2017



Les murs ne tombent pas
[6]

En moi (le ver) certainement
n’est pas droiture, mais cette —

persistance ; j’échappai au piège de l’araignée,
griffe d’oiseau, bec de charognard,

me cramponnai au brin d’herbe,
au dos d’une feuille

quand la tempête
l’arracha de sa tige ;

j’échappai, j’explorai
la forêt de rose-ronces,

précipitée par la pluie
dans la vallée d’une feuille ;

puis déposée dans l’herbe
où mât après mât incrusté

portait des enchevêtrements distincts
de matière gemmée

de la brume
à chaque hampe de bannière :

peu intimidée par la multiplicité
de la beauté glorifiée,

que ton grand oeil terne
de gorgone ne peut ni fixer

ni saisir, je profite
de chaque calamité ;

me fraye une sortie en mangeant ;
gorgée de feuille de vigne et de murier,

parasite, je trouve nourriture :
quand tu cries de dégoût,

un ver sur la feuille,
un ver dans la poussière,

un ver sur un épi de blé,
je reste impénitente,

car je sais que le Seigneur Dieu
s’apprête à se manifester, quand moi,

le ver industrieux,
je tisse mon propre linceul.

[7]

Dieux, déesses
portent la coiffe ailée

de cornes, telles les antennes
du papillon,

ou la crête érigée du cobra
pour montrer comment évolue le ver.

***

In me (the worm) clearly
is no righteousness, but this—

persistence; I escaped spider-snar
bird-claw, scavenger bird-beak,

clung to grass-blade,
the back of a leaf

when storm-wind
tore it from its stem;

I escaped, I explored
rose-thorn forest,

was rain-swept
down the valley of a leaf;

was deposited on grass,
where mast by jewelled mast

bore separate ravellings
of encrusted gem-stuff

of the mist
from each banner-staff:

unintimidated by multiplicity
of magnified beauty,

such as your gorgon-great
dull eye can not focus

nor compass, I profit
by every calamity;

I eat my way out of it;
gorged on vine-leaf and mulberry,

parasite, I find nourishment:
when you cry in disgust,

a worm on the leaf,
a worm in the dust,

a worm on the ear-of-wheat,
I am yet unrepentant,

for I know how the Lord God
is about to manifest, when I,

the industrious worm,
spin my own shroud.

Gods, goddesses
wear the winged head-dress

of horns, as the butterfly
antennae,

or the erect king-cobra crest
to show how the worm turns.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien n’est venu de ce que nous attendions (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Rien n’est venu
De ce que nous attendions

Avec l’obstination
De ceux qui grattent
Dans le plâtre des cellules
Le compte des jours

Aucune aube
Qui soit restée une aube

Aucune lumière
Que l’ombre ne rattrape

Et nous nous sommes mis
A aimer

La persistance du vinaigre
Et l’amertume
Insatisfaite de nos alcools
Rien n’est venu
De ce que nous attendions

L’instant
N’est pas dans ce qui attend

(Werner Lambersy)

Illustration: Alberto Galvez

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien n’est venu (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2016



Rien n’est venu
De ce que nous attendions
Avec l’obstination
De ceux qui grattent
Dans le plâtre des cellules
Le compte des jours

Aucune aube
Qui ne soit restée une aube
Aucune lumière
Que l’ombre ne rattrapera

Et nous nous somme mis
A aimer

La persistance des vinaigres
Et l’amertume
Insatisfaite des alcools

Rien n’est venu
De ce que nous attendions

L’instant
N’est pas dans ce qui attend

(Werner Lambersy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien n’est venu de ce que nous attendions (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2015



 

Rien n’est venu
De ce que nous attendions

Avec l’obstination
De ceux qui grattent
Dans le plâtre des cellules
Le compte des jours

Aucune aube
Qui soit restée une aube

Aucune lumière
Que l’ombre ne rattrape

Et nous nous sommes mis
A aimer

La persistance du vinaigre
Et l’amertume
Insatisfaite de nos alcools
Rien n’est venu
De ce que nous attendions

L’instant
N’est pas dans ce qui attend

(Werner Lambersy)

Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’île (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2015



L’île

Lorsque les mastodontes se multiplièrent
et debout commencèrent à marcher
couvrant finalement l’île de narines de pierre,
et lorsqu’ils désignèrent, actifs, leurs descendants : les fils
de la lave et du vent, les petits-fils
de l’air et de la cendre, parcourant
l’île à pieds de géants :
jamais la brise avec ses mains
ni le cyclone avec son crime
ni l’Océanie en sa persistance
pareillement ne travaillèrent.

Grandes têtes pures,
hautes sur leurs cous, regards graves,
géantes mâchoires dressées
dans l’orgueil de leur solitude,
présences,
arrogantes
et soucieuses présences.

Ô graves, solitaires dignités,
qui a osé, qui ose
questionner, interroger
les statues interrogatrices?

Elles sont l’interrogation disséminée
dépassant l’exacte étroitesse,
cette menue taille insulaire,
pour s’adresser au grand océan, au fond même
de l’homme, à l’énigme de son absence.

Quelques corps n’ont pas réussi à se dresser :
leurs bras sont restés là informes, assujettis
au cratère, ces dormeurs
restent couchés dans la rose calcaire,
sans lever les yeux vers la mer,
et les grandes créatures au sommeil horizontal
sont les larves de pierre du mystère :
le vent les a laissées ici quand il a fui la terre :
quand il a cessé d’engendrer des fils de lave.

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :