Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘petitesse’

Je me réveille en pleine nuit (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018




Je me réveille en pleine nuit tout soudain,
et ma pendule occupe la nuit entière.

Je ne sens pas la Nature là-dehors.
Ma chambre est une chose obscure aux murs vaguement blancs.
Là-dehors règne une paix profonde comme si rien n’ existait.
Seule la pendule poursuit son maigre bruit.
Et cette petite chose à engrenages qui se trouve sur ma table
Étouffe toute l’existence de la terre et du ciel…

Je me perds quasiment à penser ce que cela signifie,
Mais je me retourne et me sens sourire dans la nuit du coin des lèvres
Parce que la seule chose que ma pendule symbolise ou signifie
Quand elle remplit de sa petitesse la nuit énorme
C’est cette curieuse sensation même de remplir la nuit énorme
Et c’est une sensation curieuse car il n’y a que pour moi
qu’elle ne remplit pas la nuit
De sa petitesse…

(Fernando Pessoa)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si je n’étais (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2018




    
Si je n’étais

Si je n’étais hors de moi le poème
s’envolerait. Il n’aime que l’essor.
En moi caché, je ne l’aborde pas.
Lui seul prendra la mesure des mots.

Il veut ma place, il envahit l’espace,
il est le temps quand je suis la seconde,
il est distance où je ne suis qu’un pas
et sa grandeur me dit ma petitesse.

Donc révérence. A lui le domicile.
Je me retire, il dispose des lieux
il les emplit de toute sa présence
et moi devant cette porte fermée
j’espère un signe et qui ne vient jamais.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Jarretières (Léon Xanrof)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



Les Jarretières

Le rouge va bien sur le noir.
– Quand je m’en irai à Séville
– et que j’aurais quatre douros,
– j’achèterai des jarretières pour ma belle.

J’achèterai des jarretières rouges,
– avec une devise brodée,
– et je les attacherai moi-même
– sur la cuisse ronde, au-dessus du genou.

La fille que j’aime a de la nuit dans les cheveux,
– et du soleil sur la peau dorée ;
– Ses seins droits ont la pointe sanglante :
– ils ont blessé tant de coeurs…

Ses yeux sont des étoiles noires ;
– sa bouche, une grenade mûre et parfumée ;
– ses dents, des perles sans tache…
– Ce n’est pourtant rien de cela que j’aime.

Ce qui me rend fou d’amour,
– c’est la courbe gracieuse de sa jambe,
– qu’emprisonne la soie noire,
– à travers laquelle transparaît la chair rose.

Lorsqu’elle danse le fandango,
– et que je l’accompagne sur ma guitare,
– toutes les filles sont jalouses d’elle,
– et tous les garçons de moi.

Par le Christ ! Lorsque sa jambe nerveuse,
– plie et bondit avec des tournoiements,
– noire dans l’envolement blanc des jupes,
– je deviens fou et ne sais plus ce que je joue.

En mon coeur s’allume le désir,
– et je voudrais enlever ma belle et l’emporter,
– la couvrir de caresses folles et troublantes,
– et me griser de ses baisers embaumés.

Car ce que j’aime en ma brune,
– ce n’est pas le flot noir et plein de reflets de sa chevelure,
– ni son oeil caché sous la paupière comme une guêpe dans une rose :
– C’est la rondeur de sa jambe et la petitesse de son pied.

Lorsque j’aurai quatre douros, j’irais à Seville,
– et j’achèterai pour ma maîtresse des jarretières,
– que je veux attacher moi-même au-dessus du genoux.
– Le rouge va si bien sur le noir !

(Léon Xanrof)

 Illustration: Tatieva 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme l’alouette, Tosca est oiseau de printemps (Sylvie Fabre. G)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2017



tosca-jpg-800x600

 

Comme l’alouette, Tosca est oiseau
de printemps. Elle aime le vide pur
où s’accorde son cri, et le fait exister
assurée d’habiter le commencement
malgré sa petitesse dans la création
elle ajoute au jour la vaste présence
qui demande à être et dans ses appels
entre la joie poignante d’une exigence
à laquelle, innocente tel l’oiseau
elle nous ramène, élan vers une vie
dont le cri en butant sur le ciel
rebondit exultant dans la lumière.

(Sylvie Fabre. G)

Découvert ici: https://nicolepessin.wordpress.com/

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE BON TEMPS (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2016



 

La Guerre du Feu tigre-sabre

LE BON TEMPS

Rappelons-nous ce jeune temps,
il y a mille et mille doutes,
nous étions purs de petitesse
et nous vivions sans trop gêner
le sort du monde, presque heureux
d’avoir deux paumes, deux genoux
et quelquefois une douceur
dans le regard. C’était l’époque
où l’eau pensait autant que nous,
où l’herbe aimait bien mieux que nous.
Notre planète était très plate
et notre aurore à peine claire;
sans fort y croire, nous songions
à inventer quelques syllabes
et à dompter le feu félin,
mais agressifs les dinosaures
nous exilèrent dans les arbres
et la vraie vie eut lieu sans nous.

(Alain Bosquet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRIERE (Giuseppe Ungaretti)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2016




PRIERE

Que le monde avant l’homme
devait paraître doux.

J’ai osé inventer
et me nommer le monde.

L’homme en tire les démons,
mes créatures, qui me traquent
et qui m’attirent.

Homme, gerbe de reflets séditieux,
livre-toi à l’Être, pleure.

Je reconnais ma petitesse.

De ce qui passe á ce qui dure,
rétablis le rapport, Dieu,
songe immobile.

Egal à l’aile d’abeille
morte, que traîne une fourmi,
énorme est le poids de ma vie.

Sois la mesure, sois le mystère.
Amour, amour, purifiant amour,

Dieu, fais encore que la chair
trompeuse soit l’échelle du salut.

Je voudrais à nouveau
t’entendre dire
qu’en toi enfin anéanties
les âmes s’uniront et formeront, là-haut,
éternelle humanité,
ton sommeil heureux.

(Giuseppe Ungaretti)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Une goutte de rosée (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2015


graphisme-rosée-toile

 

Elle est sublime, la petitesse
d’une goutte de rosée

saisissez-la quand elle tremble
encore sur un pétale

et que le temps s’immobilise et que l’infime
vous accorde l’infini.

(Claude Esteban)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les tournesols (Maeda Yugûre)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2015



Les tournesols
Inondés d’huile dorée
S’étirent nonchalamment sous la petitesse du soleil

(Maeda Yugûre)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :