Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘peut-être’

Qui habite en moi ? (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017




    
Qui habite en moi ?
c’est une conversation à l’intérieur d’un mur
des enfants qui se disent un secret
peut-être l’âme
ou presque

(Luis Mizón)

 

Recueil: Poèmes d’eau et de lumière
Traduction:
Editions: Al Manar

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi ? (François Caradec)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017




Illustration: ArbreaPhotos

    

Pourquoi ?

Pourquoi toujours hier, jamais demain,
ni avant, ni après, ni pendant.

Pourquoi encore?

Toujours jamais
ici ou là, ni oui ni non, jamais assez.

Alors peut-être?

(François Caradec)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un jour Dieu voudra (Coplas Poèmes Andalous)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2017



Illustration: Takahiro Hara
    
Un jour Dieu voudra peut-être
que Pâque tombe un vendredi,
et la lune sur ton toit,
et moi dans le lit où tu dors.

(Coplas Poèmes Andalous)

 

Recueil: Coplas Poèmes de l’amour andalou
Traduction: Guy Lévis Mano
Editions: Allia

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peut-être qu’elle le pleure (Enomoto Kikaku)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2017



Le chat l’a mangé !
La compagne du grillon
Peut-être qu’elle le pleure.

(Enomoto Kikaku)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

LE HIBOU (Pierre Della Faille)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2017



 

LE HIBOU

Le hibou n’est qu’une horloge à plumes, avec deux
cadrans à secondes et une seule aiguille, la petite.
Il marque toujours six heures.
Il se moque, je le sais. Pourtant il est minuit moins le quart
et demain, peut-être, on aura crevé le soleil.

(Pierre Della Faille)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Vous parler? (Sabine Sicaud)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2017



… J’attends – comme le font derrière la fenêtre
Le vieil arbre sans geste et le pinson muet…
Une goutte d’eau pure, un peu de vent, qui sait?
Qu’attendent-ils? Nous l’attendrons ensemble.
Le soleil leur a dit qu’il reviendrait, peut-être…

(Sabine Sicaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Peut-être étais-je trop gourmande (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Peut-être étais-je trop gourmande —
Il me faut — des ciels à tout le moins —
Car les Terres, foisonnent autant
Que les Baies, dans ma Ville natale —

Mon Panier ne contient — que — des Firmaments —
Ceux-là — à mon bras — aisément se balancent,
Quand de moindres ballots sont – Accablants.

***

Perhaps I asked too large —
I take — no less than skies —
For Earths, grow thick as
Berries, in my native Town —

My Basket holds —just — Firmaments —
Those —- dangle easy — on my arm,
But smaller bundles —

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Mais l’arbre charnel (Martine Broda)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2017



mais l’arbre charnel
de désir absolu
tu l’as rêvé peut-être

sur le néant du monde
ô transparence de l’amour
tu l’as rêvé peut-être

mais qu’un signe contre temps
la présence et l’absence échangent leur sens
qu’importe si tu as rêvé
qu’importe si tu as rêvé

si ta fidélité prend nom d’oubli
l’arbre de sang prend corps

la brûlure est réelle

(Martine Broda)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le bonheur (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2017



Andrew Wyeth - Wind from the Sea, 1947

 

Le bonheur peut-être disaient-ils
une maison basse où se reconnaître
un petit jardin
aux fleurs bénévoles
A la fenêtre chaque soir
le même rêve avec ses îles

(Georges Bonnet)

 Illustration: Andrew Wyeth

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Par temps de brume (Christophe Bregaint)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2016



Par temps de brume
S’imaginer cette route

Après celle-ci
Peut-être qu’il y a une rive
Peut-être qu’il n’y a rien
Peut-être qu’il y a un endroit autre
Après n’être
Devenu que poussière
Personne ne le sait

Mais que l’utérus est loin

(Christophe Bregaint)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :