Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘peut-être’

Trait commun aux hommes, aux chiens, aux oiseaux (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
trait commun aux hommes, aux chiens,
aux oiseaux :
ils penchent leurs têtes
pour marquer l’étonnement.
Peut-être un souvenir de la fleur
devant le soleil.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un jour peut-être (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



Illustration
    
un jour peut-être, de l’autre côté,
je pourrai m’élever sans encombre
parmi les mains blanches de la lumière.

(André Frénaud)

 

Recueil: Il n’y a pas de paradis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POUR OUBLIER SES PENSÉES (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018




    
POUR OUBLIER SES PENSÉES
Ouan-Oui

Réjouissons-nous ensemble
et remplissons de vin tiède, nos tasses de porcelaine.

Le frais printemps s’éloigne,
mais il reviendra ;
buvons tant que nos lèvres auront soif.

Et peut-être oublierons-nous,
que nous sommes à l’hiver de notre âge.
Et que les fleurs se fanent.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette fatigue soudaine (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018



Illustration: Geneviève Peyrade
    
Cette fatigue soudaine. Peut-être est-ce
un rêve qui veut naître ?

(Jean-Louis Giovannoni)

 

Recueil: Les mots sont des vêtements endormis
Traduction:
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Parfois le jour se lève (Sylvie Fagre G.)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration: Josephine Wall 
    
Parfois le jour se lève
et voilà qu’est atteinte l’existence.

Au-delà des prières, nous sont révélés, comme une grâce,
les signes du monde et de la vie.

Peut-être alors, en ces instants, savons-nous notre place,
et partant l’Autre, et partant l’illimité, le don,

l’appellerait-on l’amour,
ce feu de joie qui toujours nous fonde et nous dépasse.

(Sylvie Fagre G.)

 

Recueil: Frère humain
Traduction:
Editions: L’AMOURIER

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Regarder loin (Stéphanie Ferrat)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
regarder loin
penser que peut-être

il pourrait y avoir des lignes

(Stéphanie Ferrat)

 

Recueil: Caisson
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Mon papa le sait peut-être (Eurydice El-Etr)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2018




    
Mon papa le sait peut-être,
parce qu’il a sept yeux.

(Eurydice El-Etr)

 

Recueil: Je tousse de la lumière
Traduction:
Editions: La Délirante

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Le rire (Mohammed Dib)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2018




    
Le rire

Ces murmures perdus.
Cette lumière, cet or.
De trop dans le vent.

L’enfant dit : peut-être
En sortirait-il un monstre.
Mais pourquoi le dire ?

Un monstre très beau.
Peut-être serait-on heureux.
Si beau, dit-il.

Il y eut juste un rire.
Mais si beau et ça une fois
Et ne se reproduisit plus.

Si on sait tout, dit-il
Que resterait-il à savoir ?
Il entendit pleurer.

(Mohammed Dib)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUELQUE CHOSE IMPERCEPTIBLE (Philippe Delaveau)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2018



Illustration: Vincent Lafargue
    
QUELQUE CHOSE IMPERCEPTIBLE

Le froissement du vent dans les arbres peut-être.
Ou le cri dans la nuit de la chouette chassant,
Ou que sais-je ? Un volet. Il grince à la lisière
De la fenêtre. Éveillant à peine le dormeur.
Non, tu ne comprends pas, répète infiniment
Le tilleul qui s’étire sous l’odeur de ses feuilles.
Le chat de la source dort sous le bronze de la fontaine
De ses yeux d’aveugle sourit aux choses familières,
Comme au secret de l’ombre, une passée de vent,
Un savoir près de se révéler, s’égarent, dont l’ermite,
Au milieu de la nuit, ravive sa prière.

(Philippe Delaveau)

 

Recueil: Le Veilleur amoureux précédé d’Eucharis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VEILLE NOCTURNE (Philippe Delaveau)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018



Illustration: Edvard Munch
    
VEILLE NOCTURNE

Peut-être alors entendrons-nous
Sur le mur blanc qui ferme l’horizon,
Lorsque la nuit ouvre ses poings de feu,
Germer les graines saintes du silence.

(Philippe Delaveau)

 

Recueil: Le Veilleur amoureux précédé d’Eucharis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :