Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘peut-être’

Peut-être (Émile Verhaeren)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2018



Illustration
    
Peut-être

Peut-être
Lorsque mon dernier jour viendra,
Peut-être
Qu’à ma fenêtre,
Ne fût-ce qu’un instant,
Un soleil frêle et tremblotant
Se penchera.

Mes mains alors, mes pauvres mains décolorées
Seront quand même encore par sa gloire dorées ;
Il glissera son baiser lent, clair et profond
Une dernière fois, sur ma bouche et mon front,
Et les fleurs de mes yeux, pâles, mais encore fières
Avant de se fermer lui rendront sa lumière.

Soleil, ai-je adoré ta force et ta clarté !
Mon art torride et doux, de son geste suprême,
T’a retenu captif au cœur de mes poèmes ;
Comme un champ de blé mûr qui houle au vent d’été,
Telle page t’anime et t’exalte en mes livres,
Ô toi, soleil qui fais éclore et qui délivres,
Ô toi, l’immense ami dont l’orgueil a besoin,
Fais qu’à cette heure grave, impérieuse et neuve
Où mon vieux cœur humain sera lourd sous l’épreuve,
Tu sois encore son visiteur et son témoin.

(Émile Verhaeren)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Peut-être sans le savoir (Henri Meschonnic)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



 

peut-être sans le savoir
nous ne sommes que les syllabes
de mots que nous commençons
mais nul n’a la phrase entière
le sens c’est seulement des bouts
de sens que nous sommes ce qui manque
pour faire la phrase c’est chez l’autre,
l’autre
l’autre

(Henri Meschonnic)

Illustration: Alberto Pancorbo

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Signe (Jacques Ceaux)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018



 

Signe

Un signe
qui éclot fin
comme un sanglot

l’air de dire
retenu
ficelle de sens

espoir ténu
sourire timide
sur peut-être.

(Jacques Ceaux)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Peut-être fallait-il (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018




    
Peut-être fallait-il cette pluie abrupte
sur les roses mourantes et sur les toits d’été
pour remettre le ciel gris de niveau
avec les yeux du rêveur

et ramener du fond lentement la figure
de l’absent à sa fenêtre du troisième,
rue Poliveau, quand les généreux platanes
avaient encore de quoi rendre

son salut au poète, et du souffle, des
couleurs à sa chambre, allégeant la poigne
de vivre et la double question du même
dans le miroir à cru : qui

suis-je, qui? et ma vie où es-tu ?

(Guy Goffette)

 

Recueil: Tombeau du Capricorne
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pente des nuits (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2018




    
La pente des nuits

Tentée par toute nuit
Et te nommer en elle

Revenir suffisante
Mais la torche moins vive

Il y eut joie
Au profond du chemin
Brûlant sa perte

Peut-être le passage

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Trait commun aux hommes, aux chiens, aux oiseaux (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
trait commun aux hommes, aux chiens,
aux oiseaux :
ils penchent leurs têtes
pour marquer l’étonnement.
Peut-être un souvenir de la fleur
devant le soleil.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un jour peut-être (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



Illustration
    
un jour peut-être, de l’autre côté,
je pourrai m’élever sans encombre
parmi les mains blanches de la lumière.

(André Frénaud)

 

Recueil: Il n’y a pas de paradis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POUR OUBLIER SES PENSÉES (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018




    
POUR OUBLIER SES PENSÉES
Ouan-Oui

Réjouissons-nous ensemble
et remplissons de vin tiède, nos tasses de porcelaine.

Le frais printemps s’éloigne,
mais il reviendra ;
buvons tant que nos lèvres auront soif.

Et peut-être oublierons-nous,
que nous sommes à l’hiver de notre âge.
Et que les fleurs se fanent.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette fatigue soudaine (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018



Illustration: Geneviève Peyrade
    
Cette fatigue soudaine. Peut-être est-ce
un rêve qui veut naître ?

(Jean-Louis Giovannoni)

 

Recueil: Les mots sont des vêtements endormis
Traduction:
Editions: Unes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Parfois le jour se lève (Sylvie Fagre G.)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration: Josephine Wall 
    
Parfois le jour se lève
et voilà qu’est atteinte l’existence.

Au-delà des prières, nous sont révélés, comme une grâce,
les signes du monde et de la vie.

Peut-être alors, en ces instants, savons-nous notre place,
et partant l’Autre, et partant l’illimité, le don,

l’appellerait-on l’amour,
ce feu de joie qui toujours nous fonde et nous dépasse.

(Sylvie Fagre G.)

 

Recueil: Frère humain
Traduction:
Editions: L’AMOURIER

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :