Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Philippe Garnier)’

Le vendeur de murmures (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



murmure  b

Le vendeur de murmures

Il était une fois
Le vendeur de murmures.
Il murmurait la nuit donc
à la demande
du bout des dents
en une étrange litanie
les phrases confiées la veille à son oreille
et dont il avait la prudence
professionnelle
d’inscrire les commandes
dans des carnets
toujours petits
et qu’il parfumait
tantôt à la lavande
tantôt au patchouli
C’est qu’il n’avait jamais voulu user lui
comme les vendeurs de cris
de ces vastes camions d’amplification
qui sillonnaient le pays à grand renfort de klaxons
néons
haut parleurs et enseignes
ce qu’il vendait on l’entendait à peine

(Philippe Garnier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’écris pour tous les oiseaux du bitume (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2016



Qu’on laisse venir à nous le charme
le charme au grand galop
car la beauté est cavalière
filante légère
porteuse de mots

Chacun de nous est seul
seul émigrant passant perpétuel
seul étranger dans sa cervelle
chacun de nous marche marche dans ses rêves
arpente les mêmes allées les mêmes
chacun suit ses pensées dans ses ruelles
comme en hiver
poussé par le soleil
Bouffons tristes fous
chaque fois qu’une idée nous traverse
c’est dans les clous
qu’espérons-nous
sinon un trou sous l’averse

J’écris pour tous les oiseaux du bitume
pour tous les ensablés
pour tous les goudronnés du bec et des plumes
pour tous les buveurs de mazout
pour tout les dégazés du coeur et de la soute
pour tous ceux qui sur la route ont attrapé
la goutte au nez
ceux qui comme moi
ont des haut-le-cœur à toute épreuve
des écoeurements parfois des détresses
qui les oppressent
les émeuvent

Accrochons ensemble nos cœurs
comme des guirlandes
faisons danser nos fleurs et nos glandes
Seigneur
pardonne à tous ceux qui se sont défoncés
l’innocence est un doute qui a perdu la cadence
danse danse

La révolution c’est la Tolérance
c’est la Tolérance la Tolérance

(Philippe Garnier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Facteur de trouble (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2015



revolution

 

Les révolutionnaires avaient passé commande
de trente mille barricades
Il y eut retard aux livraisons
Quand enfin ils les reçurent
les idées avaient changé.

(Philippe Garnier)

 

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nocturne (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2015


hotel

 

Tu hantes la nuit dans les rues
tu rentres
ce soir il a plu tu penses
à celle qui t’aime

Sonores
plus bas tes pas crissent
l’aurore
déjà roucoule le ciel glisse
y a d’l’or

Une femme passe en courant dans
la flamme
d’un phare un instant
le charme
descend

Tu rentres
entre les poubelles
au ventre
les mots t’appellent et te hantent
tu penses à celle qui t’aime

(Philippe Garnier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a la musique… (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2015


musique

 

Il y a la musique du soleil qui fait danser
les ombres
le sel
qui boit du vin
la vie à livre ouvert
qu’on lit
dans les abeilles
le miel
d’un côté
de l’autre
le venin

Il y a des cris d’amour qui s’ élèvent
le désir dans ses mains qu’on retient
comme un dernier frisson d’antennes
dans les reins le plaisir le plaisir
le plaisir
comme un battement d’ailes
Il y a les paroles échangées
les mots
soufflés dans l’air
tout ce qu’on respire et qui a été dit
nos serments
gravés hier sur des chimères
qui aujourd’hui retombent en pluie
en grêle
d’hiver
qui nous assomme
de confetti

Il y a de la joie soudain qui éclate comme du verre
l’autre qu’on fait chanter
d’un doigt mouillé
comme le cristal
l’autre qu’on fait chanter
et la nuit qui juponne
la nuit qui descend
la nuit qui fait mal
la nuit qui vous éperonne comme une envie
d’aller au bal

Et puis il y a nous
nous
tout en bas
qui poussons parmi les hommes
nous qui poussons
poussons dans la nuit vers la forme
comme des essences
nous qui fleurissons moins pour l’apparence
que pour le parfum
nous qui passons
dans les branches…

(Philippe Garnier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

J’aime toute la vie (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2015


groseilles

J’aime toute la vie
la vie
la vie
sa beauté de groseille
éclatée
de sang perlé
à ton oreille
ses reflets d’or ensanglantés
la transparence
des jupes
qui est complice du soleil
J’aime les mots
qui pétillent
les mots très hauts
comme les étoiles écarquillées
les mots qu’on boit
lentement comme de la limonade
les yeux fermés tu sais
avec une paille
le style
le style
d’huile bouillante
et d’eau troublée
le style de perle nue
de coquillage
le style qu’on voit dans l’oeil des billes
celui qu’on boit tout cru
dans la bouche
des filles

 

(Philippe Garnier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :