Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pianiste’

Si tu poses ton regard (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2016



si tu poses ton regard
sur le pianiste noir
au fond du bouge obscur
ne le détourne pas

tu verras s’élever
des fantômes de fleurs
et des halos de lune
dans la fumée du bar

(Jean-Claude Pirotte)

Illustration: Guillaume Tarayre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’Innocence (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2016



 

A l’école on répétait
le problème
de l’étoffe et de la citerne
et sur la route personne
hormis l’homme à blouse soutachée
se désaltérant aux fontaines
dans sa poche tintaient des sous
du même bronze que les couches
mais dans l’été la pianiste
entamait ce vieil air
innocentant le monde.

(Jean Follain)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rencontre (Robert Gélis)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2016



Rencontre

Madame la pianiste,
Dans les rues plutôt tristes,
Promenait ses mélodies,
Comme chaque lundi …
Et monsieur le poète,
Des rêves plein la tête,
Tenait en laisse, lui,
Des poèmes gentils…
Ils se sont rencontrés
Et, quelques mois après,
En plein temps des moissons,
Sont nées… trente-six chansons !

(Robert Gélis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DE LA RUE ELLE CRIE (Yves Martin)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2015



 

Giuseppe De Nittis - Tutt'Art@ (15) [1280x768]

DE LA RUE ELLE CRIE

J’ai toujours trouvé
Que vivre était plutôt humiliant.
Comme un gosse, je sème des trésors
Que je m’ingénie à ne pas retrouver.

J’ai bousculé tant de rues.
Les passantes sont toujours à court de maléfices.
Je m’assois au bord du trottoir,
Rêve à des passeurs roses comme des petites filles.

Je cherche le cour.
Je veux caresser la transcendance.
Sur tous les écrans, je surgis
Velours gigantesque. Drôle d’air.
Pas étonnant que les femmes songent
A un cadeau empoisonné.

Dans un demi-sommeil,
J’écris, je ronronne des poèmes
Qui vite perdent le fil
Ou que j’écrase parce que l’aube
Vient une fois de plus de tirer
Sans sommation sur le pianiste.

(Yves Martin)

Illustration: Giuseppe De Nittis

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :