Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Pierre-Alain Tâche)’

La sève effleure aussi le lieu (Pierre-Alain Tâche)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2015



Edgar Hunt poules ferme  [800x600]

La sève effleure aussi le lieu
ses cours aux paupières closes
s’épuise au sol battu des étables béantes
où la paille est tressée encore

Les gonds durcissent
le bois grisonne aux tempes des maisons
Le chancre ourle les seuils
hante la huche farineuse
bouillonne au bord du four
Le bec d’ambre des volailles
fauche les roses pâles des lambris

(Pierre-Alain Tâche)

Illustration: Edgar Hunt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De noirs galops serrés déterrent vos empreintes (Pierre-Alain Tâche)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2015



De noirs galops serrés déterrent vos empreintes
et comme un taureau bien armé
qui gagne d’invisibles tours
des lieux sûrs
vous méditez de grands essors simultanés

Le corps rompu des horizons palpite
La foudre fend le socle des collines
et ceux que vainc l’aube tranchante et brève
la cire étanche leur ouïe
et le cachet d’une ombre infiniment plus grande
soude leurs cils

(Pierre-Alain Tâche)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous avons choisi sciemment la part obscure (Pierre-Alain Tâche)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2015



Nous avons choisi sciemment la part obscure
les transhumances du silence
et le tendre chardon des bouches

Notre parole écharpe l’ineffable
ébauche des jardins où fondent des sorbiers
capture des oiseaux si prompts
que notre joie vacille
et se rompt

Qui sèchera cette marée étale
cette féconde usure

(Pierre-Alain Tâche)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUAND JE NE SAIS PLUS OÙ JE SUIS (Pierre-Alain Tâche)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2015


 


 

QUAND JE NE SAIS PLUS OÙ JE SUIS

Quand je ne sais plus où je suis,

sinon compris entre l’éternité
sans fond d’avant le temps
et la lente dilatation de l’infini,

si je ne sais plus très bien qui je suis,
alors je pense à toi,
petite goutte d’eau, ma soeur,

à toi, non encore advenue
et pourtant promise à l’élémentaire,

à toi, qui demeure accolée,
depuis l’indistincte origine,
avec amour, à mon devenir
de poussière d’étoile en exil

et qui ne se souvient ni n’attend.

(Pierre-Alain Tâche)

Illustration: Corrie White (extraordinaires images de gouttes’)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :