Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Pierre-Jean Jouve)’

L’homme priait (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2017



L’HOMME PRIAIT et la terre tournait
Mais ne parlait-il pas au vent, mais ne parlait-il pas
au mur
Ou à la neige du dernier hiver —
Ne t’en va pas: c’est ainsi qu’il priait
Mais il n’était pas sûr que rien fût là derrière
Pour écouter —
Un Ange pourtant repliait ses ailes
Car l’heure n’était pas venue encore.

(Pierre Jean Jouve)


Illustration

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De Deo (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017



DE DEO

O mon Bien-Aimé je
Consens pour ton amour
De ne voir ici-bas la douceur de ton regard
De ne sentir l’inexprimable ardeur du baiser
De ta bouche; mais je
Te supplie de m’embraser de ton amour.

(Pierre Jean Jouve)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La révolution (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017



Illustration
    
La révolution comme l’acte religieux a besoin d’amour.
La poésie est un véhicule intérieur de l’amour.

Nous devons donc, poètes, produire cette « sueur de sang »
qu’est l’élévation à des substances si profondes, ou si élevées,
qui dérivent de la pauvre, de la belle puissance érotique humaine.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Apologie du poète
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Poésie (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2017




    
La Poésie est une pensée
– un état psychique – d’agglutination;
c’est-à-dire que des tendances,
des images, des échos de souvenir vague,
des nostalgies, des espérances,
y apparaissent en même temps
et comme collés ensemble,
provenant de hauteurs tout à fait différentes.

Ou encore la Poésie ressemble à certains rêves,
parfaitement absurdes en apparence,
et qui s’éclairent brusquement
si on le déroule à l’envers.

La poésie est tout à fait une chose d’âme.

***

La Poésie est un langage pour ainsi dire magnétisé,
porteur d’une charge, et différent essentiellement du langage parlé,
voire même de la prose écrite;

par ce langage doit se produire l’unité
au plus haut degré entre la pensée et la parole,
entre le sens et le signe,
entre une résultante de toutes les masses psychiques en mouvement
et le déroulement agréable des syllabes.

Tout cela coexiste parce que tout cela naît ensemble.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Apologie du poète
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le pur poète (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2017



LE PUR POÈTE EST MIS dans le sang écumeux
Est pris entre les lianes turgescentes
Des eaux des yeux des têtes médusantes
Et des douleurs à l’infinie expansion
Quelques bulles crevant de chaleur désirante
Quelques larmes chantant dans leurs creux ténébreux
Et lui le voyeur des chairs bouleversantes.

(Pierre Jean Jouve)


Illustration: Alexander Sulimov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour ce ventre (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2017



POUR CE VENTRE QUI DOUCEMENT placé au paysage
Sur le plan du soleil la nuit coupablement
Cherche un ventre avec plaisir contraire,
Comment sortir de ce tourment? dit le Seigneur.

(Pierre Jean Jouve)


Illustration: Andrew Wyeth

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Jaune (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



JAUNE

Les collines ont d’affreuses douceurs
Le passant y mesure ses anciens péchés.
Qui peut apprécier leur végétation
Et résister au mouvement lascif de ces hanches?
Une incertitude avec le soir descend
Des eucalyptus chantent dans le cœur des propriétés,
Le soleil est toujours le même à son couchant
Et le passant fourbu doit regarder
Il est né pour toujours regarder le couchant.

(Pierre Jean Jouve)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le rocher mirifiquement (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



DANS LE ROCHER MIRIFIQUEMENT durci de larmes
Dans la forêt claire verte mortellement
Ces deux eaux sans théâtre
Etaient les yeux, les yeux jumeaux de la solitude.

(Pierre Jean Jouve)


Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Ciel dans la Terre (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2017



LE CIEL DANS LA TERRE
Resplendissant doux jardin de couvent
Il n’y a rien de plus reluisant que ta folle plante
Rien de plus amoureux que le jour à ton sein
Rien de plus chaste que ta sueur claire
De silence de méditations et d’oiseaux verts.

(Pierre Jean Jouve)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Et puis après (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2017



Combien l’homme a de mépris
pour cette bouche qu’il adore
Mais il a trouvé là l’extase
il poursuit toujours son extase
Vitalité
Il demande toujours l’odeur
et la saveur et la couleur du corps des femmes
Leur élasticité
Leur mensonge
Ce qui dans leur chair nacrée
chastement sourit de la mort
Et puis après
Vient sa tristesse
Qu’il reconnaît

(Pierre Jean Jouve)


Illustration: Edvard Munch

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :