Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pin’

Au crépuscule (Ryôkan)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2021



Illustration: Sozaemon Nishimura
    

Au crépuscule,
sur la colline, ces pins,
s’ils étaient des hommes,
c’est du passé qu’auprès d’eux
j’aimerais à m’enquérir.

(Ryôkan)

***

 

Recueil: Ô pruniers en fleur
Traduction: Alain-Louis Colas
Editions: Folio

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’enfant est mort (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2021



L’enfant est mort

Le village s’est vidé
de tous ses combattants

Rivé à sa mitraillette
dont les rafales de feu
viennent d’achever l’enfant
L’ennemi tremble d’effroi
à l’abri d’un vieux mur

Tout est propre autour:
le ciel
la mer
l’été rieur
les pins

L’ennemi
a lancé au loin
par-delà les collines
ses vêtements et son arme
son histoire et ses lois

Pour se coucher en pleurs
à deux pas d’une fontaine
sous l’ombre d’un oranger

Près du corps de l’enfant.

(Andrée Chedid)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Ce pin solitaire (Ichihara no Ôkimi)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2021



Ce pin solitaire,
combien de siècles a-t-il vécus?
Le vent qu’on y entend est si pur
qu’il suggère la profondeur du temps

(Ichihara no Ôkimi)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

N’en souffle mot à personne (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2021




    
N’en souffle mot à personne,
oublie ce que tu as vu :
l’oiseau, la vieille, la prison
et le reste …

Car, si tu desserres les lèvres,
d’imperceptibles frissons
comme aiguilles de pin, le
jour venu, te saisiront.

Et tu te rappelleras la guêpe,
l’encre, le plumier d’enfant à
la datcha, et les myrtilles
que tu n’as jamais cueillies.

(Ossip Mandelstam)

 

Recueil: Nouveaux poèmes 1930-1934
Traduction: Traduction du russe par Christiane Pighetti
Editions: Allia

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au crépuscule (Ryôkan)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2021




    

Au crépuscule,
sur la colline, ces pins,
s’ils étaient des hommes,
c’est du passé qu’auprès d’eux
j’aimerais à m’enquérir.

(Ryôkan)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Ô pruniers en fleur
Traduction: A.L. Colas
Editions: Folio

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Même le vent des pins (Chiyo-ni)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2020



    

Même le vent des pins
baisse un peu la voix
Glycine en fleur

***

松風も小声になるや藤の花
matsu kaze mo / kogoe ni naru ya / fuji no hana

(Chiyo-ni)

 

Recueil: Chiyo-ni Une femme éprise de poésie
Traduction: Grace Keiko / Monique Leroux Serres
Editions: Pippa

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne laisse le vent (Shûsen)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2020



Illustration
    
Ne laisse le vent
te jeter contre le pin
papillon d’automne

(Shûsen)

 

Recueil: Friches
Traduction: René Sieffert
Editions: Verdier poche

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le grillon des pins (Ippatsu)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2020



Illustration: Sozaemon Nishimura
    
Le grillon des pins
après notre passage
s’est remis à chanter

(Ippatsu)

 

Recueil: Friches
Traduction: René Sieffert
Editions: Verdier poche

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Le mot seul peut faire peur (Pascal Commère)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2020



 

Evgeni Gordiets   12310 [1280x768]

Le mot seul peut faire peur
— Sauf ici, dit le pin.

(Pascal Commère)

Illustration: Evgeni Gordiets

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Pourquoi tarder? (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2020



Pourquoi tarder? Dans le pin l’écureuil
de sa queue en torche frappe l’écorce.
Le croissant de lune descend et sa corne
au soleil s’émousse. I1 fait jour.

Un souffle, et la fumée indolente tressaille,
elle se défend au point qui t’enclôt.
Rien ne finit, tout s’achève lorsque, foudre,
tu quittes le nuage.

***

Perché tardi? Nel pino lo scoiattolo
batte la coda a torcia sulla scorza.
La mezzaluna scende col suo picco
nel sole che la smorza. E giorno fatto.

A un soffio il pigro fumo trasalisce,
si difende nel punto che ti chiude.
Nulla finisce, o tutto, se tu fôlgore
lasci la nube.

(Eugenio Montale)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :