Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pince’

Table rase (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018



Illustration: Emile Munier
    
Table rase

Enfant, vois-tu, il n’y a plus d’Enfer.
Les grilles sont fermées,
les feux éteints,
la rouille a dévoré fourches, pinces et lames,
les démons ont fondu comme graisse au soleil,
le Grand Satan n’est plus qu’un roc
enlisé dans la boue.

De même en vain tu chercheras le Paradis,
noyé, perdu dans l’océan de brume.
Guichet fermé, faillite,
propriétaire en fuite,
nul repreneur en vue.

Il ne te reste ici
que le bel aujourd’hui,
l’arbre chéri, l’oiseau rêveur
et, sur ton front, le baiser d’une mère.

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que n’ai-je été (Thomas Stearns Eliot)

Posted by arbrealettres sur 19 mars 2018




    
Que n’ai-je été deux pinces ruineuses
Trottant au fond des mers silencieuses

***

I should have been a pair of ragged claws
Scuttling across the floors of silent seas

(Thomas Stearns Eliot)

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

LES PETITS RIENS (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2018




    
LES PETITS RIENS

Et si c’était cela
en écoutant Mozart
ce qui filait derrière la fenêtre
devant la mer
entre le soleil et les nuages
et les vagues et les voiles
« les petits riens » ?

Au fond d’une poche
au creux d’un rocher
au bord du ciel
dans l’air de ce jour-là
tout au bout de juillet
et si c’était cela
« les petits riens » ?

Rangés dans un placard
galets morceaux de bois
ossements coquillages
plumes de mouettes
pinces de crabes

Et si c’était cela
en écoutant Mozart
derrière la fenêtre
à partir de ma vie
que je voyais passer

— senza indicazione di tempo —

« les petits riens » ?

(François de Cornière)

 

Recueil: Ces moments-là
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

  

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lundi matin, l’emp’reur, sa femme et le p’tit prince (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2017




Lundi matin, l’emp’reur, sa femme et le p’tit prince
Sont venus chez moi pour me serrer la pince
Comme j’étais parti
Le p’tit prince a dit :
« Puisque c’est ainsi nous reviendrons Mardi! »
Mardi matin, l’emp’reur, sa femme et le p’tit prince
Sont venus chez moi pour me serrer la pince
Comme j’étais parti
Le p’tit prince a dit :
« Puisque c’est ainsi nous reviendrons Mercredi! »
Mercredi matin…
Jeudi matin…
Vendredi matin…
Samedi matin…
Dimanche matin, l’emp’reur, sa femme et le p’tit prince
Sont venus chez moi pour me serrer la pince
Comme j’n’étais pas là
Le p’tit prince se vexa :
« Puisque c’est comme ça nous ne reviendrons pas! »

(Anonyme)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La faim (Jean l’Anselme)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017



La faim

On a beau se dire
que Demain sera beau
et l’Avenir meilleur
si on est boulonneur.
Quand maigre comme un clou
et que le froid vous pince
à vous en faire faire « Aïe ! »
y a de quoi devenir marteau
quand la faim vous tenaille.

(Jean l’Anselme)

Posted in humour | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le crabe amoureux (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2016




Le crabe amoureux

Un crabe aimait une méduse
que l’éloquence du lourdeau
rendit bientôt toute confuse.

« Belle dolente entre deux eaux,
disait le crabe usant de ruse,
Soyez la Muse des Tourteaux!
Je jouerai de la cornemuse
et vous deviendrez sur les flots
le château d’eau où l’on s’amuse! »

Il offrit sa pince en cadeau.
« Pour te croire, dit la Méduse,
j’attendrai que tu sois manchot! »

(Pierre Béarn)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :