Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pleine’

DEVANT L’OMBRE VIERGE (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2019



 

Ernest Pignon-Ernest extases 211

DEVANT L’OMBRE VIERGE

Moi toujours te pénétrant,
mais toi toujours vierge,
ombre ; comme ce jour
où je vins d’abord,
invoquant ton secret,
lourd d’une libre ardeur !

Vierge obscure et pleine,
percée d’iris profonds
à peine visibles ; toute
noire, avec les sublimes
étoiles, qui, ne parviennent pas
de là-haut — à te découvrir !

***

ANTE LA SOMBRA VIRJEN

¡Siempre yo penetrándote,
pero tú siempre virjen,
sombra; como aquel día
en que primero vine
llamando a tu secreto,
cargado de afán libre!

¡Virjen oscura y plena,
pasada de hondos iris
que apenas se ven; negra
toda, con las sublimes
estrellas, que no llegan
—arriba— a descubrirte!

(Juan Ramón Jiménez)

Illustration: Ernest Pignon-Ernest

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui est cette sirène ? (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



Illustration
   
Ronds et pleins sont ses bras, lissés par la rosée,
Suave abri contre tous les maux de Mardi.
« Les bras de qui ? » demande Mohi.
Plongeant dans les profondeurs de la mer,
Elle entraîne avec elle un rayon de soleil ;
Une flamme luit dans la mer,
Comme un banc de dauphins.
« Qui est cette sirène ? » dit Mohi.
Son pas léger va sur le sable,
À peine posé, à peine entendu,
Sur la plage,
La plage au sable d’or ;
Et nul n’a jamais vu
Trace de son pied nu.

(Herman Melville)

 

Recueil: L’Oeil du Poète Herman Melville
Traduction: Christophe Marchand-Kiss et Charles Cestre
Editions: Textuel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au-dessus des cornes (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



les-cornes-et-la-lune

Au-dessus des cornes
D’une vache pleine, la lune
Par un soir d’avril.

***

The moon is over
The horns of a pregnant cow
In the April dusk.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Une chatte pleine (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une chatte pleine
Lèche son ventre duveteux
Sous la bruine chaude.

***

A pregnant cat
fuzzy belly
In a warm drizzle.

(Richard Wright)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

ASSOCIATIONS (André Spire)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016




ASSOCIATIONS

Ma fille, votre cruche est pleine.
L’eau déborde.
A quoi pensez-vous ?

—Je pense à la pluie.
Je pense au matin,
Et à ses vapeurs,
Et à sa rosée,
Ma mère!

—Vous pensez à ça.
Je n’y pensais pas.

—Vous alliez au puits,
Moi à la fontaine.
Vous tiriez la chaîne.
Moi je peux rêver!

—A quoi rêvez-vous, ma fille,
Ma fille ?

—Au ciment, ma mère, qui capte la source,
Au fer qui la mène,
Au fer et aux mines,
Aux ports, aux canaux,
Et aux bateliers,
Et aux terrassiers,
Et au fontainier,
Et à leurs chansons,
Et à leurs baisers…

—Et à leurs baisers ?

—Je suis fille, ma mère.
Je suis fille,
Ma mère.

(André Spire)

Illustration: Bernard Bénézet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RETOUR (Stefan George)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2016



 

RETOUR

Je reviens et ma barque est pleine,
Le but s’éveille aux feux du soir,
Au mât claque une flamme blanche,
Nous devançons maintes nacelles.

Le vieux rivage et ses maisons,
Les vieilles cloches, tout est neuf
J’entends l’appel de joies nouvelles
Que me dit la douceur du vent.

Alors surgit des crêtes glauques
Un mot, un visage au front rose :
« Longtemps d’étrangers tu fus l’hôte,
Mais nous t’avons gardé nos coeurs.

« Tu nous quittas dans l’aube grise,
Un seul jour semble être écoulé,
L’onde amoureuse te salue,
La rive et l’étoile du soir. »

***

RÜCKKEHR

Ich fahre heim auf reichem kahne,
Das ziel erwacht im abendrot,
Vom maste weht die weisse fahne,
Wir übereilen manches boot.

Die alten ufer und gebäude
Die alten glocken neu mir sind,
Mit der verheissung neuer freude
Bereden mich die winde lind.

Da taucht aus grünen wogenkämmen
Ein wort, ein rosenes gesicht:
« Du wohntest lang bei fremden stämmen,
Doch unsre liebe starb dir nicht.

«Du fuhrest aus im morgengrauen
Und als ob einen tag nur fern
Begrüssen dich die wellenfrauen
Die ufer und der erste stern.»

(Stefan George)

Illustration: Marie-Joseph-Léon Iwill

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pleine lune (Kuroyanagi Shoha)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2015



La pleine lune entourée
Par ces innombrables étoiles,
Et le ciel d’un vert profond.

(Kuroyanagi Shoha)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une beauté si belle (Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2015



Belle de songes_Malinowski

 

Une beauté si belle qu’aucun épithète ne lui convient
Entra dans la maison, demandant:
« Comment est ton coeur? »
Sa robe traînait sur le sol, et mon coeur lui a dit:
« Relève la traîne de ta robe,
la maison est remplie de sang.

(Rûmî)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :