Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘politesse’

TROUBLE (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2019



TROUBLE

1
Il faisait lourd: la lumière brûlait,
Mais ses regards étaient comme des rayons.
J’ai tressailli: celui-là
Est capable de me dompter.
II s’est incliné. Que va-t-il dire?
Le sang a quitté mon visage.
Que cet amour soit sur ma vie
Comme une dalle funéraire.

2
Tu n’aimes pas, tu ne veux pas me regarder?
Ô, que tu es beau, maudit!
Je ne peux pas m’envoler;
Moi qui dès l’enfance ai eu des ailes.
Un brouillard me couvre les yeux,
Objets et visages se brouillent,
Il n’y a plus que cette fleur,
Cette fleur à ta boutonnière.

3
Comme le veut la simple politesse,
Il s’est approché de moi. Il a souri.
À moitié tendre, à moitié nonchalant,
Il a effleuré ma main de ses lèvres —
Sur moi se sont posés des yeux
De mystérieuse image antique.
Dix ans de spasmes et de cris,
Toutes mes nuits insomnieuses,
J’ai tout mis dans un mot discret,
Que j’ai eu tort de prononcer.
Tu t’es éloigné; à nouveau
J’avais l’âme vide et claire.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Julie Grugeaux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Sa politesse exquise (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2018



Sa réserve sa mesure
sa politesse exquise
dans l’acte de louange

(Henry Bauchau)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

En revenant… (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2017



En revenant…

Elle disait en revenant :

– Ce n’est pas le sujet dont nous avons parlé :
Nous bavardions sans but comme des étrangers
Qu’on a laissés ensemble…

Ce ne sont pas non plus ses façons avec moi :
Il était avec moi comme avec tous les autres.

Mais je le sens, je le sais,
Sûrement, entre nous deux,
Quelque chose est commencé !
Sûrement, c’est aujourd’hui,
– Car me voici trop contente –
C’est aujourd’hui ce départ
Que j’attendais, que j’attendais !

Elle disait aussi : Mais non …
Je suis folle, je me trompe ;
Il n’y a aucune raison…

Enfin elle disait : Je veux savoir !
Oh ! que bientôt je le revoie !
La prochaine je serai
Comme lorsqu’on a cru entendre
Un bruit léger, un bruit caché
Et qu’on retient longtemps son souffle
Et qu’on s’applique à «écouter…

Lui se disait
– Elle aurait pu causer avec tant d’autres…
Et c’est avec moi seul qu’elle est restée.

La fois prochain, en lui parlant,
Je la regarderai dans les yeux
Et je profiterai d’un moment
De silence pour lui sourire.

Vint le jour d’une autre rencontre ;
Mais vraiment tout agit contre eux :
Elle, fut captive d’un autre.
Lui, fut entouré, cerné.

Des gens s’amassèrent entre eux
Comme un bois entre deux chaumières,
Les empêchant de se rejoindre
Fût-ce avec les yeux…

En revenant, chacun disait :
Que je demeure donc avec ma tristesse
Et ma pauvreté !

Je m’étais trompé, il n’y avait rien.
Rien que le hasard et que mon attente.

Il n’y avait rien , se disait-elle.
Que la politesse.
Il n’y avait rien, se disait-il,
Que ma fatuité.

(Charles Vildrac)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec, pour compagne (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2016



Avec, pour compagne, une courbe de colline dans la brume du soir.
S’effacer devant elle.
S’efforcer de rendre cette politesse toute naturelle, sans effort.

(Pierre-Albert Jourdan)

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment pourrions-nous nous désolidariser de cette mort (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2016



Comment pourrions-nous nous désolidariser
de cette mort que nous portons en nous,
qui nous appartient tout autant que nous lui appartenons ?

Le rêve serait de lui ménager un espace
où la rencontre se ferait dans la dignité.
Sorte de suprême politesse
où la salve des salutations
l’emporterait sur les gémissements.

Mais cet espace n’est inclus
que dans l’impensable du saut,
dans ce mouvement de bascule
qui annule l’autre espace,
celui où l’on croyait avancer…

Plus intime la mort,
longuement convoyée,
plus proche et peut-être,
plus encore pourvoyeuse d’espace,
ici-même et, qui sait, là-bas.
Là-bas où les chimères se glacent.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :