Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘polyphonie’

Polyphonie de citrons et d’oranges (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2021



… dômes de feuillage d’où jaillit
polyphonie de citrons et d’oranges
et voile évanescent d’écume,
d’une mer poudrée qu’aucun pied
d’homme n’a effleurée, semble-t-il,
mais déjà le train accélère…

(Eugenio Montale)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Même l’aube a son histoire (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2018




    
même l’aube a son histoire
effaçons-la d’un baiser sur ses lèvres
de quelques pas sur un sentier brumeux
inventons-lui des passés plus hardis
la polyphonie des prés
redonne l’enfance à nos joues

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: Entre Flèche et Cri
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Va vers toi-même (Gabriel Ringlet)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2017




    
Va vers toi-même

Va vers toi-même.
Etonne-toi de toi.
Accueille la polyphonie qui t’habite.
Les couleurs de ta palette sont plus nombreuses que tu ne l’imagines.
Réveille les lumières de ton vitrail intérieur.
As-tu déjà contemplé un vitrail de près ?
Vu de l’extérieur, il paraît un peu gris et triste.
Il faut entrer dans le sanctuaire ou dans la maison.
Et s’asseoir.
Pas seulement un jour, une fois.
S’asseoir souvent, quelques minutes, mais à des heures différentes,
quand il fait beau soleil, quand il fait pluie, par temps de neige ou de
brouillard.
Quelle vie, un vitrail !
À chaque saison du jour une lumière nouvelle.
Assieds-toi près de toi, respire un bon coup, laisse un peu de souffle
t’envahir, et dis-toi que le premier vitrail, c’est toi.

(Gabriel Ringlet)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il marche dans le sommeil de l’avalanche (Jacqueline Saint-Jean)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2017



Il marche dans le sommeil de l’avalanche
lourdes paupières de givre où les pentes chavirent
Il marche dans la blancheur ivre
de l’espace qui devient sourd
Polyphonie lointaine de l’exil
Pointillé des pistes sans retour
Il glisse aux micas du vertige
aveuglé de spirales d’ailes
Le corps fraîchit
Le vent l’a dépouillé de ses peaux d’images
il s’avance à voix basse
son ombre s’amenuise
et ses traces d’oiseau s’accordent dans la neige

(Jacqueline Saint-Jean)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

DANS NOS VIEILLES POLYPHONIES… (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2015



DANS NOS VIEILLES POLYPHONIES…

Dans nos vieilles polyphonies
Fraîches comme chants de mésanges
Les oiseaux se font de faux nids
Tout près des anges

Lavandières du clair de lune
Au frais battement des lavoirs
Dans les nuits de Sainte-Opportune
Au vas-y-voir

C’est au pays des amours mortes
Où les fifres sifflent au vent
Où les loups soufflent sous les portes
Et sous l’auvent

Quand la rosée du matin brille
Je me perds en ses grands yeux noirs
Où je suis plus heureux qu’un drille
Des promenoirs

C’est l’amour qui me fit trouvère,
Parler aux oiseaux, aux poissons
Près des buissons de givre en verre
Pleins de chansons

Dans nos vieilles polyphonies
Gazouillent les flûtes du ciel
Les âmes pleurent, infinies
Dans le silence essentiel

De nos vieilles polyphonies…

(Maurice Fombeure)

Illustration: Hervé Masson

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :