Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘porc’

LA BONNE VIE (Roger Gilbert-Lecomte)

Posted by arbrealettres sur 18 novembre 2018



Illustration
    
LA BONNE VIE

Je suis né comme un vieux
Je suis né comme un porc
Je suis né comme un dieu
Je suis né comme un mort
Ou ne valant pas mieux

J’ai joui comme un porc
J’ai joui comme un vieux
J’ai joui comme un mort
J’ai joui comme un dieu
Sans trouver cela mieux

J’ai souffert comme un porc
J’ai souffert comme un vieux
J’ai souffert comme un mort
J’ai souffert comme un dieu
Et je n’en suis pas mieux

Je mourrai comme un vieux
Je mourrai comme un porc
Je mourrai comme un dieu
Je mourrai comme un mort
Et ce sera tant mieux

(Roger Gilbert-Lecomte)

 

Recueil: Les poètes du Grand Jeu
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La ferme (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2018



La ferme

Le tas de fumier fume dans la cour
Et le purin coule sur les pierres
Jusque sur la route
Les canards s’ébattent dans la mare
Pensive la vache rumine dans l’étable
Le porc me salue d’un grognement
Pendant que le coq parade
Comme un pacha au milieu de son harem

La fille de la fermière passe
Portant des œufs frais dans son tablier
Elle me sourit avec un air coquin.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Alfred Roll

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Y a des punaises dans le rôti de porc (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2018




    
Y a des punaises dans le rôti de porc

1
Lorsqu’attablés avec des camarades
Autour d’un moribond vous rêvez d’avenir
En versant les vins en cascades
Dites-vous pour vous endormir
Que ça va mal et que demain
Vous irez mendier votre pain.
Oui, de Paris à Malakoff
Et de Sydney jusqu’à Melun
Ce ne sont que tourments, chagrins et catastrophes!

Refrain
Ah! ça va mal! Ah! ça va mal!
Le beefsteack est en cheval
Et mêm’ plus fort que le roq’fort
Y’a des punais’s dans l’ rôti d’ porc!
Y’a des pu pu! Y’a des nénesses
Y’a des punais’s dans l’ rôti d’ porc

2
Enfants, prenez garde à votre cervelle,
Ne la surmenez pas, ça la fatiguerait
Trop manger use la vaisselle
Trop penser abîm’ le portrait.
Les chauv’s n’ont jamais mal aux ch’veux,
Les culs-d’-jatte envient les boiteux,
Les cabots envient les sous-off’,
Tout le monde est bien malheureux
Ce ne sont que tourments, chagrins et catastrophes!

3
L’heureux auteur de cette chansonnette
L’a faite avec l’espoir de gagner de l’argent
Pour ach’ter une clarinette
Car il n’est pas très exigeant
Manger c’est bon, ça c’est certain,
Mais il faut manger à sa faim
Et chacune de ces trois strophes
Et ces vers tombant un à un
Ce ne sont que tourments, chagrins et catastrophes!

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Obéissez à vos porcs (René Char)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2017



Obéissez à vos porcs qui existent.
Je me soumets à mes dieux qui n’existent pas.

(René Char)

Illustration: William Blake

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Port (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2017



Port

Le mur qui s’allonge
Et le toit qui plonge
Les bois tout pourris
Ne sont plus ici.
La grue très oblique
Les porcs les barriques
Bien que disparus
Sont rien moins que vus.
Ce bateau sans grâce
Près du ciel s’efface
Laissant le jour gris
S’enfuir avec lui.

(Raymond Queneau)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SANS MÉTAPHORE (Kazue Shinkawa)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2017



 

Ana Cruz  Fruit-defendu

SANS MÉTAPHORE
HIYU DE NAKU

Les pêches après avoir mûri tombent : comme l’amour
L’incendie des dépôts des quais s’éteint : comme l’amour
Les matins du septième mois s’engourdissent : comme l’amour
Le porc dans la maison d’un pauvre tenancier maigrit : comme l’amour

Oh!
Sans métaphore
Moi l’amour
L’amour cette chose je la cherchais et

Des choses comme l’amour
J’en ai rencontré je ne sais combien mais
Elles ne pouvaient s’accrocher à moi
Pas plus qu’à un fétu de paille flottant sur la mer,
dans la paume de cette main

Aussi moi ai-je essayé de parler d’une autre façon
Mais après tout là également l’amour était une métaphore

L’amour : gouttes sucrées qui tombent une à une des pêches
L’amour : incendie des dépôts des quais poudre à explosion
flamme qui se dresse verticalement
l’amour : matins étincelants du septième mois
l’amour : un cochon qui grossit tout rond

Il me ferma la bouche avec ses lèvres
Et me prit dans ses bras cet homme
Ténèbres d’un parc Feuilles des arbres qui embaument Jet d’eau qui jaillit
Dans tous les sens c’était comme l’amour dans tous les sens

Les heures ont passé par-dessus les heures seules
Elles portaient une lame parfaitement aiguisée sur ma joue
Elles ont fait couler du sang

(Kazue Shinkawa)

Illustration: Ana Cruz

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

S’EN RETOURNANT CHEZ SOI (Sándor Weöres)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



S’EN RETOURNANT CHEZ SOI

C’en est assez du monde
des quatre murs
des étoiles trop proches
de la viande de porc écorchée
de l’iniquité qui frappe les autres
je m’en retourne chez mon père et ma mère
au cercueil

C’en est assez de la souffrance des autres
de mon propre plaisir
de l’acide noir
de la cendre
de la prière damnée
je m’en retourne chez les chiens et les chats de l’an passé
à la pluie sans abri

(Sándor Weöres)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANT DU MESSAGER DE LA MORT (Poésie Irlandaise)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2016



Banshee

CHANT DU MESSAGER DE LA MORT

O belle femme, viendras-tu avec moi
dans la terre merveilleuse où l’on entend des musiques,
où sur les cheveux on porte une couronne de primevères,
où de la tête aux pieds le corps est couleur de la neige,
où personne n’est triste ni silencieux,
où les dents sont blanches et les sourcils noirs,
où les joues sont rouges comme la digitale en fleur ?

Erin est belle, mais peu de paysages
sont aussi beaux que la grande plaine où je t’appelle.
La bière d’Erin est forte, mais la bière
de la Grande Terre est encor plus enivrante.
Quel pays merveilleux que ce pays !
les jeunes n’y vieillissent point,
il y a des ruisseaux de liquide chaud,
de l’hydromel et du vin de grand choix.
Les hommes y sont charmants, sans défaut,
l’amour n’y est pas défendu…

O femme, quand tu seras dans mon puissant pays,
tu porteras une couronne d’or sur ta tête,
je te donnerai du porc frais,
et pour boisson de la bière et du lait, ô femme,
ô belle femme, viendras-tu avec moi ?

Leabhar na hUidhre.

(Poésie Irlandaise)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’âne broutant le chardon bleu (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2015




L’âne broutant le chardon bleu
la jument en robe sombre
le porc buveur de lait maigre
le chien au front étoilé
le chat sensible aux orages
devant lui seront les mêmes
qu’en la dure antiquité.

(Jean Follain)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :