Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘porche’

LE POIDS DU SILENCE (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2018



 

LE POIDS DU SILENCE

Les commencements sont nombreux, mais c’est toujours la même histoire,
celle d’un homme que le petit matin dans la rue saisit par le col,
alors qu’il était sorti pour acheter une baguette à la boulangerie.
Et voilà que ce qu’il croyait établi dans sa vie,
le chemin tracé, une femme avec un chat parmi les livres,
voilà que la rue humide et riante sous le premier
soleil avec son odeur de nouveau-né,
flanque tout par terre, le petit matin, le ciel, le chemin,la boulangerie,
et lui ne sait plus rien tout à coup,
ni qu’il avait faim, ni que l’amour existe
et qu’il eut dans sa vie la place du soleil, rien.

Quelque chose comme l’aile d’un ange ou d’un oiseau vient de le toucher,
et c’est comme s’il avait trébuché sur son ombre invisible à cette heure,
et la terre en le recevant ne l’a pas reconnu.
Son corps s’en va devant lui tout seul et il le regarde
sans étonnement ni effroi,
longer les couloirs de la ville et se perdre,
avec une sorte de demi-sourire,
comme celui de l’ange du porche dont il ne se souvient plus.

Il pèse tout juste le poids de son silence.

(Guy Goffette)

Illustration: Fan Ho

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

L’enfant de la mer (Katherine Mansfield)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018



L’enfant de la mer

Vers le vaste monde, mère, tu l’envoyas,
Ornant son corps de corail et d’écume,
Peignant une vague dans sa tiède chevelure.
Ainsi l’as-tu chassée de sa demeure.
Par la nuit noire elle se glissa dans la ville
Et sous un porche elle s’installa,
Petite enfant bleue à la robe ourlée d’écume.
Ni soeur ni frère
Pour entendre ses appels et répondre à ses cris.
Son visage brillait sous la tiède chevelure
Comme une lune minuscule apparue dans le ciel.
Elle vendit son corail; elle vendit son écume;
Son coeur arc-en-ciel telle une conque se brisa:
Sur la pointe des pieds elle s’en revint chez elle.
Paix, ma fille, retourne-t-en au monde;
Retourne à la terre, à la terre obscure;
Il n’y a ici que la triste eau salée,
Qu’une poignée de sable s’écoulant de la main.

***

The sea child

Into the world you sent her, mother,
Fashioned her body of coral and foam,
Combed a wave in her hair’s warm smother,
And drove her away from home.
In the dark of the night she crept to the town
And under a doorway she laid her down,
The little blue child in the foam-fringed gown.
And never a sister and never a brother
To hear her call, to answer her cry.
Her face shone out from her hair’s warm smother
Like a moonkin up in the sky.
She sold her corals; she sold her foam;
Her rainbow heart like a singing shell
Broke in her body : she crept back home.
Peace, go back to the world, my daughter,
Daughter, go back to the darkling land;
There is nothing here but sad sea water,
And a handful of sifting sand.

(Katherine Mansfield)


Illustration: Thomas-Alexander Harrison

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les bois… (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017




    
Les bois…

Les bois ont des douceurs de cimes
Bleuâtres comme sont les nues;
Sur le banc où nous nous assîmes
Tombe l’ombre des branches nues.

La source mollement s’étire
Au ras des pentes défleuries,
Avec le pli las d’un sourire
Sur des lèvres endolories.

Nulle voûte d’or et nul porche
Triomphant qui s’ouvre et s’allume.
Flamme de cierge, âme des torches
Et léthargique encens qui fume.

Brume des brumeuses fontaines,
Avec des gestes de mystère,
Disparaissent les formes vaines
Des rêves qui nous enchantèrent.

O mon songe triste…! qu’il dorme
Sans plus errer, pauvre âme en peine,
Sous les rameaux noueux des cormes,
Brume des brumeuses fontaines,

Qu’il dorme…! en la vase odorante
La source douloureuse pleure
Et le soleil, sombre amaranthe,
Se fane en l’ombre qui l’effleure.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La reine de tulipe (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017



La reine de tulipe

à Florence
Sous le toit c’est le grenier
sous le grenier la maison.
Au-dessus le ciel ses oiseaux
et autour
le bourg
ses porches
ses cloches
ses colombiers la rivière ses roseaux
les fourches les huches
les sources les roches les ruches…
Et autour
du bourg
dort le Valois
qui est une île en France.
Et autour de la France
c’est la tête ronde
de la terre ses plateaux ses déserts
ses vallons ses volcans
ses savanes ses mers
ses roses des vents
ses archipels ses océans…
Mais sous le toit c’est le grenier
où la terre
demeure enfermée
dans le coeur les yeux les mains
les dix doigts merveilleux d’un gamin
où la terre gît enfermée
à côté des chapeaux des nacres des ors des nippes
des jais des Arlequins des illustrés des pipes

comme l’été dort entier
dans un oignon de tulipe
dans un oignon séché
de la Reine de Tulipe.

(Armand Lanoux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des mots (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2017


 

Des mots
Avec porche,
Des mots
Sans façade,
Des mots
H.L.M.
Des mots
terriers.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

D’un porche de ferme (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2016



André Jolly Neige_en_Bretagne [1280x768] [1280x768]

 

D’un porche de ferme,
Une fille appelle dans le soir
Par-dessus les champs de neige.

***

From a farmhouse porch,
A girl calls into the dusk
Over snowy fields.

(Richard Wright)

Illustration: André Jolly

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le brouillard de septembre (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2016



 

maison-brouillard [1280x768]

Le brouillard de septembre,
Muet sur le porche vide
D’une maison vide.

***

A September fog,
Mute upon the empty porch
Of anempty house.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

A EMILIA ROWLES (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2016



alexandre-cabanel-_-_albayde-aux-yeux-de-gazelle

A EMILIA ROWLES

Assise là, sous le porche
Avec un livre de Dante entre les mains
Sur les pages ouvertes son portrait
Et une couronne de laurier
L’eau de la fontaine chante
Dans la rue passent les ombres
Quelqu’un entre et touche complice vos doigts
Qui gardent la place
Car vous ne lisez pas
Les amandes de vos yeux
Ont le blanc-seing des rêves
Un jour j’ai compris
The white seeing
Et maintenant devant votre regard
Qui voit l’absence
Je me trompe peut-être encore

(Heather Dohollau)

Illustration: Alexandre Cabanel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cinq secondes (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2016



Cinq secondes et
Les traces d’eau des pieds du gosse,
Sèchent sur le porche.

***

It took five seconds
For the barefoot boy’s wet tracks
To dryon the porch.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute la vie (Paul Celan)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2016



femme-aux-cheveux-nuance-de-bleu  [800x600] [800x600]

Toute la vie

Les soleils des demi-sommeils sont bleus comme tes cheveux une heure avant le jour.
Eux aussi poussent vite comme l’herbe sur la tombe d’un oiseau.
Eux aussi sont pris dans notre jeu, joué comme un rêve sur les bateaux des plaisirs.
Aux falaises crayeuses du temps les poignards les rencontrent aussi.

Les soleils des sommeils profonds sont plus bleus: ta boucle ne fut telle qu’une seule fois:
Je m’attardais comme un vent de nuit au sein vénal de ta soeur;
tes cheveux étaient à l’arbre au-dessus de nous, mais tu n’étais pas là.
Nous étions le monde, et tu étais un arbuste devant les porches.

Les soleils de la mort sont blancs comme les cheveux de notre enfant:
hors des hautes eaux il s’éleva quand tu dressas une tente sur la dune.
Les yeux éteints, il brandit sur nous le couteau du bonheur.

(Paul Celan)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :