Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘porte’

Si tu hésites entre deux chemins (Serge Pey)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2020



 

Jeanie Tomanek paths [1280x768]

Si tu hésites entre deux chemins
choisis
celui où tu piétinera
ton miroir

Si tu hésites entre deux miroirs
choisis
celui où tu piétineras
ton chemin

De même la porte
ou la maison
De même pour tes mains
De même pour tes yeux

Continue ce poème
en sachant
comment tu les piétineras

(Serge Pey)

Illustration: Jeanie Tomanek

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour rentrer dans la maison (Serge Pey)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2020



 

Laurent Chéchère maisons volantes (15)

Pour rentrer dans la maison
tu dois d’abord répondre à une question
Si tu réponds à cette question
tu restera longtemps
hors de la maison
et pourtant tu auras accompli
ce qu’on t’avait demandé

Si tu n’avais pas répondu
à la question
tu serais rentré tout de suite
Mais tu ne le savais pas

Car notre maison
n’est pas une maison
et nos questions ne sont pas
des questions

Seule les portes trouvent
les portes
car ce n’est pas nous
qui entrons dans la maison

Notre maison n’est qu’une porte
et seule la porte ouvre la porte
Les portes s’ouvrent sur d’autres portes
jusqu’à faire disparaître la maison

(Serge Pey)

Illustration: Laurent Chéhère

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui pour prétendre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2020



Qui pour
Prétendre avoir un jour
Fait l’amour
S’il ne sent pas
Le vent dans l’herbe
Qui respire
L’azur
Comme un plongeur
Livré
A l’ivresse des hauts
Fonds

L’eau de pluie
A cloche-pied dans
La marelle d’une flaque
La source
Qui éveille la montagne
Où dort le magma
Paresseux
Sous
La moustiquaire légère
Des galaxies

Qui pour prétendre
A l’amour s’il n’est pas
Le dernier arbre

Avant la porte du désert

(Werner Lambersy)

Illustration: Mathieu Levis

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout le monde frappe à la porte (Serge Pey)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2020



 

Ernesto Arrisueño 1957 - Peruvian-born Australian painter - Tutt'Art@ (44) [1280x768]

1. Tout le monde frappe à la porte
2. en silence avec une rose

3. La nuit tourne
4. et recommence
5. la lune sur les murs

6. Entrez
7. Il manque une fenêtre
8. Il manque un mur

9. La bouche du puits
10. nous pose la question
11. et nous marie sans témoin
12. devant sa réponse

13. Un oiseau retourne un mort
14. jusqu’à sa porte

15. La maison ferme ses volets

16. Entrez
17. Il manque une fenêtre
18. Il manque un mur

19. Nous avons donné à chacun
20. une loi et une règle

21. Nous avons recouvert la lune
22. d’une figure de plomb

23. Il manque un mur
24. mais la porte s’ouvre
25. et se ferme toujours
26. avec la rose

27. Entrez
28. Il manque une fenêtre
29. Il manque un mur

30. N’Entrez pas
31. la rose est devenue toute
32. la maison

(Serge Pey)

Illustration: Ernesto Arrisueño

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LA VOIX (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2020



 

Danny O’Connor 00 [1280x768]

LA VOIX

Qui chante là quand toute voix se tait ? Qui chante
avec cette voix sourde et pure un si beau chant ?
Serait-ce hors de la ville, à Robinson, dans un
jardin couvert de neige ? Ou est-ce là tout près,
quelqu’un qui ne se doutait pas qu’on l’écoutât ?
Ne soyons pas impatients de le savoir
puisque le jour n’est pas autrement précédé
par l’invisible oiseau. Mais faisons seulement
silence. Une voix monte, et comme un vent de mars
aux bois vieillis porte leur force, elle nous vient
sans larmes, souriant plutôt devant la mort.
Qui chantait là quand notre lampe s’est éteinte ?
Nul ne le sait. Mais seul peut entendre le coeur
qui ne cherche la possession ni la victoire.

(Philippe Jaccottet)

Illustration: Danny O’Connor

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHAUMIÈRE (Paul-Alexis Robic)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2020



CHAUMIÈRE

Pousse la porte. Personne. Voici les vers luisants
du petit feu dans l’âtre, le banc-coffre verni, la huche,
les lits-clos et, dans le silence enfumé qui sent le pain
bis et le lait, le solennel et doux tic-tac de la grande horloge noire
où la Mort se tient cachée.

(Paul-Alexis Robic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Toute seule (Anne Tardy)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2020




Toute seule, ce soir.
A minuit, la clé dans la porte.
Ouf!

(Anne Tardy)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les champs et le jardin (Tao Yuan Ming)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2020



    

Les champs et le jardin doivent déjà être envahis par les herbes,
Pourquoi ne m’en suis-​je pas retourné plus tôt ?…
Aujourd’hui j’ai raison, hier j’avais tort…
J’interroge des passants pour trouver le bon chemin
À l’aube je regrette que la lumière soit à peine claire
Dès que j’aperçois mon humble hutte,
Joyeux aussitôt je me mets à courir
Le jeune serviteur vient m’accueillir,
Mes jeunes enfants attendent à la porte…
Tenant la main des enfants j’entre dans la maison
Il y a un pot rempli de vin
Je prends le pot, me sers et bois seul
À contempler les arbres dans la cour se réjouit mon visage

(Tao Yuan Ming)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mendiant (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2020




    
Le mendiant

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s’arrêta devant
Ma porte, que j’ouvris d’une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C’était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l’homme et les joignant pour Dieu.
je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l’entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre ,
Devant la cheminée. » Il s’approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
Etalé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l’âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu’il séchait ce haillon désolé
D’où ruisselait la pluie et l’eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Les rayons et les ombres
Traduction:
Editions: Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DU COTE DU LENDEMAIN (Mihai Beniuc)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2020




    
DU COTE DU LENDEMAIN

Avec ta bouche tu me cherches
Comme un aveugle cherche une porte.
Ta raison s’est écroulée sous des mots fous
Et je suis tombé, vaincu,
Sous les murs de ta cité.
Pourquoi cette éclipse du soleil ?
Pourquoi les volcans ont-ils éclaté
Bouillonnant et crachant des flammes ?
Neige-t-il des cendres ou des silences
Dans le tumulte de la nuit partagée ?

Ce sont des cendres et des silences à venir.
C’est ce que disent les chouettes et toi
Par le terrestre tremblement
De tes ailes d’oiseau gigantesque.
Et voilà que tu as peur !
Il n’y a personne.
Un enfant a frappé à la porte,
De l’autre côté,
Du côté du lendemain.

(Mihai Beniuc)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :