Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘poste’

Cachet de la poste faisant foi (Tawara Machi)v

Posted by arbrealettres sur 27 août 2019


obliteration-la-poste

Cette lettre déborde d’amour mais cet amour
cachet de la poste faisant foi
est l’amour du jour

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 5 Comments »

ÉLOGE À UNE FLEUR D’AUTOMNE (Lu Yoe)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2019



ÉLOGE À UNE FLEUR D’AUTOMNE

Au-delà du relais de poste
Un pont en ruine
Une fleur en éclosion
Solitaire, dans l’abandon
Triste à l’approche de la nuit
Et plus encore aux caprices du vent et de la pluie

Cette fleur ne rivalise pas de beauté avec le printemps
La jalousie des autres fleurs la laisse indifférente
Une fois tombée dans la boue
Elle devient poussière
Son parfum reste pourtant intact

(Lu Yoe)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème avec cycliste (Franz Hodjak)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2018



Poème avec cycliste

Le cycliste, ici
dans la forêt, n’est pas
ni. Il roule, toujours

plus vite, file à toute allure, dépasse
le vent, le commencement, son propre
arrêt cardiaque, la poste, la liberté, la

lumière. À la vitesse qu’il
vient d’atteindre, il
est à peine encore visible. Il incarne

notre conviction, qui
ne peut plus toujours
se permettre les deux : le poursuivi

et le poursuivant. Il est
aussi bien que. Nous sommes
fiers de lui. Nous parions

sur sa victoire.

***

Gedicht mit Radfahrer

Der Radfahrer, hier
im Wald, er ist weder
noch. Er radelt, immer

schneller, er rast davon, überholt
den Wind, den Anfang, den eignen
Herzinfarkt, die Post, die Freiheit, das

Licht. In der Geschwindigkeit, die
er inzwischen erreicht hat, ist
er kaum noch sichtbar. Er verkörpert

unsre Überzeugung, die sich
nicht mehr immer und ewig
beides leisten kann, Verfolgten

und Verfolger. Er ist
sowohl als auch. Wir sind
stolz auf ihn. Wir setzen

auf seinen Sieg.

(Franz Hodjak)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS MON PARKER (Olav H. Hauge)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018



 

DANS MON PARKER

Dans mon Parker
il y a beaucoup de vers,
un bon kilomètre,
et dans l’encrier encore plus,
des milliers.
Le papier arrive par la poste,
factures, réclames,
formulaires à remplir.
J’envisage l’avenir sans crainte.

(Olav H. Hauge)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Prenez garde au métro! (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



Illustration: Camille Gaudefroy

    

Prenez garde au métro!

Des reflets dans la vitre
disent la vérité des hommes
inattentifs à protéger
leur triste visage, ou l’enthousiasme de leurs gestes,
contre la photographie postée sur le quai d’en face.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CAP (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



 


LE CAP

Dans la contrée où l’âme est profonde,
je vins pour la première fois,
triste et seul, à l’âge où le monde
me sépara de vous et de moi.

D’étranges feux dans l’air grimaçaient,
mais les sources coulaient pour l’espérance
et tendre tendre était l’impatience
des fruits tombant dans les vergers secrets.

J’entrai, nageant sous les grands nuages,
à jamais loin des tranquilles jours;
là-haut, les traits des chers visages
m’abandonnaient à chaque détour.

Quelle nuit tout à coup, mais quel espace!
je reconnus la voix de toujours
qui pour moi demeure et par moi passe
et quelle puissance, loin de l’amour!

Je laissais mourir et renaître
et mourir encor la clarté
moi, je creusais mon obscurité
et j’apprenais à ne plus être.

Cependant, on murmurait : « L’ombre
va l’engloutir! » Ah! j’entends le vent
répondre par les feuilles sans nombre :
« Cet homme a franchi les postes du temps! »

(Jean Tardieu)

Illustration: Arthur Braginsky

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a des vitres (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2016



 

il y a des vitres
qui ne font pas miroir
où de l’autre côté
l’on peut voir
le vide de la route au soleil
et la poste fermée à midi

***

there are window-panes
that are not mirrors
where on the other side
one can see
the emptiness of the sunny road
and the post office closed at noon

(Heather Dohollau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le laveur de carreaux (Jacques Charpentreau)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2016


 

laveur de carreaux 1 [800x600] [800x600]

Le laveur de carreaux

Suspendu comme une araignée
Au bout de son fil argenté
Le laveur de carreaux descend
Du haut de la tour. En passant,
Il dit bonjour aux habitants :

30 Le monsieur du trentième étage
Qui ne mange que du fromage.

29 Celui de l’étage au-dessous
Qui n’aime que la soupe aux choux.

28 Les gens qui viennent de Pluton
Et marchent les pieds au plafond

27 Le baryton de l’opéra
Qui se fait des oeufs sur le plat.

26 Ceux qui ont semé du gazon
Pour rendre plus gai leur béton.

25 Ceux qui élèvent des lapins
Sur l’herbe d’un salon de jardin.

24 Ceux qui ont mis dans leur baignoire
Un bébé phoque blanc et noir.

23 Le chat qui vit seul, noir et blanc,
(Il a dû louer l’appartement).

22 Le vieil Auvergnat à moustaches
Qui che regarde dans la glache.

21 Le militaire en permission
Qui compte ses décorations.

20 La foule du vingtième étage
C’est la réception d’un mariage.

19 La receveuse de la poste
Qui ne grignote que des toasts.

18 L’académicien nostalgique
Qui s’amuse au train électrique.

17 L’élève de Napoléon
Qui range ses soldats de plomb.

16 Le collectionneur de timbales
Qui joue du violon à pédales.

15 Un abbé qui fait du trapèze
Sur un bâton entre deux chaises.

14 L’amateur de scie musicale
Qui coupe l’Internationale

13 Le passionné d’exploration
Qui chasse le tigre au salon

12 Deux bustes de marbre au nez grec
Qui contemplent un jeu d’échecs.

11Un athlète en maillot de corps
Qui s’est allongé et qui dort .

10 La dame du dixième étage
Qui garde un sapajou en cage.

9 Plus bas une belle famille
Les parents et quatorze filles.

8 Des campeurs chantant à mi-voix
En rond autour d’un feu de bois

7 Un grand polytechnicien morne
Qui ne porte que son bicorne.

6 Un peu plus bas un éléphant
Prisonnier dans l’appartement.

5 Un couple se bat au cinquième
À coup de tartes à la crème.

4 La petite fille aux yeux bleus
Qui a les yeux verts quand il pleut.

3 La jeune fille du piano,
Qui se tricote un allegro.

2 La dentiste qui vient d’extraire
Une redoutable molaire.

1 Le petit garçon du premier
Qui fourre ses doigts dans son nez.

0 Tout est vide au rez-de-chaussée
La concierge est dans l’escalier.

On voit les secrets de la ville
Quand on descend au bout d’un fil.

(Jacques Charpentreau)

Illustration

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Communication (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2015


Musee_de_la_poste_telephone_public

 

La queue au bureau de poste
odeur de travail
comme l’odeur de l’école
qui collait aux affaires
qui revient de très loin

derrière le comptoir
regards baissés
gestes lents

une femme dans une cabine
crie
que ce n’est pas grave

nous
attendant notre tour
et sachant bien
qu’elle ment

(François de Cornière)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »