Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘poulpe’

VILLE (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2017



rue-sombre

VILLE

Les menaces presque visibles surgissent
Et de mortes lunes naissent
À l’horizon épuisé
Dans la tristesse des rues
De grands poulpes m’étranglent

***

CIDADE

As ameaças quase visíveis surgem
Nascem
Do exausto horizonte mortas luas
E estrangulada sou por grandes polvos
Nas tristezas das ruas

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 Illustration: John Henry Walker

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au fond de la mer (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2017



Au fond de la mer il y a de blanches frayeurs,
Où les plantes sont des animaux
Et les animaux des fleurs

Monde silencieux que n’atteint pas
L’agitation des vagues.
Des coquillages ronds s’ouvrent en riant,
Le cheval marin se balance.
Un poulpe avance
Dans le désordre
De ses milles bras,
Une fleur danse,
Sans bruit les espaces.

Sur le sable, le temps se pose
Léger comme un mouchoir.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AU FOND DE LA MER (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 17 décembre 2016



sirene

AU FOND DE LA MER

Au fond de la mer il y a de blanches frayeurs,
Où les plantes sont des animaux
Et les animaux des fleurs.

Monde silencieux que n’atteint pas
L’agitation des vagues.
Des coquillages ronds s’ouvrent en riant,
Le cheval marin se balance.
Un poulpe avance
Dans le désordre
De ses mille bras,
Une fleur danse,
Sans bruit vibrent les espaces.

Sur le sable le temps se pose
Léger comme un mouchoir.
Mais aussi belle que chaque chose soit
Gît en elle un monstre qui attend.

***

FUNDO DO MAR

No fundo do mar há brancos pavores,
Onde as plantas são animais
E os animais são flores.

Mundo silencioso que não atinge
A agitação das ondas.
Abrem-se rindo conchas redondas,
Baloiça o cavalo marinho.
Urn polvo avança
No desalinho
Dos seus mil braços,
Uma flor dança.
Sem ruido vibrara os espaços.

Sobre a areia o tempo poisa
Leve como um lenço.
Mas por mais bela que seja cada coila
Tem um monstro em si suspenso.

sirene-zz

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Océan de terre (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2016



Océan de terre

J’ai bâti une maison au milieu de l’Océan
Ses fenêtres sont les fleuves qui s’écoulent de mes yeux
Des poulpes grouillent partout où se tiennent les murailles
Entendez battre leur triple cœur et leur bec cogner aux vitres
Maison humide
Maison ardente
Saison rapide
Saison qui chante
Les avions pondent des œufs
Attention on va jeter l’ancre
Attention à l’encre que l’on jette
Il serait bon que vous vinssiez du ciel
Le chèvrefeuille du ciel grimpe
Les poulpes terrestres palpitent
Et puis nous sommes tant et tant à être nos propres fossoyeurs
Pâles poulpes des vagues crayeuses ô poulpes aux becs pâles
Autour de la maison il y a cet océan que tu connais
Et qui ne se repose jamais

(Guillaume Apollinaire)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’année chavire (Emmanuel Dall’aglio)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2016



L’année chavire comme l’encre des poulpes.
Si la mer retient son souffle
le soir l’apprivoise.

(Emmanuel Dall’aglio)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

RÊVE D’HIVER (Bartolo Cattafi)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2016




RÊVE D’HIVER

Ce foisonnement estival,
ce petit tourbillon de mouches
dans une pièce hivernale…
La pensée est une opaque
matière tressaillante,
dans le bourdonnement,
elle dort barricadée
dans les lois de l’heure
comme un poulpe cramponné
à son rêve d’hiver,
parfois elle ouvre un oeil,
si soleil et braise brillent vaguement,
mais elle ne voit pas.

***

SOGNO D’INVERNO

Questo rigurgito estivo
mulinello di mosche
in una stanza invernale…
Il pensiero è un’opaca
materia trasalita
al ronzio
egli dorme rinchiuso
tra le leggi del momento
come un polipo aggrappato
al suo sogno d’inverno
apre un occhio talvolta
se sole e brace balùginano
ma non vede.

(Bartolo Cattafi)

Illustration: André Nadal

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2016



 

La mer, avec ses madrépores dendriques,
ses poulpes arborescents, ses poissons aveugles,
ses crustacés pétrifiés, ses algues feuillues,
ses mollusques endormis et ses bateaux crevés.

(Luc Dietrich)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

BUISSONS DE LA MORT (Jean-Pierre Schlunegger)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2015



BUISSONS DE LA MORT

Quand je pense qu’un homme va mourir
Dans des buissons de flammes
Pour les canons en fête
Avec des cailloux secs enfoncés dans la tête
Les mains crispées sur un talus d’orties
Je le vois seul comme un enfant qui crie
Un enfant que n’écoute personne

Quand je pense qu’un homme va mourir
Avec des yeux d’enfant et des mains rouges
Avec un visage un corps des mains
Un poulpe d’angoisse au ventre et dans les reins
Le ciel se ferme et les oiseaux s’envolent

Quand je pense qu’un homme va mourir
Et qu’il se prend aux buissons de la mort
Dans les rizières embrumées
Je le vois aussi comme un bateau
Immobile un instant au sommet de la vague

Alors j’ai la tristesse du mendiant
Qui se laisse tomber au bord d’un champ
Pour aujourd’hui l’espérance est finie

(Jean-Pierre Schlunegger)

Illustration: Otto Dix

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dauphins, poulpes, poissons (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2015



Dauphins, poulpes, poissons
fraîcheur de lin, de roseaux, d’oliviers
tremblement du jour dans une couleur
joie d’une ligne qui bouge encore
et je rêve à cette main entre milliards
de mains, étonnée, heureuse –
et je ne sais quoi, un pigment
qui fait que l’âme respire,
que voit la vie, ces choses qui
viennent à mes doigts
et mourront une fois encore –

(Lorand Gaspar)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poulpe (Bernard Dimay)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


poulpe1

Le poulpe laissera s’échapper de ses flancs crevassés
les forces aveugles de la nuit totale.
Qui se répandront tout autour de lui,
irrémédiablement
comme un nuage d’encre…

(Bernard Dimay)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :