Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘poumon’

Et pourtant les murs ne tombent pas (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2018



Les murs ne tombent pas
[43]

Et pourtant les murs ne tombent pas,
je ne sais pas pourquoi ;

un sifflement : zrr,
éclair dans une dimension

in-connue, non-déclarée ;
nous sommes impuissants,

poussière et poudre emplissent nos poumons
nos corps butent en passant

des portes tordues sur leurs gonds,
et les linteaux penchent

en diagonale ;
nous ne cessons de marcher

dans un air raréfié
qui s’épaissit en brouillard aveugle,

puis un pas rapide de côté,
car même l’air

est peu fiable,
épais quand il devrait être fin

et ténu
quand les ailes se séparent et s’ouvrent,

et l’éther
est plus lourd que le plancher,

et le plancher s’affaisse
tel un navire en détresse ;

nous ne connaissons aucune règle
de procédure,

nous sommes des voyageurs, qui découvrent
l’in-connu,

le non marqué ;
nous n’avons pas de carte;

peut-être atteindrons-nous le port,
la porte du paradis.

***

Still the walls do not fall,
I do not know why;

there is zrr-hiss,
lightning in a not-known,

unregistered dimension;
we are powerless,

dust and powder fill our lungs
our bodies blunder

through doors twisted on hinges,
and the lintels slant

cross-wise;
we walk continually

on thin air
that thickens to a blind fog,

then step swiftly aside,
for even the air

is independable,
thick where it should be fine

and tenuous
where wings separate and open,

and the ether
is heavier than the floor,

and the floor sags
like a ship floundering ;

we know no rule
of procedure,

we are voyagers, discoverers
of the not-known,

the unrecorded;
we have no map;

possibly we will reach haven,
heaven.

(Hilda Doolittle)

 

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Principal (Norge)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



Le Principal

Je me rappelle très bien que Platon l’avait dit
et que moi je me plaisais à le penser aussi.
Tralala! Mais je ne retrouve pas cette idée-là.
J’ai encore son odeur dans la narine
et sa chaleur dans les poumons.

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FAIM (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2018



Illustration
    
FAIM

La machine débraye. Une poussière lourde
En sort comme un brouillard d’automne qui s’attarde.
Tous ces hommes courbés dont les nuques se tordent
Ils mangent maintenant. Poisseux, fleurant la merde,
Leur linge refroidit, la sueur l’entrelarde.
Midi. Bâfrez du pain, allons passez la gourde !
Pas de mie et pas de minute qui se perde,
Et pas plutôt mordu, la faim veut qu’on remorde.
On ne sait déjà plus rien du temps qui passe outre,
Chaque morsure n’attend pas et mord sur l’autre,
Mais ils mâchent à fond chaque morceau. Leurs rouges
Poumons de paysans boivent, encore valides,
Les miasmes noirs. Mâchant tout ce charbon malade,
Ils mangent. Ces mangeurs ne parlent pas. Ils mangent.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le printemps est là, superbe! (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Le printemps est là, superbe!

Il est là, le printemps, le superbe printemps!
De longs bateaux légers, le vieux Danube rêve.
Il est là, le printemps, le printemps plein de sève!
Entends…
Et vois le vent d’avril qui roule et qui soulève
Les senteurs de nos prés. Avec elles, joyeux,
Le vent joue au cerceau. Sens-tu son allégresse?
Dis-le! Sais-tu ce que je veux?
Il me faudrait une maîtresse
Sous le venteux éveil,
Une maîtresse au souffle frais, vermeil,
A la carnation de perce-neige.
« Etreins-moi, Belle Biche! Encore! » lui dirai-je.
Chaque enfant est un rire au savoureux solfège.
II est là, le printemps,
Le joyeux cri du ciel! Entends!
II est venu, dis-tu, plus tôt que de coutume?
L’hiver aurait-il existé?
Il n’a jamais été!
Avant de naître, il fut posthume!
Eclose ton grand cœur! Jaillissent les bourgeons
Issus de nos poumons!
Monte le vent d’avril plus léger que la plume!

(Attila Jozsef)


Illustration: François-Joseph Durand

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La parole est aux arbres (Christian Da Silva)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



La parole est aux arbres,
ils sont encore nos poumons
et partagent l’espace
où jardine l’oiseau.

La parole est aux sources,
elles sont encore notre peau,
un peu de ce murmure
où navigue l’enfance.

Et parole à la pierre
qui fut notre maison,
apprivoisant l’été
pour réchauffer sa nuit.

Ces trois nous gardent vie
et nous donnent pouvoir
de sauver nos racines.

(Christian Da Silva)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

QUEL SECOURS FAUT-IL QUE J’ATENDE (Didier Le Blanc)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018



    

Illustration: Edmund Blair Leighton

QUEL SECOURS FAUT-IL QUE J’ATENDE

Quel secours faut-il plus que j’atende à ma peine,
Si ce n’est par la mort qui m’est toute certaine,
Puis que mes longs soupirs, ma foy, mon amitié
Le brasier de mon cœur, l’éfroy de mon visage,
Ne peuvent esmouvoir vostre obstiné courage
A se laisser toucher d’un seul trait de pitié.

O que le feu d’Amour est d’estrange nature !
Mon cœur sans defaillir luy sert de nourriture.
Je n’ay sang ny poulmon qui n’en soit consommé,
Mais differant et tout de la commune flame,
Encor que je vous touche il n’émeut point vostre ame,
Et rien qui soit en vous n’en peut être allumé.

***

What further help must I await for my suffering,
If it is not by death that is quite certain for me,
Since my long sighs, my faith, my friendship
My heart ablaze, the fright of my face
Cannot move your obstinate spirit
To let itself be touched by a single act of pity.

O how strange is the fre of Love!
Without flinching, my heart serves as sustenance.
I have neither blood nor lung that not be consumed by it,
But different and all of the common flame,
Even though I touch you, it does not move your soul,
And nothing in you can be lit.

***

Welch‘ Hilfe muss ich noch erwarten meiner Pein,
Wenn nicht durch den Tod, der mir ist gewiss.
Da doch meine langen Seufzer, meine Treue‘ und meine Freundschaft,
Die Glut mein‘s Herzens, die Furcht auf meinem Antlitz
Nicht erweichen können Euer störrisch‘ Herz,
Sich von auch nur einer Gest‘ des Mitleids rühren zu lassen?

Oh, wie das Liebesfeuer seltsam ist!
Mein Herze dient ihm voll & ganz als Speise.
Blut und Lunge all werden so verzehrt.
Aber anders ist‘s als die gemeine Flamme,
Auch wenn mein Berühren Euch nicht die Seele rührt,
Und nichts in Euch sich dadurch kann entzünden.

(Didier Le Blanc)

0:00:00 – Hélas Que Me Faut-il Faire?
0:02:36 – Passepieds De Bretagne
0:05:19 – Que Feray-Je?
0:11:36 – Allons Vielle Imperfaite
0:15:18 – Bien Qu’un Cruel Martire
0:21:51 – Spagnolette
0:25:26 – Sus! Mon Lut D’un Accord Pitoyable
0:28:45 – Les Mariniers Adorent Un Beau Jour
0:33:25 – Quel Secours Faut-Il Que J’Atende
0:38:34 – Tant Et Tant Il M’Ennuye Tant
0:42:24 – Mai Voyez Mon Cher Esmoy
0:46:43 – Fantaisie
0:49:53 – J’Ayme Trop Mieux Souffrir La Mort
0:52:04 – Ô Combien Est Heureuse
0:59:06 – Belle Qui M’Avez Blessé

Cœur – Airs De Cour Français De La Fin Du XVIe Siècle
Vincent Dumestre, Le Poème Harmonique

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRIÈRE (Shuntarô Tanikawa)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2018



 

Anne Bachelier  (26)

PRIÈRE
TANOMI

Ouvrez-moi retournez-moi
Cultivez mes terres intérieures
Asséchez mon puits intérieur
Ouvrez-moi retournez-moi
Allez, lavez-moi l’intérieur
On y trouvera sans doute une perle merveilleuse
Retournez-moi ouvrez-moi
Mon moi intérieur est-ce la mer?
Est-ce la nuit?
Un chemin lointain?
Un sac en plastique?
Ouvrez-moi retournez-moi
Quelque chose pousse en moi
Un champ de cactus trop mûrs?
L’enfant prématuré d’une licorne?
Un marronnier qui a manqué d’être violon?
Retournez-moi
Que le vent blanchisse mes entrailles
Que mes rêves attrapent froid
Retournez-moi
Que ma pensée se désagrège dans les vents

Retournez-moi
Ouvrez-moi retournez-moi
Cachez ma peau
Mon front est maintenant gelé
Mes yeux sont rouges de honte
Mes lèvres fatiguées de baisers
Retournez-moi
Ah, retournez-moi
Que mes entrailles adorent le soleil
Étalez donc sur l’herbe mon estomac, mon pancréas
Faites évaporer ces rouges ténèbres
Fourrez le ciel bleu dans mes poumons
Mes conduits spermatiques s’emmêlent
Laissez les étalons noirs m’écraser
Laissez mon amante manger
Avec des baguettes de bois blanc mon coeur et mon cerveau

Retournez-moi
ouvrez-moi
Laissez mes mots intérieurs
Bavarder tant qu’ils veulent vite
Laissez mon quatuor intérieur
Résonner tant qu’il peut
Laissez mes vieux oiseaux intérieurs
S’envoler tant qu’ils veulent
Et mon amour intérieur
Perdez-le tant qu’il peut
Retournez retournez retournez-moi

Puisque je vais vous donner ma fausse perle intérieure
Retournez-moi retournez-moi ouvrez-moi
Mais mon silence intérieur, laissez-le
Faites-moi partir
À l’extérieur de moi
dans les salles de jeux
Dans l’ombre de ces arbres
Au-dessus de cette femme
Dans ce sable

(Shuntarô Tanikawa)

Illustration: Anne Bachelier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRISME (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2018



 

PRISME

Temps de terre, les pierres
battent
dans les creux de poussière, l’air arable
erre loin de chez lui, le fil de fer
barbelé et la route
sont effacés. Violen-
tée par la fièvre
brûlante de nos poumons, l’Ur des origines
éclôt du cristal, notre souffle vermeil
nous réfracte
en mille éclats. Nous ne nous
connaîtrons jamais
plus. Comme la lumière
qui bouge entre les lattes
de lumière
que nous avons parfois appelée mort,
nous, aussi, aurons fleuri,
même avec des flammes
aussi inextinguibles
que celles-ci.

(Paul Auster)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

HORIZON (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018



 

HORIZON

Tu te voues au néant,
tu te brûles
dans le dégel, tu
dores de genêts les falaises.

Mon souffle
se brise en toi. Je suis
particule
de l’amas qui te compose,
cendre — planant

dans ton second ciel, dans le bleu
que j’ai extrait du bleu
du matin.

Et la demi-parole reste
dans nos poumons haletants, mêlant
l’excès de feu au manque,
et au mot qui nous conduira
au-delà de nous-mêmes —

ici, où la terre durcie
nous donne l’assaut, transpercée
par l’alêne ravageuse du vent.

(Paul Auster)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il fait à peine jour (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018



Illustration: Joelle Thirion
    
Il fait à peine jour
le joueur d’accordéon
installé au coin de la rue déjà
a ouvert à ses pieds son chapeau
et fait cliqueter ses boutons de nacre
dès qu’il inspire à plein poumon ses notes
doucement se déplient les fronces de la lumière

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :