Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘préhistorique’

BOITES (Boris Vian)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2017



 

BOITES

On peut tout mettre dans les boîtes
Des cancrelats et des savates
Ou des oeufs durs à la tomate
Et des objets compromettants
On peut y mettre aussi des gens
Et même les gens bien vivants
Et intelligents
Oui oui décidément la boîte
Est bien le plus indispensable
Des progrès faits depuis les temps
Que l’on nomme préhistoriques
Faute d’un terme plus subtil
Pour désigner la vague époque
Où le dinosaure dînait
Dans les marais de l’Orénoque
Où le brontosaure brutal
Broutait des brouets brépugnants
Où le ptérodactyle enfin
Ancêtre extrêmement voisin
Du sténodactyle ordinaire
Ouvrait pareil à Lucifer
Des ailes de vieux cuir de veau
Dans un crépuscule indigo
En faisant claquer ses mâchoires
Pour effrayer nos grands-parents
Différence fondamentale
Avec notre vie d’aujourd’hui
La boîte, messeigneurs, n’existait pas encore.

BOITES

Je vous aime toutes, je vous aime
Vous vous suffisez à vous-mêmes
Et jamais ne nous encombrez.

Car pour ranger les BOITES
les BOITES
les BOITES
On les met dans des BOITES
Et on peut les garder.

(Boris Vian)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

UNE SILHOUETTE DE NAGEUR OBSCURE (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2016



UNE SILHOUETTE DE NAGEUR OBSCURE

À propos d’une peinture préhistorique
sur un rocher du Sahara:
une silhouette de nageur obscure
dans une ancienne rivière qui est jeune pourtant.

Sans armes ni stratégies
sans reposer ni même bondir
mais toujours séparée de son ombre :
elle glisse sur le fond du courant.

Il avait lutté pour se défaire
d’une image verdâtre et assoupie,
pour enfin rejoindre le rivage
et ne faire qu’un avec son ombre.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Eloge des cavernes (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2015


Neandertaliens3

Quand l’Histoire a commencé,
le cerveau humain était déjà pleinement formé,
ce qui veut dire que notre cerveau est
préhistorique.
Au temps des cavernes l’altruisme
était une nécessité,
les concepts ne mitaient pas les coeurs
et la foi agissait l’invisible.
C’est grâce à ce qui reste en nous
de préhistorique
que nous n’avons pas complètement sombré
dans la barbarie.

(Henri-Frédéric Blanc)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :