Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pressé’

Le papillon (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2019


 

Le papillon pressé
De vivre tout l’été
Dans la lumière qui viendra.

(Guillevic)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Fait divers (Thomas Vinau)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2019



 

Duy Huynh -  (55)

Fait divers

Nous apprenons à l’instant
le décès instantané
d’un petit matin frais
fauché en pleine course
par un quotidien trop pressé

(Thomas Vinau)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Duy Huynh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

C’est toi (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
C’est toi

Dans les intervalles de silence du vent
les paroles pressées de l’eau qui dévale
sa fraîcheur le long du sentier de montagne
c’est toi fraîcheur pensive de ma vie

L’été brûlant Le soleil feu perpendiculaire à l’herbe
A bouche fermée le bourdonnement grégorien
des abeilles célébrant l’office quotidien du miel
c’est toi basse continue de ma durée

Le cri d’une hirondelle cri que j’attrape au vol
(l’oiseau est déjà loin) rire plutôt qu’un cri
léger bonheur qui ricoche sur l’eau des rires de l’été
c’est toi douceur du sourire au creux des chagrins

Le silence soudain La nuit Déjà la neige
Le silence à pas de chat se pose sur le silence
et quand nous ouvrirons les volets le blanc sera très blanc
c’est toi qui ne dis rien et me parles sans mots

Et je te réponds Oui

(Claude Roy)

 

Recueil: À la lisière du temps suivi de Le voyage d’automne
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arbre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2018



Et l’arbre me disait
qu’il me suivrait
si j’étais moins pressé

(Werner Lambersy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Oiseau (Joël Sadeler)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2018



 

acacia

Oiseau

Sous les jupons
de l’acacia
l’oiseau s’engouffre
à toutes plumes

Mais se pose-t-il
à la fourche du tronc
ce trousseur d’arbre
bien trop pressé?

(Joël Sadeler)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 7 Comments »

Le regret de ses réseaux (Jacques Chessex)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2018




    
Le regret de ses réseaux

L’air et l’eau dans ton nuage
Si nuage est ce regard
Cette pensée qui disperse
Le regret de ses réseaux

L’air nocturne sur ta bouche
L’animal pur de ton souffle
Et l’hôte impur de ta couche
Où mourir dans ta dépouille

Quand la hanche et las ton ventre
Soudainement s’alourdissent
L’air est noir sur ta bouche lisse
L’eau de la nuit vient dans tes jambes

Langue soumise et volontaire
Dans la fraîcheur et le feu
Muscle frais dans la caverne
Où ne règne aucune parole

Je n’ai pas de raison plus juste
De clairière plus résolue
A m’instruire en impatience
À l’exemple de la mort

Pressé de vivre en ce lieu
Dans la maison de l’abîme
De chair et de peau sublime
À la trace enfin de Dieu

(Jacques Chessex)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mais c’est curieux tout de même (Albert Camus)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2018




    
Mais c’est curieux tout de même comme nous vivons parmi des gens pressés.

(Albert Camus)

 

Recueil: L’Envers et l’Endroit
Traduction:
Editions: Folio

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Et l’arbre me disait (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2018




    
Et l’arbre me disait
qu’il me suivrait
si j’étais moins pressé

(Werner Lambersy)

 

Recueil: L’éternité est un battement de cils
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

T’en souviens-tu, Sarah ? (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2018



Camp_dachau_corps2

T’en souviens-tu, Sarah ?
La mort s’est abattue sur toi et sur les hommes.
Plus pressée que d’habitude. Cette mort-là n’est pas celle que nos sages
nous ont appris à respecter et à aimer.
Mort engendrée par la haine.

T’en souviens-tu, Sarah ?
En ce temps-là – temps de misère et de guerre – des millions d’hommes étaient partis
en croisade contre le nez, la bouche ; contre le front et l’âme d’une fraction de leurs
semblables dont les poitrines se rétrécissaient, dont les paumes avaient glissé le long des hanches.

Sarah, t’en souviens-tu ?
En ce temps-là – ceci se passait à l’intérieur de la parole donnée, glorifiée, répandue –
l’adolescent avait vu père et mère pris au piège, devenir le centre foisonnant d’une rafle,
le fardeau d’une rose humiliée et disparaître avec son parfum…

En ce temps-là, en ce temps-là – Sarah, t’en souviens-tu ? –
le crachat du conquérant, dans la nuit, rivalisait d’éclat avec l’étoile étirée
et le monde voguait sans mât (…)

(Edmond Jabès)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que toucher dans le jour ? (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018



 

Illustration: William Bouguereau    
    
Que toucher dans le jour ?
Des passants pressés, des rêveurs
ou des ombres sur le pavé ?
On ne sait trop qui nous frôle.
D’anciens marcheurs volatilisés
ou des fées très légères…

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :