Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘preuve’

LES LIMITES DE L’AMOUR (Max-Pol Fouchet)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2022



Adrian Borda she_had_flowers [1280x768]

LES LIMITES DE L’AMOUR

Il suffit d’un baiser
Pour apprendre l’amour
Et d’un oeil abaissé
Pour connaître la nuit

Il suffit d’un mort
Pour savoir en secret
Les machines de l’oubli
Les pièges du souvenir

Et de sable mouillé
Pour à jamais découvrir
Les industries de la mer
A effacer les pas.

Longuement j’écoute
En toi respirer mon amour
Tu as en toi mon amour
J’ai ton amour en moi

Le plus clair de mon sang
Depuis longtemps passe en toi
Et voici que ton sang
En mes veines afflue

Je te prolonge tu me limites
Ta frontière est en moi
Ta vie se fait de la mienne
Serais-je si tu n’étais pas ?

La buée de nos haleines
C’est au froid du ciel
La preuve de nos sangs mêlés
De nos vies l’une par l’autre

Comme un halo de la lune
Mon souffle entoure le tien
Et sans la rosée de tes lèvres
Je serais sable dans le vent

Quand cessera mon coeur
Le tien cessera de battre
Il faut
bien que tu saches
Que j’emporterai ton coeur

(Max-Pol Fouchet)

Illustration: Adrian Borda

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Tellement j’ai faim (René Char)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2022



Tellement j’ai faim,
je dors sous la canicule des preuves.

Montre-toi; nous n’en avions jamais fini
avec le sublime bien-être des très maigres hirondelles.
Avides de s’approcher de l’ample allégement.
Incertains dans le temps que l’amour grandissait.
Incertains, eux seuls, au sommet du coeur.

Tellement j’ai faim.

(René Char)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La vision nue (Juliette Darle)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2022




    
La vision nue
à Anne Hoang

Son regard est seul à voir
l’innocence du passant

L’image en porterait preuve

La lumière sans dérive
réinvente la vie même

Anne longue nostalgie

l’aube pleure son absence
sa voyance Tu n’as plus

que son reflet dans le doute

La pure exigence semble
venir d’une autre planète

Son sourire parfois filtre
sous la belle heure qui passe

(Juliette Darle)

 

Recueil: Poésie au féminin
Traduction:
Editions: Folio

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nos instants les plus précieux… (François Jacqmin)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2021



    

Nos instants les plus précieux…

Nos instants les plus précieux ne furent-ils
pas des états
que rien ne permettait de retenir ? Instants
glanés lors du passage des oiseaux, nous les avons
laissé s’enfuir
afin de ne garder que l’indistinct et l’éphémère
pour preuve de leur traversée.

(François Jacqmin)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: Manuel des agonisants
Traduction:
Editions: Tétras Lyre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La beauté rigoureuse est notre quête (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2020



 

La beauté rigoureuse est notre quête.
Mais comment trouverez-vous la beauté
alors qu’elle est prisonnière de l’esprit,
toute preuve abolie?

(William Carlos Williams)

Illustration: Josephine Wall

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Je suis le jumeau des êtres que j’aime (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2020




    
Je suis le jumeau des êtres que j’aime
Leur double en nature la meilleure preuve
De leur vérité je sauve la face

De ceux que j’ai choisis pour me justifier
Ils sont très nombreux ils sont innombrables
Ils vont par les rues pour eux et pour moi

Ils portent mon nom je porte le leur
Nous sommes les fruits semblables d’un arbre
Plus grand que nature et que toutes les preuves

(Paul Eluard)

 

Recueil: Poésie ininterrompue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SALLES D’ATTENTE (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2020




    
SALLES D’ATTENTE

Solitude ce n’est pas la pitié
morose ou la grandeur sans nom
une guirlande qui promet
et ne tient pas

Solitude sans joie ni délices
promenade qui n’aboutit pas
on tourne en rond
et l’on attend ce qu’on attend

Solitude preuves à l’appui
qu’on cherche en vain dans un miroir
poussière qui tombe comme neige
et qui descend comme la nuit

J’attends la solitude c’est la mort
elle est à portée de mes mains
je n’ose les fermer j’ai peur
et j’attends il faut attendre

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANT EXPRESSIONNISTE (Srecko Kosovel)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2020



 

CHANT EXPRESSIONNISTE

A ceux qui cherchent des thèmes sociaux,
Des hymnes politiques, des effusions sentimentales,
Chant, dis-leur :
Je suis un arbre sans branches.

Que puis-je si le temps m’a fait naître,
Ils me refusent, fouillant de l’oeil mon visage,
A eux, chant, dis :
Je suis un arbre sans branches.

Ils cherchent seulement dans les archives la preuve
Du droit, dont le temps est
Garant,
A ceux qui sont enfermés dans leur cercle suranné,
Chant, dis-leur :
Je suis un arbre sans branches.

(Srecko Kosovel)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Couvre-le, couvre-le (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2020




    
Couvre-le, couvre-le
la révélation de ton corps est pour lui la seule preuve
et sa chute en lui le seul indice.

Couvre ton corps au sien
sans lequel rien ne s’ouvre
ni ne se ferme.

Couvre-le, couvre-le

duvet de ton ventre
huile à oindre
branche de tilleul et de voeux.

(Adonis)

 

Recueil: Lexique amoureux
Traduction: Vénus Khoury-Ghata Issa Makhlouf Houria Abdelouahed
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TU VIENS (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2019



Ce corps qui dit depuis l’aube

par songes et par brouillards
par fièvres et par fables
par larmes et par amour

TU VIENS

Témoin de quelle présence ?
En route vers quelle preuve ?
T’arc-boutant
à la moindre lueur.

(Andrée Chedid)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :