Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘primordial’

HOUILLE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



HOUILLE

Par l’oracle muet des feuilles
il était dit que tu serais
oraison de fougères, convoi
des sigillaires au deuil du carbone.
Alors ton silence scella les langues du soleil,
figeant le feu primal dans la défroque des forêts.

(Jacques Lacarrière)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et toi, tu resteras avec ton amour impossible (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



femme-a-cheval

Et toi, tu resteras avec ton amour impossible,
flamboyante, enflammée, chevauchant un cheval noir,
fille nue surgissant de la nuit sur la plage,
courant au son du galop, de la mer et du cœur,
et criant le nom de celui que tu aimes
avec une précision sauvage,
jusqu’à ce que tu crées des éclairs, des ténèbres,
et que l’abîme ouvre à tes pieds son magnifique gouffre
et que tout retourne au chaos primordial.

(Alejandra Pizarnik)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au jour tombant (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017




    
Au jour tombant les choses se relient

fleurs et chat, livre et lampe,
rêvent au magma primordial

vont jusqu’aux abords
de nous qui les admettons si distraitement.

Identifier notre royaume
serait pourtant la vraie urgence de nos soirs.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est une manière physique (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2017



marine-jeannard-tendresse-terre-9

Il est une manière physique d’aimer la terre.
Cela s’éprouve comme un désir de corps.
Il vient un temps où les mots ne suffisent plus,
où la monnaie des singe des promesses ne dédommage plus le désir.

La nature est le ventre primordial.
Les blés, les eaux, les êtres jaillissent et retournent à sa nuit.

Les hommes exécutent leur danse verticale dans le soleil avant de s’allonger,
avant de se confondre dans cette pâte épaisse
pétrie de feuille sèches, de geais et de renards.

(Luc Bérimont)

 Illustration: Marine Jeannard

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Feuilles tombées ferments d’un printemps autre (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2016


Traces que laisse tout destin aimant, nullement
En ligne droite mais en cercles concentriques
Cercles rejoignant d’autres cercles mus par l’amour
Jusqu’à rejoindre l’immense cercle initial
Qui depuis toujours aimante toute, mêlant
Destins brisés et rêves primordiaux

Feuilles tombées ferments d’un printemps autre

(François Cheng)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De passage (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2016



De passage

Revit-on jamais
Les moissons d’autrefois
Les errances du passé
Les chimères de jadis
La parole écoulée ?

Nos images
Ne sont-elles qu’image
Nos corps
Ne sont-ils que chimie
Nos pensées
Regagnent-elles le giron primordial ?

Ainsi dérivent
Nos figures
Si tributaires
Si dérisoires

Ainsi nous captive
La Vie
Si prodigieuse
Si illusoire

Ainsi s’esquivent
Nos années
Sitôt vécues
Et consommées.

(Andrée Chedid)

Illustration: Gustav Klimt

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma faim est trop grande et ma soif trop ardente (Ephraïm)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2016



Ma faim est trop grande et ma soif trop ardente
Pour que je puisse manger ou boire
Mais ne ferme-ton pas les yeux
Pour mieux voir?
Mais la grande démesure du désir
Qui m’habite
Ne m’empêche-t-elle pas d’aimer
Ce qui infiniment est désirable?
Oui je connais le chemin des nuages
Le comment des êtres
La sourde latence des orages
J’ai dévisagé toutes les choses humaines
Leurs arcanes d’ombre
Et leurs gestations secrètes
Mais il me manque un baiser
Un acquiescement d’amour
Ce battement de coeur primordial
Qui est le pourquoi d’exister-

(Ephraïm)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :