Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘proche’

Dans le train (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2017



Dans le train.
Le premier plan tourne à toute allure
tandis que l’arrière-plan est proche de la fixité centrale.
Foncer, aller droit,
c’est longer des cercles.

(Laurent Albarracin)

 Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où est ton pain, rêve? (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2017



Où est ton pain, rêve?

la bouche du réel ne parle
que pour poser cette question

les jours ont des cornes
qui n’attaquent que la rose de la poésie

Si proches sont les mots
si loin est la poésie

(Adonis)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les lampes brûlent dans chaque maison (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



 

 

Les lampes brûlent dans chaque maison,
ô aveugle ! et tu ne peux pas les voir.
Un jour tes yeux, soudain, s’ouvriront,
et tu pourras voir : et tomberont de toi les chaînes de la mort.

Il n’y a rien à dire ni à entendre ;
Il n’y a rien à faire :
c’est celui qui est vivant, quoique mort,
qui jamais plus ne doit mourir.

Et parce qu’il vit solitaire, le Yogi dit
ma demeure est loin d’ici.
Ton Seigneur est proche :
et pourtant pour le découvrir tu grimpes au haut du palmier.
Le prêtre Brahman va de porte en porte
afin d’initier chacun
Hélas ! la fidèle source de vie jaillit près de toi,
et tu exiges une pierre pour l’adorer.

Kabîr dit : Quels mots exprimeraient
la suavité de mon Seigneur. Yoga
et la récitation des rosaires, vertus
et vices — tout cela n’est rien devant Lui.

***

Lamps burn in every house,
O blind one ! and you cannot see them.
One day your eyes shall suddenly be opened,
and you shall see : and the fetters of death will fall from you.

There is nothing to say or to hear, there is nothing to do :
it is he who is living,
yet dead, who shall never die again.

Because he lives in solitude, therefore the Yogi says
that his home is far away.
Your Lord is near :
yet you are climbing the palm-tree to seek Him.
The Brahman priest goes from house to house and initiates people into faith :
Alas! the true fountain of life is beside you,
and you have set up a stone to worship.

Kabîr says : « I may never express how sweet my
Lord is. Yoga and the telling of beads, virtue
and vice — these are naught to Him. »

(Kabîr)
 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Éveille ! (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Éveille ! Éveille-toi, mon coeur !
Le suprême Esprit, le grand Maître est proche.

Précipite-toi aux pieds de ton Amant :
car ton Seigneur se tient à ton chevet.

Ton sommeil dure depuis les innombrables âges;
ce matin, dis, ne t’éveilleras-tu pas ?

***

O my heart! the Supreme Spirit, the great Master,
is near you : wake, oh wake!

Run to the feet of your Beloved :
for your Lord stands near to your head.

You have slept for unnumbered ages;
this morning will you not wake ?

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

«Viens» (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Trop proche
une flamme brûle

Trop loin
un nuage fuit

L’univers soudain
à portée de main
toujours par-delà

Lorsqu’est dit

«Viens»

(François Cheng)

 Illustration: Pascal Renoux

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le nuage est las de voyager (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



 

Le nuage est las de voyager
Il descend à la plus proche rivière
pour laver sa chemise
A peine a-t-il mis les pieds dans l’eau
que la chemise se dissout
et disparaît

(Adonis)

 Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lit de neige (Paul Celan)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2017



Lit de neige

Yeux, aveugles au monde, dans la faille du mourir : je viens,
pousse rude au cœur.
je viens.

Mur de l’abrupt, miroir de la lune. En bas.
(Lueur tachée de souffle. Sang strié.
Âme nuageuse qui encore une fois est proche d’une figure.
Ombre des dix doigts-enserrés)

Yeux, aveugles au monde
yeux dans la faille du mourir,
Yeux, yeux ;
Le lit de neige sous nous deux, le lit de neige.

Cristal sur cristal,
au temps profond emprisonné, nous tombons,
nous tombons et gisons et tombons,
et tombons :

Nous fûmes, nous sommes.
Nous sommes une chair avec la nuit,
à la lisière, à la lisière.

(Paul Celan)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre unique obligation morale (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2017



 

Notre unique obligation morale,
c’est de défricher en nous-même
de vastes clairières de paix
et de les étendre de proche en proche,
jusqu’à ce que cette paix irradie vers les autres.
Et plus il y a de paix dans les êtres,
plus il y en aura aussi dans ce monde en ébullition.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un sentiment étrange (Thomas Pesquet)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2017


IMAGES EN VIDEO

Chic volume1 sur mon air préféré 🙂

 

 

 

 

 

espace-800x600

Un sentiment étrange :
je me demande ce que mes proches
sont en train de faire sur Terre
au moment même où je les prends en photo…

Salut Paris et la France :
vous êtes magnifiques ce soir !

(Thomas Pesquet)

 
Quelques photos pour vous donner envie d’aller sur son site:

FLICKR:  https://www.flickr.com/photos/thom_astro/with/31507872775/

LA SORTIE DANS L’ESPACE Vendredi 13 Janvier .. QUELLE CHANCE!! 😉

1 preparation

2 dehors

3 pieds loin du sol

TWEET:

Curseur sur image pour voir de quoi il s’agit

Tempête tropicale

Rio Apodi Brésil _c

nuit tombe ]

Lever de soleil

Lac des Andes .. Laguna Verde

Djbouti

Désert Saoudien

Côtes bretonnes

UK et Europe

https://twitter.com/Thom_astro

 

Posted in méditations, photos, poésie, Sciences | Tagué: , , , , , | 6 Comments »

S’EN RETOURNANT CHEZ SOI (Sándor Weöres)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



S’EN RETOURNANT CHEZ SOI

C’en est assez du monde
des quatre murs
des étoiles trop proches
de la viande de porc écorchée
de l’iniquité qui frappe les autres
je m’en retourne chez mon père et ma mère
au cercueil

C’en est assez de la souffrance des autres
de mon propre plaisir
de l’acide noir
de la cendre
de la prière damnée
je m’en retourne chez les chiens et les chats de l’an passé
à la pluie sans abri

(Sándor Weöres)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :