Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘procurer’

Il n’y a pas de passé qui resurgisse (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2017


 


 

Ettore Aldo Del Vigo -   (36)

Il n’y a pas de passé qui resurgisse
qu’il ne procure une sensation de naissance.
[…]
la joie tragique d’avoir retrouvé le perdu.

(Pascal Quignard)

Illustration: Ettore Aldo Del Vigo

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | 5 Comments »

Ma sœur ô mon amie (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



Ma sœur ô mon amie

Ma sœur ô mon amie je ne te connais pas
Du fond du cœur pourtant je comprends ton alcool
Moi aussi j’ai suivi ton chemin pas à pas
Et je me suis plongé dans la jouissance folle

Que procurent la brume et tous les maëlstroms
De la bière et du vin délicieux nectars
Où l’on se sent enfin redevenir un homme
Et comme toi les nuits j’ai bu jusqu’à très tard

Se dressèrent alors les aubes de douleur
Aurores de souffrance et des atroces rêves
Un jour j’ai arrêté ce parcours de malheur

Ô mon amie ma sœur j’assécherai tes pleurs
Tout comme moi bientôt tu connaîtras les grèves
Et les plages d’amour où les soleils se lèvent

(Jean-Claude Demay)

Illustration: Edgar Degas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poème ne te procurera aucun salut (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2016


 

Le poème ne te procurera aucun salut.
Ne te fera accéder à nulle vérité, nulle permanence.
Ceci seulement :
à un moment, ta conscience s’entrouvrira.
Les mots tomberont.
Tu sentiras que l’oubli n’est qu’oubli.

L’évidence. Le saisissement de l’évidence.

Tout ce cheminement dans la nuit, pour découvrir enfin la nuit.

L’ignorance se reconnaîtra pour ignorance,
et ce sera à jamais ton seul savoir.

(Gérard Pfister)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :