Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘profil’

Entre nos deux absences (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2018




    
Entre nos deux
absences
il y a le vent
et lе sable
La plage est un profil
de noyé
couronné de coquillages
L’onde y libère
la parole
et le vent le regard

(Edmond Jabès)

 

Recueil: Le Seuil Le Sable Poésies complètes 1943-1988
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si loin, si proche (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2018



Si loin, si proche

Cavale d’or vert
Enfantine amazone
Fleur et licorne
Aussi blanche qu’altière.

Vol immobile
D’après l’amour
D’après le secret
D’après le feu
De chair et de songe.

Si loin, si proche,
Partie pour un soleil seul,
Pour l’orgueil muet
Du sang qui s’apaise,

Et mon regard sur ton sillage,
Sur ton silence de profil,
Sur ta gorge et ta jambe
Appelle.

(Georges-Emmanuel Clancier)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUELQU’UN D’AUTRE (Roger Kowalski)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2017



 

QUELQU’UN D’AUTRE

Courte est la nuit désormais ; fragile la face d’un songe ;
est l’ombre, mémorable le feu.

Garde mémoire, toi qui m’apparus un jour entre les grilles
Poème et depuis ne m’as point quitté;

ce que j’ai tenté, un autre sans doute l’achèvera; un même flot
ne façonne point le rivage.

Le temps va, ma créature, et nous-mêmes ; une lèvre ardente sur
notre chair dessine le profil d’un poème interrompu déjà.

(Roger Kowalski)

Illustration: Jean-Claude Forez

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la rupture (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2017



Illustration: Edvard Munch
    
Retouche à la rupture

dans la nuit de l’amour la mort invente un blanc

au ciel décoloré par les trop grands chagrins
le vent retourne et brûle
le profil de l’absente

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: De laine et soie
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’AI VU (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017



J’AI VU

J’ai vu des pays de pierres et de fleuves
Où des nuages sombres comme des araignées
Rongent le profil violet des montagnes
Parmi des crépuscules roses et froids.

Mouvante je suis passée à travers les images
Excessives de terres et de ciels
Plongeant dans le corps de ce dieu
Qui s’offre, tel un baiser, dans les paysages.

***

VI

Vi países de pedras e de rios
Onde nuvens escuras como aranhas
Roem o perfil roxo das montanhas
Entre poentes cor-de-rosa e frios.

Transbordante passei entre as imagen
Excessivas das terras e dos céus
Mergulhando no corpo desse deus
Que se oferece, como um beijo, nas paisagens.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AMOUR DE PROFIL (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



 

Richard MacDonald - Tutt'Art@ (1)

AMOUR DE PROFIL

1
Dans le sommeil des feuilles mortes
qui craquent de gel la nuit
sans que personne pose le pied

dans le sang qui bat à la tempe
du dormeur qui ferme les portes
et ne sait plus si lui c’est lui

dans le froissement de la furtive
allant retrouver son amant
au creux des menthes la rivière

dans les paroles de la pluie
dans le feu quand la maison dort
dans la chevêche de minuit

j’entends respirer la secrète
qui n’est jamais là où elle est

2
Songeuse Retirée Rieuse Tempérée
Flexible Détournée Distraite Méditée
Le beau front bombé et sa pâleur d’opale
Les yeux de grand hiver de brasero lent

Toi la pensive et l’incertaine Toi l’innocence
et la malice Toi l’eau qui dort en robe d’eau
Absente Dérobée Naïve Gaie Moqueuse
Furtive Souveraine Altière Intimidée

Indécise Etonnée Limpide Couronnée
Profil nu hésitant dans un miroir brouillé
par les longues pluies de la mélancolie
toi la Reine et la Fée l’enfantine et la grave

je t’écoute écouter J’écoute ton silence
J’écoute les échos les voiles de ta voix
ta voix de feuilles mortes et de vent sur la tempe
qui peut en murmurant faire éclore l’automne

3
Nous deux
Quelquefois un
Les deux doigts de la flamme
Deux c’est ton ombre et moi
ou toi ma silencieuse
nue comme à marée basse
une voix qu’on devine

Nous deux
quelquefois un
Les deux pieds nus du vent
Deux d’eau Le bruit de l’eau
Rêver se taire ensemble

Le ciel mangé de jour
qui n’a qu’un seul regard

Quelquefois un Nous deux

(Claude Roy)

Illustration: Richard MacDonald

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Non, je ne retrouve pas le portrait (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2017



 
    
Non, je ne retrouve pas le portrait.
Tu étais de profil, une lumière de cendre
tombait de tes bras,
de la maison voisine la fumée

gravissait lentement les dernières marches
de l’automne, un jeune chien
sautillait dans l’enclos, bientôt
il ferait nuit.

Tu étais de profil, ta main accompagnait
sur la poitrine la rose que je t’avais donnée.
Laisse-la ainsi, laisse-la
être, la main, rose elle aussi.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière Solaire / Poids de l’Ombre / Blanc sur Blanc
Traduction:Michel Chandeigne, Patrick Quillier, Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Maintenant (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2017




    

Maintenant ce sont eux qui possèdent ton visage,
les mots; et pas seulement le visage :
le sexe et la tremblante joie
qu’il y avait toujours à le sentir en éveil.
Sans mots nous ne sommes plus rien;
ils sont maintenant de profil, observe
comme ils reflètent ce que de jeune
toujours il y eut en toi, le même sourire
seulement un peu moins fatigué
et la démarche à peine moins lente.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière solaire / Le poids de l’ombre / Blanc sur blanc
Traduction: Michel Chandeigne, Patrick Quillier et Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poète se couvre les yeux (Zbigniew Herbert)

Posted by arbrealettres sur 11 avril 2017



le poète se couvre les yeux
d’une paume emplumée
il ne rêve plus de vol
mais d’une chute
qui dessine comme l’éclair
le profil de l’éternité

(Zbigniew Herbert)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’AUTRE (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2017



L’AUTRE

Pur profil qui t’es glissé dans ce monde entre deux sourires
toi le nom de ma douceur de ma violence
Dans ton regard le visage qui est le secret de ton visage
Quand je t’attends depuis toujours mon bel enfant aux yeux de femme
Qu’en toi j’espère avec tes mots
et que toutes les paroles du monde sont contre nous …
Et d’autres lèvres comme une image du silence sous ces lèvres
que tu as de la même chair que mon coeur
de la même couleur que ce qu’on ne peut voir

Si je pouvais te faire mienne à force de te trouver belle
et me livrer en toi à l’homme que je suis
Et me blesser en te frappant abolir quelque chose de moi
que je ne peux tuer que dans l’enfant que j’aime
Un autre temps commencerait dans ces mots trop clairs pour être compris

Va demeure l’horreur du sommeil dans le songe cette peur de mes yeux de se fermer sur moi
J’apprends à te parler de tout ce qui me brise à te détruire au nom de tout ce qui me lie

(Joë Bousquet)

Illustration: Alain Bonnefoit

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :