Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘proue’

Fata libelli (Edouard Grenier)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2018



 

Fata libelli

Quand le pâtre a fini son chant joyeux ou triste,
Dans l’air ému souvent le son persiste,
Et plane une dernière fois.
Puis, bientôt le silence,
Cet hymne sans voix,
Recommence
Au bois.

Le feu mystérieux que le caillou recèle
Au choc du fer jaillit en étincelle ;
Mais ce n’est qu’un rapide éclair
Qu’un moment voit éclore :
Le jet vif et clair
S’évapore
Dans l’air.

Le navire qui fend la mer avec sa proue
Creuse un sillon où la vague se joue
Et parfois un instant reluit.
Puis, tout s’éteint ; sa trace
Se perd dans la nuit,
Et s’efface
Sans bruit.

(Edouard Grenier)

Illustration: Charles Sprague-Pearce

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La sérénité sur l’herbe (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 24 février 2017



 

La sérénité sur l’herbe
d’une ombre orpheline

Où que l’on regarde
l’espace à neuf

Et on ne sait quel désir
à la proue du vent

(Georges Bonnet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE VAISSEAU D’OR (Émile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



LE VAISSEAU D’OR

C’était un grand Vaisseau taillé dans l’or massif.
Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues;
La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues,
S’étalait à sa proue au soleil excessif.

Mais il vint une nuit frapper le grand écueil
Dans l’Océan trompeur où chantait la Sirène,
Et le naufrage horrible inclina sa carène
Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.

Ce fut un grand Vaisseau d’or, dont les flancs diaphanes
Révélaient des trésors que les marins profanes,
Dégoût, Haine et Névrose ont entre eux disputés.

Que reste-t-il de lui dans la tempête brève?
Qu’est devenu mon cœur, navire déserté?
Hélas! Il a sombré dans l’abîme du Rêve!

(Émile Nelligan)

Illustration: Mary Blair

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Ceux qui tout droit avancent vers la mer (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2017



alexey-steele

 

Ceux qui tout droit avancent vers la mer
Et – tel un couteau – aiguisé – en elle plongent
La proue très noire de leurs bateaux
Vivent de peu de pain et de clair de lune.
(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Illustration: Alexey Steele

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

IPHIGENIE.. (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2016



iphigenie-racine-_marion-moreau_

IPHIGENIE…

Iphigénie conduite au sacrifice,
Parmi les cris aigus de ceux qui la pleurent,
Marche sereinement dans la lumière
Et son visage qui se tourne vers le vent,
Telle une victoire à la proue d’un navire,
Intact détruit tout le désastre.

***

IFIGÉNIA…

Ifigénia levada em sacrificio,
Entre os agudos gritos dos que a choram,
Serenamente caminha com a luz,
E o seu rosto voltado para o vento,
Como viaria à proa dum navio,
Intacto destrói todo o desastre.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

DEMIJOUR (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016



DEMIJOUR

J’ai rêvé d’une fugue. Et j’ai rêvé
de tes dentelles éparses dans l’alcôve.
Tout au long d’un quai, une mère ;
et ses quinze ans allaitant l’heure.

J’ai rêvé d’une fugue. D’un « pour toujours »
soupiré sur l’échelle d’une proue;
j’ai rêvé d’une mère ;
de fraîches petites touffes vertes,
et du trousseau constellé d’une aurore.

Tout au long d’un quai…
Et tout au long d’un cou qui se noie !

***

MEDIALUZ

He soñado una fuga. Y he soñado
tus encajes dispersos en la alcoba.
A lo largo de un muelle, alguna madre;
y sus quince años dando el seno a una hora.

He soñado una fuga. Un “para siempre”
suspirado en la escala de una proa;
he soñado una madre;
unas frescas matitas de verdura,
y el ajuar constelado de una aurora.

A lo largo de un muelle…
Y a lo largo de un cuello que se ahoga!

(César Vallejo)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marines (Arthur Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016




Marines

Les chars d’argent et de cuivre
Les proues d’acier et d’argent
Battent l’écume,
Soulèvent les souches des ronces
Les courants de la lande,
Et les ornières immenses du reflux,
Filent circulairement vers l’est,
Vers les piliers de la forêt,
Vers les fûts de la jetée,
Dont l’angle est heurté par des tourbillons de lumière.

(Arthur Rimbaud)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La nuit est un ange (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2016



 

La nuit est un ange dont le visage s’enflamme quand on le regarde dans les yeux.
C’est vers deux heures du matin que j’entends s’avancer le grand bateau des âmes
dont ton visage est la radieuse figure de proue.

(Christian Bobin)

Illustration: Danièle Cottereau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vaisseau d’or (Emile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2016



Le vaisseau d’or

Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l’or massif:
Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues;
La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues
S’étalait à sa proue, au soleil excessif.

Mais il vint une nuit frapper le grand écueil
Dans l’Océan trompeur où chantait la Sirène,
Et le naufrage horrible inclina sa carène
Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.

Ce fut un Vaisseau d’Or, dont les flancs diaphanes
Révélaient des trésors que les marins profanes,
Dégoût, Haine et Névrose, entre eux ont disputés.

Que reste-t-il de lui dans la tempête brève?
Qu’est devenu mon coeur, navire déserté?
Hélas! Il a sombré dans l’abîme du Rêve!

(Emile Nelligan)

Illustration: John William Waterhouse

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

MOUVEMENT DE VOILE (Christophe Real)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



MOUVEMENT DE VOILE

Si les poissons-clowns font rire les baleines
Si les bouées tintent sous le flot des proues
Si les pieds-de-biches jouent à tire-d’aile
A danser au rythme des requins-marteaux

Que les poissons-lunes éclairent l’abîme
Que l’étoile de mer colmate le rafiot
Que tes doigts d’oursin comme des algues vives
Caressent les vagues qui lorgnent ma peau

(Christophe Real)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :