Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘puzzle’

Devant un labyrinthe insoluble (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2019



Le puzzle de nos prétendues réussites
et de nos apparentes erreurs,
semble conçu par un maniaque anonyme
qui aurait abîmé en jouant toutes les figures
et ne veut ou ne sait les recomposer,
sans permettre non plus qu’un autre le tente.

Ce gaspillage de formes,
cette confusion des choses qu’on doit et ne doit pas faire,
épuise toutes les réserves
autant que la force génératrice qui les renouvelle.

Reste une seule formule:
devant un labyrinthe insoluble
en construire un autre plus enchevêtré,
qui déconcerte le premier.

(Roberto Juarroz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Patience (Jean Moraisin)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



Patience

Le poème à venir, en puzzle invisible,
Attend que le poète accède à son secret
En rassemblant les mots dans un tableau discret
Où, de l’émotion, jaillira l’indicible.

Trop souvent nous voulons la rime inaccessible,
L’alexandrin sublime et tel un couperet,
Notre inattention décapite à regret
Le vers surestimé qui devient insensible.

Écouter le silence est un profond travail.
La vérité nous vient au travers du vitrail
Par la douce lumière. Il faut savoir l’attendre.

Dans le torrent fougueux, je deviens le rocher
Pour caresser l’eau vive, essayant de comprendre
De la source à la mer ce qu’il me faut chercher.

(Jean Moraisin)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Qui sommes-nous ? (Zéno Bianu)(André Velter)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017




    
Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous vraiment, au plus intime de notre vacillement
Des grains d’étoiles jetés à l’orée du sens et du non-sens ?
De la poussière d’anciennes lunes en éclipse ?
Des copeaux de mémoires qui saignent ?
Des veilleurs aussi silencieux qu’intarissables ?
Des décrypteurs pulsant une même intensité d’altitude ?
Des voltigeurs d’extase ?

Pour celui qui n’a de cesse de recomposer son propre puzzle
en le tendant vers l’infini
le « qui suis-je » n’est plus une simple question,
mais un état, une implosion créatrice, une profession de foi.

Qui suis-je ?

Rien d’autre que le murmure polyphonique de cela.
Une onde en quête de droitures essentielles.

(Zéno Bianu)(André Velter)

 

Recueil: Prendre feu
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment trouver le coeur qui bat? (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016



Bris de limaille, de verre.
Ou puzzles émiettés.
Ou gestes qu’on lacère
dans le vide ou le néant.
Terre en mille poussières.
Dès lors, comment trouver
le coeur qui bat?

(Jacques Izoard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Puzzle (Francis Dannemark)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



Puzzle

Combien de vies dans une vie ?
C’est comme demander combien de pièces
dans un puzzle, dit-il. L’un en compte douze,
l’autre douze fois plus, il en faudra mille ici,
là quarante. Et chemin faisant,
on comprend que chacun aura
très exactement le temps
de compléter le sien, et que le nombre
de pièces n’aura rien signifié,
et que le temps lui-même,
cent ans, dix secondes, n’aura jamais été
qu’un instant,
une fabuleuse fraction
d’éternité.

(Francis Dannemark)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fleur d’étranger (Bernard Flucha)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2015




Fleur d’étranger

J’habite le village en lacets de ma mémoire
les rideaux tirés sur mes fenêtres
l’antre melliflue d’un corps à portée d’odeur profonde

J’habite la levée d’un voile
qu’une main buissonnière me tend au-delà de ses ponts

J’habite le coeur au vagabond de quelques traits humides
le reflet alizé d’un souffle de bitume
une arche
un instantané de porte

J’habite une photographie du puzzle de mes saisons
une étoile rouge nimbée de rais et de lumière naine
une embrasure de feu

J’habite un instant de pluie

J’habite le village enlacé de ta mémoire

(Bernard Flucha)

Poète découvert chez Lara ici


Illustration: René Magritte

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :