Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘raccompagner’

Un creux tout nouveau (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2019



Après t’avoir raccompagné j’aperçois soudain
sur le tube dentifrice un creux
tout nouveau ce matin!

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Hey, c’est impossible de se dire adieu (Leonard Cohen)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2018



Illustration: Edvard Munch
    
Hey, c’est impossible de se dire adieu

{Hey, c’est impossible de se dire adieu}

Je t’aimais le matin, nos baisers profonds et chauds
Tes cheveux sur l’oreiller comme une tempète d’or endormie

Oui, beaucoup ont aimé avant nous, je sais que ce n’est pas nouveau
Dans la ville et dans la forêt ils ont souri comme nous
Mais ils se sont éloignés et toi et moi devons essayer
Tes yeux s’adoucissent de chagrin
Hey, c’est impossible de se dire adieu

Je ne cherche personne d’autre pendant que je vagabonde
Raccompagne-moi jusqu’au coin, nos pas rimeront toujours
Tu sais que mon amour va avec toi comme le tien reste avec moi
C’est juste la manière qui change, comme le rivage et la mer
Mais ne parlons pas d’amour ou de chaînes ou des choses que nous ne pouvons délier
Tes yeux s’adoucissent de chagrin
Hey, c’est impossible de se dire adieu

Je t’aimais le matin, nos baisers profonds et chauds
Tes cheveux sur l’oreiller comme une tempête d’or endormie

Oui, beaucoup ont aimé avant nous, je sais que ce n’est pas nouveau
Dans la ville et dans la forêt ils ont souri comme nous
Mais ne parlons pas d’amour ou de chaînes ou des choses que nous ne pouvons délier
Tes yeux s’adoucissent de chagrin
Hey, c’est impossible de se dire adieu

***

Hey, That’s no Way to Say Goodbye

I loved you in the morning, our kisses deep and warm
Your hair upon the pillow like a sleepy golden storm
Yes, many loved before us, I know that we are not new
In city and in forest, they smiled like me and you
But now it’s come to distances and both of us must try
Your eyes are soft with sorrow
Hey, that’s no way to say goodbye
I’m not looking for another as I wander in my time
Walk me to the corner, our steps will always rhyme
You know my love goes with you as your love stays with me
It’s just the way it changes like the shoreline and the sea
But let’s not talk of love or chains and things we can’t untie
Your eyes are soft with sorrow
Hey, that’s no way to say goodbye
I loved you in the morning, our kisses deep and warm
Your hair upon the pillow like a sleepy golden storm
Yes, many loved before us, I know that we are not new
In city and in forest they smiled like me and you
But let’s not talk of love or chains and things we can’t untie
Your eyes are soft with sorrow
Hey, that’s no way to say goodbye

(Leonard Cohen)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Après avoir contemplé la lune (Yamaguchi Sodô)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2016



Après avoir contemplé la lune
mon ombre
me raccompagne

(Yamaguchi Sodô)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :