Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘radieuse’

La Naissance d’Aphrodite (José-Maria de Hérédia)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2018



Avant tout, le Chaos enveloppait les mondes
Où roulaient sans mesure et l’Espace et le Temps ;
Puis Gaia, favorable à ses fils les Titans,
Leur prêta son grand sein aux mamelles fécondes.

Ils tombèrent. Le Styx les couvrit de ses ondes.
Et jamais, sans l’éther foudroyé, le Printemps
N’avait fait resplendir les soleils éclatants,
Ni l’Été généreux mûri les moissons blondes.

Farouches, ignorants des rires et des jeux,
Les Immortels siégeaient sur l’Olympe neigeux.
Mais le ciel fit pleuvoir la virile rosée ;

L’Océan s’entr’ouvrit, et dans sa nudité
Radieuse, émergeant de l’écume embrasée,
Dans le sang d’Ouranos fleurit Aphrodité.

(José-Maria de Hérédia)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNE PETITE FILLE PERDUE (William Blake)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017




UNE PETITE FILLE PERDUE

Enfants de l’âge futur,
Lisant ces vers indignés,
Apprenez que, fut un temps,
Amour, le doux amour, fut tenu pour un crime.

Dans le temps de l’Âge d’Or,
Du froid de l’hiver exempts,
Gars et filles, rayonnant
Á la lumière sacrée,
S’ébattent nus aux rayons du soleil.

Un jour un couple de jeunes,
Empli du plus doux souci,
Se rencontre au beau jardin
Où la lumière sacrée
Venait d’ouvrir les rideaux de la nuit.

Là, dans le jour qui se lève,
Ils jouent tous les deux dans l’herbe ;
Les parents étaient au loin,
Aucun étranger ne vint,
Et la vierge eut tôt fait d’oublier ses frayeurs.

Puis, repus de doux baisers,
Ils se donnent rendez-vous
A l’heure où, au ciel profond,
Le sommeil sans bruit déferle,
Où pleure le voyageur épuisé.

Et la fille, radieuse,
Vint à son père tout blanc,
Mais l’amour lu dans ses yeux
Fit, comme le Livre Saint,
Trembler d’effroi ses membres délicats.

« Ona, faible et pâle,
A ton père parle.
Quelle peur tremblante,
Quel affreux souci
Secouent les fleurs de ma tête blanchie. »

***

A LITTLE GIRL LOST

Children of the future age,
Reading this indignant page,
Know that in a former time
Love, sweet love, was thought a crime.

In the Age of Gold,
Free from winter’s cold,
Youth and maiden bright
To the holy light,
Naked in the sunny beams delight.

Once a youthful pair,
Filled with softest care,
Met in garden bright,
Where the holy light
Had just removed the curtains of the night.

There in rising day
On the grass they play;
Parents were afar,
Strangers came not near,
And the maiden soon forgot her fear.

Tired with kisses sweet,
They agree to meet
When the silent sleep
Waves o’er heaven’s deep,
And the weary tired wanderers weep.

To her father white
Came the maiden bright,
But his loving look,
Like the Holy Book,
All her tender limbs with terror shook.

`Ona, pale and weak,
To thy father speak.
Oh, the trembling fear,
Oh, the dismal care,
That shakes the blossoms of my hoary hair.’

(William Blake)

Illustration: Raphaëlle Zecchiero

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Baiser rose, baiser bleu (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2016



Baiser rose, baiser bleu

À table, l’autre jour, un réseau de guipure,
Comme un filet d’argent sur un marbre jeté,
De votre sein, voilant à demi la beauté,
Montrait, sous sa blancheur, une blancheur plus pure.

Vous trôniez parmi nous, radieuse figure,
Et le baiser du soir, d’un faible azur teinté,
Comme au contour d’un fruit la fleur du velouté,
Glissait sur votre épaule en mince découpure.

Mais la lampe allumée et se mêlant au jeu,
Posait un baiser rose auprès du baiser bleu:
Tel brille au clair de lune un feu dans de l’albâtre.

À ce charmant tableau, je me disais, rêveur,
Jaloux du reflet rose et du reflet bleuâtre :
« Ô trop heureux reflets, s’ils savaient leur bonheur ! »

(Théophile Gautier)

Illustration: Francois Martin-Kavel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Splendide, radieuse (Arthur Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016




– Splendide, radieuse, au sein des grandes mers
Tu surgiras, jetant sur le vaste Univers
L’Amour infini dans un infini sourire
Le Monde vibrera comme une immense lyre
Dans le frémissement d’un immense baiser !
Le Monde a soif d’amour : tu viendras l’apaiser.

(Arthur Rimbaud)

Illustration: Eugène de Blaas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La nuit est un ange (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2016



 

La nuit est un ange dont le visage s’enflamme quand on le regarde dans les yeux.
C’est vers deux heures du matin que j’entends s’avancer le grand bateau des âmes
dont ton visage est la radieuse figure de proue.

(Christian Bobin)

Illustration: Danièle Cottereau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rose (Francis Ponge)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2016


fire-ballerina-girl-dancing

C’est trop d’appeler une fille Rose,
car c’est la vouloir toujours nue
ou en robe de bal,
quand, parfumée par plusieurs danses,
radieuse, émue, humide,
elle rougit, perlante,
les joues en feu
sous les lustres de cristal…

(Francis Ponge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Quel silence (André Durand)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015


bisseret_cour_int_61k

Dans la cour mais quel silence
pour qui revient, le visage tiré par le vent,
de la montagne radieuse!

(André Durand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut être amoureux (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2015



Pour reconstruire des villes
Pour ensemencer les champs
Pour fertiliser les coeurs
Il faut être amoureux

Pour élever les nuages
Pour exalter le soleil
En hiver comme en été
Il faut être amoureux

Pour respirer et pour voir
Pour ressusciter les morts
Pour retrouver l’univers
Il faut être amoureux

Il faut être sur la terre
En puissance de sourire
A toute bouche radieuse
A toute main généreuse.

(Paul Eluard)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je vais à l’orient des candeurs claires (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2015



 

Alexandre Pavlenko  (11) [1280x768]

Je vais à l’orient des candeurs claires
Où l’on brandit ses songes dégainés!

Jusqu’à la route, ardue aux seuls qui n’ont pas foi,
La forêt se meurt en broussailles;
— Route des pays bleus où le plus digne est roi,
Route prédestinée
Qui court, radieuse comme une année,
Par la plaine des représailles!…

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Alexandre Pavlenko

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :