Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rang’

Ici dans l’obscurité (Geoffrey Squires)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2019




    
Ici dans l’obscurité ils semblent si prescients
comme si tout leur était connu, si immobiles
avec juste le plus léger remous ici ou là
dans les rangs formels, symétriques
comme un murmure qui ne se répète pas

***

Here in the darkness how prescient they seem
as if all were known to them, how still
with only the slightest stir here or there
in the formal, symmetrical rows
like a whisper that is not repeated

(Geoffrey Squires)

 

Recueil: Poème en trois sections
Traduction: François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à l’exigence (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2018



Retouche à l’exigence

fervente du cilice
n’admettant que son rang
la ronce aux fleurs de sang
met l’amour au supplice

(Daniel Boulanger)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

Ces illustres savants (Sadegh Hedayat)(Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2018




    
Ces illustres savants, ces maîtres, ces dervis,
Ces lumières au rang des tout premiers admis
N’ont jamais traversé la nuit, atteint le jour :
Ils n’ont que fabulé, puis se sont endormis.

(Sadegh Hedayat)(Omar Khayam)

 

Recueil: Les chants d’Omar Khayam
Traduction: M.F. Farzaneh et Jean Malaplate
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’étreinte (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



Illustration: Diane Maizel
    
L’étreinte

Ange lourd, tu parles dans la boue sans hâte ni douceur
Tu portes les barques voûtées de ton rêve
En ce pays de berges dégagées

Et tu cours sur les patries nommées douteur
Parmi les rangs blancs des coquilles
Et les courants sans hâte ni douceur
Qui montent dans le soir à la mer étoilée

L’ardente solitude de ta voix déportée
Et l’aile vive rouge de ton nom odorant
L’arcade
En robe de lin dans le poids des marées
Fait effroi, et je te nomme Ô voûte
L’étranger

Et l’étreinte est bleue et redoutable
Ange

Car deux longs bras t’étreignent
Car tu n’es pas le vent.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tenir l’âme en état de marche (Jean-Pierre Rosnay)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




    
Tenir l’âme en état de marche

Tenir le contingent à distance
Tenir l’âme au-dessus de la mêlée
Tenir Dieu pour une idée comme une autre
un support, une éventualité,
une contrée sauvage de l’univers poétique
Tenir les promesses de son enfance
Tenir tête à l’adversité
Ne pas épargner l’adversaire
Tenir parole ouverte
Tenir la dragée haute à ses faiblesses
Ne pas se laisser emporter par le courant
Tenir son rang dans le rang de ceux qui sont décidés
à tenir l’homme en position estimable
Ne pas se laisser séduire par la facilité
sous le prétexte que les pires
se haussent commodément au plus haut niveau
et que les meilleurs ont peine à tenir la route
Etre digne du privilège d’être
sous la forme la plus réussie: l’homme.
Ou mieux encore, la femme.

(Jean-Pierre Rosnay)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le soleil tombe (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



    Illustration
    
Le soleil tombe.
Un jour, il tombera du haut
de son existence

son haut pas très haut
(étoile
de petit rang).

Nous ?

Tombés
avant lui.

En cette fin d’après-midi pourtant
c’est une jacinthe
que dans l’auto arrêtée sur la route, nous recevons en plein dans les yeux

ou la trace brillante d’un escargot sur une feuille

plus fortes
que la fin en marche.

Nous acceptons alors de vivre avec le provisoire.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un jour, le crépuscule reviendra (Hannah Arendt)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2016



Un jour, le crépuscule reviendra,
La nuit tombera des étoiles,
Nous serons, corps étendus,
Proches d’ici, loin d’ici.

Des ténèbres montent
De douces et brèves mélodies.
Écoutons-nous perdre nos habitudes,
Brisons enfin les rangs.

Voix au loin, proche chagrin — :
Toutes les voix de ces défunts
Que nous avions envoyés en courriers
Pour nous guider dans l’endormissement.

***

Einmal dämmert Abend wieder,
Nacht fällt nieder, von den Sternen,
Liegen wir gestreckte Glieder
In den Nähen, in den Fernen.

Aus den Dunkelheiten tönen
Sanfte kleine Melodeien.
Lauschen wir uns zu entwöhnen,
Lockern endlich wir die Reihen.

Ferne Stimmen, naher Kummer — :
Jene Stimmen jener Toten,
Die wir vorgeschickt als Boten
Uns zu leiten in den Schlummer.

(Hannah Arendt)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Désert ou cités (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2016



Désert ou cités

Je ne sais quelle géométrie
Du vide
Quelle géologie
De l’austère
Quelle soif de silences
Nous conduisent
Périodiquement
Vers ce lieu dépouillé
Et sans grades
Où l’âme
Se faisant face
Loin des simulations
Loin du rang et des feintes
Se nomme sans détours

Je ne sais quel rejet
Des apparences
Quel refus
Des masques
Quel chant primordial
Nous relient
Fugitivement
À ces plaines d’équilibre
À ce désert sans parures
À ces dunes d’harmonie
À ces sables accordés
Où l’âme
Mise à nu
S’éprend de tout l’espace

Je ne sais quel désir
Quelle passion ou quelle soif
Nous ramènent au monde
Au peuplement des cités
Au fleuve à l’arbre aux hommes
À l’énigme qui nous féconde
À l’angoisse qui nous taraude
À l’écueil qui nous grandit.

(Andrée Chedid)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En rang (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015


 

Des pots de fleurs
en rang
chez le coiffeur

(Shiki)

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Des signes en rang (Hamid Tibouchi)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2015



Des signes en rang
doués de vie au fil de l’eau
à la chair de poule
canards et cygnes à la dérive

(Hamid Tibouchi)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :