Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ravauder’

Retouche à un dimanche de Juillet (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2018



Retouche à un dimanche de Juillet

Dans l’escalier d’un poème
la femme ravaude les jours de l’après-midi

le quartier de pastèque sur la table
assombri par l’orage
le ciel souple y plante ses griffes

l’homme chante à mots couverts
plus amer qu’un feu d’herbe

et l’enfant regarde au plafond
des mondes
sortir d’une fente
et se défaire

(Daniel Boulanger)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Négresse (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Négresse

La négresse à tout
la négresse à tous
la négresse à couper le foin à planter
arroser
cueillir charger amasser au grenier
ensacher
laver repasser ravauder coudre cuisiner
fendre le bois
essuyer le derrière des petits patrons
baiser.
La négresse à tout
rien qui ne soit tout tout tout
jusqu’à l’instant de
(unique travail pour son profit exclusif)
mourir.

(Carlos Drummond de Andrade)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEUXIÈME LETTRE (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2015



 

Valentine Cameron Prinsep  cendrillon - cinderella -

DEUXIÈME LETTRE

Elle habite en soupirant
La mansarde mitoyenne.
Parfois sa porte, en s’ouvrant,
Pousse le coude à la mienne.

Elle est fière ; parlons bas.
C’est une forme azurée
Qui, pour ravauder des bas,
Arrive de l’empyrée.

J’y songe quand le jour naît,
J’y rêve quand le jour baisse.
Change en casque son bonnet,
Tu croirais voir la Sagesse.

Sa cuirasse est un madras ;
Elle sort avec la ruse
D’avoir une vieille au bras
Qui lui tient lieu de Méduse.

On est sens dessus dessous
Rien qu’à voir la mine altière
Dont elle prend pour deux sous
De persil chez la fruitière.

Son beau regard transparent
Est grave sans airs moroses.
On se la figure errant
Dans un bois de lauriers-roses.

Pourtant, comme nous voyons
Que parfois de ces Palmyres
Il peut tomber des rayons,
Des baisers et des sourires ;

Un drôle, un étudiant,
Rôde sous ces chastes voiles ;
Je hais fort ce mendiant
Qui tend la main aux étoiles.

Je ne sors plus de mon trou.
L’autre jour, étant en verve,
Elle m’appela : Hibou.
Je lui répondis : Minerve.

(Victor Hugo)

Illustration: Valentine Cameron Prinsep

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :