Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ravissement’

Ravissement (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 28 octobre 2019



Illustration: Josephine Wall
    
ravissement
de découvrir
l’océan du sens
par le vaisseau du sommeil

(Adonis)

 

Recueil: Toucher la lumière
Traduction: Anne Wade Minkowski
Editions: Imprimerie Nationale

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

De mes noms multiples (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2019



Illustration: Salvador Dali
    
De mes noms multiples naissent des humains
qui s’amoncellent et s’entretuent.
Prenez-les, guidez-les, enlacez-les!
Soyez pour eux chemins et conquêtes, ô mes noms!
Moi, je suis le vagabond éternel,
hors de mes noms,
et éternellement
je déclare la loi de la flamme,
le ravissement amoureux,
le rêve, les choses.

(Adonis)

 

Recueil: Toucher la lumière
Traduction: Anne Wade Minkowski
Editions: Imprimerie Nationale

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’accueille avec ravissement (Albert Strickler)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2019



 


Suzerain des riens somptueux
J’accueille avec ravissement
Les merveilles qui me renouvellent
Chaque jour leur allégeance de la veille

(Albert Strickler)

Illustration: ArbreaPhotos

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des marées de comètes (Norge)(Georges Mogin

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2018




    
Des marées de comètes
dans les filets d’un grand magnétisme
le courant de Dieu lui-même.

Les mouvements
les échanges
les forces des univers.
A chaque pas le ciel
me manque sous le pied
mais je lis les signaux de mes ravissements
ô Dieu
ô toi la seule solitude
qui ait la forme de mes joies.

(Norge)(Georges Mogin)

 

Recueil: Oeuvres poétiques
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un arrosoir (Hugo von Hofmannsthal)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018



Un arrosoir, une herse à l’abandon dans un champ,
un chien au soleil, un cimetière misérable,
un infirme, une petite maison de paysan,
tout cela peut devenir le réceptacle de mes révélations.

Chacun de ces objets, et mille autres semblables
dont un oeil ordinaire se détourne avec une indifférence évidente,
peut prendre pour moi soudain, en un moment qu’il n’est nullement en mon pouvoir de provoquer,
un caractère sublime et si émouvant,
que tous les mots, pour le traduire, me paraissent trop pauvres
[..]

Cherche, parmi tous ces objets misérables et grossiers de la vie paysanne,
celui, posé ou appuyé et n’attirant point l’oeil,
dont la forme insignifiante, dont la nature muette
peut devenir la source de ce ravissement énigmatique, silencieux, sans limite.

(Hugo von Hofmannsthal)

Illustration: Patrick Martin

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lorsque je dis qu’ils croient, au lieu d’agir (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018



Illustration: Malel
    
Lorsque je dis qu’ils croient, au lieu d’agir, et qu’ils sont immobiles,
qu’ils se tiennent donc dans l’hébétude de la croyance,
je n’oublie pas une seconde qu’ils passent pourtant leur vie à remuer.

Seulement c’est chaque fois la même histoire :
il y a agir et agir, tout comme voir et voir, ou penser et penser.
C’est juste une question d’intensité.

Mais si l’on vous demande par exemple ce que vous aimeriez vivre
et que vous répondez, sans réfléchir :
le ravissement,

alors ne cherchez pas, vous y êtes.

(Franck André Jamme)

 

Recueil: La récitation de l’oubli
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est sans appui (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



Illustration: Rafal Olbinski
    
C’est sans appui que l’on profère.
Tout vient par le ravissement.

(Franck André Jamme)

 

Recueil: La récitation de l’oubli
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Serait-ce donc cela… (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2018



Serait-ce donc cela…

Serait-ce donc cela la fleur de l’amitié
Le geste de douceur la larme sur la joue
Et puis cette tendresse infinie et donnée
Par delà ces chemins qui nous mènent vers où

Nous avons commencé de nous mettre en voyage
Vers l’autre que l’on aime ainsi que frère ou sœur
Ô ces conversations et le doux babillage
Où la voix des amis nous offre le bonheur

Indicible et suave en ses ravissements
Serait-il donc possible de croire en l’amour
En déployant une aile altière et tout grand

Étendue au-dessus des heures et des jours
Lesquels ressembleraient au rythme des amants
S’accompagnant en couple avec un pas si lent

(Jean-Claude Demay)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

À LA LUNE (Johann Wolfgang Von Goethe)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Illustration: Caroline Duvivier
    
À LA LUNE

Pâle soeur du premier rayon,
Image en deuil de la tendresse,
Le nuage, en passant, caresse,
D’un frisson d’argent ton beau front.
Hors du gouffre au jour interdit
Tes pas silencieux n’éveillent
Que l’âme des morts qui sommeillent,
Et moi et les oiseaux de nuit.

Ton regard au loin se déploie
Découvrant un immense espace.
Là-haut, près de toi, fais-moi place,
Offre à mes songes cette joie !
Ainsi, la distance effaçant,
Donne au chevalier le plaisir
De voir, par les vitraux, dormir
Celle que son coeur aime tant.

Ô ravissement, ô bonheur !
Adieu, distance qui me tue !
De tout le pouvoir de ma vue
Je rassemble en moi tes lueurs.
De plus en plus clairs, tes rayons
Qui son corps dévoilé révèlent,
Me font descendre ainsi, près d’elle,
Que toi, jadis, d’Endymion.

***

AN LUNA

Schwester von deco ersten Licht,
Bild der Zärtlichkeit in Trauer!
Nebel schwimmt mit Silberschauer
Um dein reizendes Gesicht;
Deines leisen Fuß es Lauf
Weckt aus tagverschloßnen Höhlen
Traurig abgeschiedne Seelen,
Mich und nächtge Vögel auf.

Forschend übersieht dein Blick
Eine großgemeßne Weite.
Hebe mich an deine Seite !
Gib der Schwärmerei dies Glück !
Und in wollustvoller Ruh
Säh der weitverschlagne Ritter
Durch das gläserne Gegitter
Seines Mädchens Nächten zu.

Des Beschauens holdes Glück
Mildert solcher Ferne Qualen,
Und ich sammle deine Strahlen,
Und ich schärfe meinen Buick ;
Hell und heller wird es schon
Um die unverhüllten Glieder,
Und nun zieht sie mich hernieder,
Wie dich einst Endymion.

(Johann Wolfgang Von Goethe)

 

Recueil: Elégie de Marienbad
Traduction: Jean Tardieu
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Secret celui-là (Teresa Rita Lopes)

Posted by arbrealettres sur 5 mars 2018



Secret celui-là

Secret celui-là qui m’habite comme un galet
perdu dans les vagues
qui revient au coin d’une rue
dans un train inattendu dans un vers subit
ans les yeux d’une bête d’un enfant
dans une odeur
dans une saveur tout juste arrivés de loin
celui-là le disparu
qui est resté mon compagnon cette voile de brume
à qui j’ai ouvert grand mon coeur
celui des rencontres complices dans
les greniers de l’enfance
seulement pour celui-là la porte est
ouverte entrebâillée toujours.
Je serai dans le jardin
dans la cuisine au grenier
au soleil à la pluie
nue habillée
en train d’écrire ou de dormir de manger du pain et du fromage
des raisins de boire du café.
Lui seul peut entrer à n’importe quelle
heure
s’asseoir sur la chaise basse ou par terre
et seules mes mains sourient savent se rendent compte
comme des aveugles elles touchent ses cheveux sa peau et
en un ravissement serein le reconnaissent.

***

Esse secreto esse

Esse secreto esse que me habita como um seixo
perdido nas ondas
que regressa ao voltar dura esquina
num comboio inesperado num verso sùbito
nos olhos de um bicho de um menino
num cheiro num sabor
recém-chegados de longe
esse o desaparecido
que ficou meu companheiro essa vela de bruma
a que rasguei o peito
o dos encontros cùmplices na
varanda da infância
apenas para esse a porta esta
aberta mal encostada sempre.
Estarei no quintal
na cozinha na varanda
ao sol â chuva
nua vestida
escrevendo ou dormindo comendo pâo com queijo
uvas bebendo café.
Sô ele pode entrar a qualquer
hora
sentar-se na cadeira baixa ou no châo
e sô as minhas mâos sorriem sabem dâo por isso
como cegas lhe tocam os cabelos a pele e
em sereno alvoroço o reconhecem.

(Teresa Rita Lopes)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :