Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘réaction’

Fidélité à l’éclair (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2018




    
[Fidélité à l’éclair, un livre de conversations avec Daniel Gonzales Dueñas et Alejandro Toledo.
Un livre qui s’ouvre d’emblée sur cette question : quel est le sens de la verticalité dans votre poésie ?
Il y répond en évoquant d’abord son expérience de la lecture des poètes dans sa jeunesse, une lecture attentive où lui apparaissait déjà que : ]

Même chez les grands poètes, il y avait des zones plus faibles, un peu lâches,
des zones qu’on pouvait remplacer, laisser de côté.

Je trouvais, ajoutait-il, chez de nombreux auteurs (et aujourd’hui dans la majeure partie de la poésie),
des passages où la description, l’anecdote ou l’effusion sentimentale dévoraient la poésie.

Alors j’ai commencé à éprouver la nostalgie d’une aventure qui serait la recherche d’une poésie plus dense,
où chaque élément serait comme quelque chose d’irremplaçable, où déplacer une virgule,
changer un mot de place ou un blanc serait une catastrophe…

une poésie qui ne se limiterait pas à cultiver l’atmosphère, les réactions sentimentales,
mais qui aurait (qui oserait avoir) possibilité d’unifier une fois pour toutes
ce qui a été si absurdement séparé : la pensée et l’émotion.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Fidélité à l’éclair
Traduction: Jacques Ancet
Editions: Lettres vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il était un petit homme (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018




Il était un petit homme, pirouette, cacahouète
Il était un petit homme
qui avait une drôle de maison

Sa maison est en carton, pirouette, cacahouète
Sa maison est en carton
ses escaliers sont en papier.

Le premier qui y mont’ra, pirouette, cacahouète
Le premier qui y mont’ra
se cassera le bout du nez.

C’est le facteur qui y est monté, pirouette, cacahouète
C’est le facteur qui y est monté
il s’est cassé le bout du nez.

On lui a raccommodé, pirouette, cacahouète
On lui a raccommodé
avec du joli fil doré.

Le fil doré s’est envolé, pirouette, cacahouète
Le fil doré s’est envolé
le bout du nez s’est envolé.

Un avion à réaction, pirouette, cacahouète
Un avion à réaction
a rattrapé le bout du nez.

Mon histoire est terminée, pirouette, cacahouète
Mon histoire est terminée.
Messieurs, mesdames applaudissez.

(Anonyme)

Illustration: Manola C.

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

La nature est nature (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2016



 

papillon

La nature est nature, elle n’est pas poésie.
C’est la réaction de la nature sur la complexion de certains titres
qui produit la poésie.

Le poète est un four à brûler le réel.
L’art qui tend à se rapprocher de la nature fait fausse route
car s’il allait au but : identifier l’art a la vie, il se perdrait.

Il ne s’agit pas de faire une image,
il faut qu’elle arrive sur ses propres ailes.

L’image est une création pure de l’esprit.
Elle ne peut mitre d’une comparaison,
mais du rapprochement de deux réalités plus on moins éloignées.

Le poète est essentiellement l’homme qui aspire au domaine réel,
le plan divin, la création mystérieuse et évidente.

(Pierre Reverdy)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :