Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rebord’

Sur le rebord du toit (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 17 décembre 2018




    
Sur le rebord
du toit
une pluie maigre
joue du clavecin

Hésite
s’amenuise

Deux trois notes
encore

Aigrement
espacées

Cernent
le silence

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOLEIL DES TRISTESSES (Jean-Baptiste Para)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018



Illustration: Edvard Munch
SOLEIL DES TRISTESSES
    
Celui qui chante son chemin
s’en va du même pas que le jour
un sac de ciment sur l’épaule

La chaleur est si forte
et tous nos gestes sans défense
comme un oiseau sorti des laîches

Des portes closes la clé brille
à quel rebord d’une fontaine
perdant toujours son eau rouillée

Enfant qui tousse au ciel de mai
amour trop seul en son langage
un peu de vent sur les fougères

Amour jamais ô neige sale
couleur d’étain qui monte en vrille
et le protège de sa faute

Au thé lampé dans les soucoupes
aux pas qui mâchent le gravier
la vie se froisse dans l’obscur

(Jean-Baptiste Para)

 

Recueil: La faim des ombres
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Contre le souffle (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



Illustration: Marthe Bonnard

    

Contre le souffle dans le fond de l’abîme,
rien que le frisson léger de la nappe devant la taverne,
sur le rebord ensoleillé de sa terrasse.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jour gris (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Jour gris

Comme un oiseau sur le rebord d’un toit
je vois le ciel au loin s’ennuager.
Où sont les jours d’azur, les nuits astrales ?
Je parle au vent qui passe.

C’est un jour gris, le ciel s’est donc voilé.
Ne me dis pas qu’il n’y a pas de plages
où les jours gris s’asseoient pour respirer
le vent qui passe.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Arpèges et paraboles
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES DIMENSIONS DU REGARD (II) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    

LES DIMENSIONS DU REGARD (II)

Reposant sur le socle des toits,
le bleu de l’air reste à l’avant du ciel.
Il touche parfois la terre
dans le regard des nouveau-nés.

L’existence n’a pas de rebord.
Elle donne à même le vide
et nombreux sont ceux qui en tombent
sans avoir le temps de voir d’où vient le soleil.

Les paysages sont tout seuls dans la verdure et la clarté
loin des villes que l’homme ne peut quitter
parce que ses pas sont inscrits d’avance
dans toutes les rues où sa statue bouge.

Sa vie tâtonne dans un tunnel
au flanc duquel des visages de femmes
posent une lueur vite dépassée par l’ombre
qui recouvre en lui toutes les sources du jour.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un nuage nuancier (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



Illustration: Arturo Souto
    
Un nuage nuancier
traverse le ciel de la ville

nu, le corps s’appuie
au chambranle blanc de la fenêtre.

On vit sur un rebord heureux du temps
de quoi se souvenir.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Zoologie: le Chat (Nuno Judice)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2017



Zoologie: le Chat

Un chat, à la maison, seul, monte
sur le rebord de la fenêtre pour, de la rue,
être vu.

Le soleil frappe les vitres et
réchauffe le chat qui, immobile,
semble un objet.

Il reste ainsi pour susciter
l’envie – indifférent
même si on l’appelle.

Par je ne sais quel privilège,
les chats connaissent
l’éternité.

(Nuno Judice)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La frontière (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2016



La frontière est comme cette ligne improbable tracée sur une carte
avant que les couleurs du changement ne soient mises.
Nous la devinons par une certaine lumière au rebord de l’ombre
et nous hésitons.

Pourquoi ?
Par fidélité à un seuil ?
Par pudeur ?

(Heather Dohollau)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Adossée à la mort (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2016



femme-allongee-

 

Allongée, légère
Adossée à la mort
Entre les mains
Le bouquet des heures
Avec les mots jamais dits
Encore cachés là
Au rebord d’un pétale
Sous un pli de lumière
Que cela et tout cela
Un manquement comme bien
Une faille de la nuit
Pour amorcer le jour

(Heather Dohollau)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Une coulée de confiture (Jean Aron)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2015


dégouline

 

Sur le rebord de la table
et en partance
pour le plus bas,
une coulée de confiture
répand ses reflets mordorés.

(Jean Aron)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »