Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘refléter’

Diane, Séléné, lune de beau métal (Jean de la Ville de Mirmont)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018



Diane, Séléné, lune de beau métal,
Qui reflète vers nous, par ta face déserte,
Dans l’immortel ennui du calme sidéral,
Le regret d’un soleil dont nous pleurons la perte,

O lune, je t’en veux de ta limpidité
Injurieuse au trouble vain des pauvres âmes,
Et mon coeur, toujours las et toujours agité,
Aspire vers la paix de ta nocturne flamme.

(Jean de la Ville de Mirmont)

 

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuages (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2018



 

Nuages

Nulle chose au monde qui n’ait été
nuage. Nuage, les cathédrales,
vitraux bibliques et roc monumental,
que rasera le temps. Et l’Odyssée,
changeante comme la mer. Et distincte
chaque fois que nous l’ouvrons. Ton visage
dans le miroir reflète une autre image
et le jour un incertain labyrinthe.
Nous sommes ceux-là qui partent. Profus
le nuage qui s’efface au couchant
est à notre semblance. Constamment
la rose en autre rose se transmue.
Tu es nuage et mer, tu es oubli.
Tu es aussi les choses qui t’ont fui.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: René Magritte

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au miroir (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018



Au miroir

Pourquoi persistes-tu, miroir sans fin ?
Pourquoi répètes-tu, frère secret,
Ma main, ses mouvements les plus discrets ?
Pourquoi dans l’ombre ce reflet soudain ?
Le Grec le dit, tu es mon autre moi;
Tu me guettes toujours sur l’éclat pur
De l’eau changeante ou du cristal qui dure.
Être aveugle, à quoi bon, si tu es là.
Ne pas te voir et te sentir si bien
Ajoute à ton horreur, magie qui oses
Multiplier le nombre de ces choses
Que nous sommes et couvrent notre destin.
Moi mort, tu en refléteras un autre,
Et puis un autre, un autre, un autre, un autre.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Folle (Edmond-Henri Crisinel)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018



Illustration: Sara Castro
    
La Folle

Elle a les cheveux blancs, très blancs. Elle est jolie
Encore, dans sa robe aux chiffons de couleur.

Elle emporte, en passant, des branches qu’elle oublie:
Les jardins sont absents et morte est la douleur.

Elle a des yeux d’enfant qui reflètent les jours,
Eau transparente ou passe et repasse une fuite.

Sa sagesse est donnée avec des mots sans suite,
Des mots divins qui vont mourir dans le vent lourd.

(Edmond-Henri Crisinel)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Oeuvres (complètes)
Traduction:
Editions: L’âge d’homme

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il t’arrive de rêver que tu dors (François Teyssandier)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2018



 

Il t’arrive
De rêver
Que tu dors
Et que dans ton sommeil
Le rêve
N’est qu’absence
De mots
Et d’images

Alors que tu t’entends
Parler
A des miroirs vides
Qui ne reflètent plus
Aucun visage

(François Teyssandier)

Découvert ici chez laboucheaoreilles
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Chapeaux d’été (Mizuhara Shuoshi)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2018



Hiroshige   furoshiki-japonais-paysage-d-ete-kawasaki-juku-hiroshige

Chapeaux d’été …
Reflétant le soleil
Rivage.

(Mizuhara Shuoshi)

Illustration: Hiroshige

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Sortilèges (Bernard Dimey)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2018



Licorne_loin

Dans les jardins de ma mémoire,
Sur les eaux calmes d’un étang
Où les licornes viennent boire
J’ai vu tes yeux se reflétant.
J’en redoute les sortilèges
Et ne m’approche qu’en tremblant
Pour mieux me laisser prendre au piège
Que j’ai redouté si longtemps.

Au jardin de la Mandragore
Je m’aventure chaque nuit,
Me promenant jusqu’à l’aurore
Malgré ton ombre qui me suit.
L’oiseau phénix au vol superbe
Peut disparaître et revenir,
Ses cendres répandues dans l’herbe
De toi me font ressouvenir.

Au jardin bleu des espérances
J’ai vu danser les paons de nuit
Sur les arpèges du silence
Où vient se perdre mon ennui.
Mais au premier souffle de brise
Le son de ta voix me revient
Et le songe soudain se brise,
De notre amour ne reste rien.

(Bernard Dimey)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Amours des nébuleuses (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2018


 


Alain Bonnefoit - Tutt'Art@ (54)

Amours des nébuleuses Oh! seins de ma maîtresse
Les yeux des astronomes ont jailli des lunettes
et ces yeux dans les cieux tels des yeux de négresse
reflètent en leur rondeur ma luxure et ma tête.

(Robert Desnos)

Illustration: Alain Bonnefoit

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

O Fontaine… (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2018




    
O Fontaine…

O Fontaine
Toi blessé(e) par le feu
O Fontaine
Tu te tais en ce lieu
Et le soir se reflète et saigne en ton miroir.
Un pan de la nuit
Au ciel se déchire si tu fuis
Ah! les feux du soir
Tremblant au dortoir
Temps fermé
C’est en vain qu’à tes horloges
On frappe et interroge
Les bûchers sont en feu pour la mort du jour
Au son lourd des tambours

O Fontaine
Tu meurs en vain sur les cailloux
Toi blessée au feu,
Pleurant à genoux
Temps fermé
Temps mort
Tu te tais en ce lieu
Ta mort n’est qu’un jeu.
Et ta vie un désaccord.
O temps
O jours et nuits
O jardins pour personne

O Fontaine
Toi blessé(e) par le feu
O Fontaine
Tu te tais en ce lieu
Et le soir se reflète et saigne en ton miroir.
Un pan de la nuit

Au ciel se déchire si tu fuis
Ah! les feux du soir
Tremblant au dortoir

Temps fermé
C’est bien en vain qu’en tes horloges
Temps
Au son lourd des tambours
Les bûchers sont en feu pour le remords du jour
Au son lourd des tambours
O Fontaine
Toi blessé(e) par le feu.

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PAROLES D’UN MIROIR A UNE BELLE DAME (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2018



Illustration: Paul Delvaux
    
PAROLES D’UN MIROIR A UNE BELLE DAME

Belle, belle, belle, belle!
Que voulez-vous que je dise
A votre frimousse exquise?
Riez, rose, sans cervelle.

Je suis un petit miroir,
Je suis de glace et d’étain;
Mais vos yeux et votre teint
S’illuminent à vous voir.

Les douleurs, les ennuis pires,
Je chasse tout penser triste;
Je ne veux (un tic d’artiste)
Refléter que vos sourires.

(Charles Cros)

 

Recueil: Le Collier de griffes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :