Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Régine Foloppe Ganne)’

C’est bien toi (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017



C’est bien toi
Je ne t’ai jamais vu
Et je te reconnais
Tu es celui que j’attendais
Prends la lampe
Appuie-toi sur mon bras
ll n’y a pas de rampe
Monte encore plus haut
Tu sais
On n’est jamais trop près du ciel

(René Guy Cadou)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES POÈTES PRISONNIERS (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017



Francine Van Hove 9120

LES POÈTES PRISONNIERS

Silence
On tourne dans la chambre
Où l’hiver nous rassemble
Autour des mêmes craintes

Écoutez dans la rue
Les étoiles qui tintent

Personne ne nous attend
Personne ne nous entend
Et c’est un grand bonheur
Mettons-nous table
Tous en coeur
Partageons nos misères
Prends dans ma main
Bois dans mon verre
Je me mordrai les lèvres
Pour tromper ma faim.

(René Guy Cadou)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette tristesse (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017



Cette tristesse, comme un travail,
une lourdeur dans les arbres:

on réfugie sa tendresse,
on met ses larmes en boule dans les roseaux,
où le soleil renifle.

(Régine Foloppe Ganne)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il l’aima (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



Il l’aima.

L’hiver fringant sortait ses cerisiers.

Pour toucher sa joue, il trouva des prétextes:
une lanière, une mouche,
une biche qui passe.

Les arbres avaient des joailleries.

Il posa sa main grise sur des souffles d’elle,
il accrochait ses pull-overs.

Elle avait vu des cyclistes rouges,
elle ne s’en souvenait plus,

il souleva son corps de ses yeux,
il mit sur elle toutes ses mains,

dans un manteau à boucles, une encolure,

dans le soleil de certains animaux,
il vit qu’elle était belle et quelle voulait bien.

(Régine Foloppe Ganne)

Illustration: Fabienne Contat

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour l’aimer, il n’eut plus que la mer (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



plage homme seul 0 [800x600]

Pour l’aimer, il n’eut plus que la mer,
ce vide majestueux à portée de la main.
comme une peur entre ses doigts, ses nerfs.

Où la toucher dans le paysage?
Où vérifier qu’elle le désire ?

Tout était vert et sans mesure,
la nuit lui prendrait ses restes d’images,
le laisserait
comme un homme sur une plage.

(Régine Foloppe Ganne)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un jour, ce sera si fort (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



Un jour, ce sera si fort que je pousserai cette porte cochère
(au milieu d’un jardin, cette porte qui ne sépare rien que des fleurs de la mer…)

Je pousserai avec l’épaule et la vague, avec la robe et la bouche, avec la respiration.
Et l’angle s’ouvrira, le biais où je vous ramènerai mon corps, l’intrusion de pétales.

J’aurai veillé longuement, attendant de votre solitude cette tristesse,
l’abandon parfait où nous laisse le bord des forêts.

Je vous prêterai des choses par amour
si nous vient la chape bleue du soir.

(Régine Foloppe Ganne)

Illustration: Alphonse Osbert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les choses qui finissent aussi sont belles (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



Les choses qui finissent aussi sont belles

Dans les clameurs
L’après-midi
C’est la mer

On oublie un émoi
Pour un parfum de cèdre,
un courant d’air sur soi

Et ce qui reste n’a pas de nom
— un charme d’homme,
une phrase,
A peine une merveilleuse éclaboussure.

(Régine Foloppe Ganne)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vous embrasser fut si doux (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



pétales-de-rose

Vous embrasser fut si doux
Qu’une rose tombe encore
Peu à peu dans la neige

Son bruit ne perce rien
Qu’un peu de peine restée

Une habitude du corps
A l’entrée du jardin

(Régine Foloppe Ganne)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’habite une flamme modeste (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



J’habite une flamme modeste. On n’y entre pas.
Dans ma sérieuse sauvagerie, je calme un jeu de connaissance.
Dans la base douce et violette de mon silence, je me balance.

Je ne dis jamais rien de la toute beauté
mais c’est moi qui imagine au mieux les séismes de la rencontre.

« J’ignore, disiez-vous, j’ignore où je suis allé en vous… »
Et vous passiez dans une brûlure, détenteur d’une essence rare
dont vous ne saviez plus que faire.

(Régine Foloppe Ganne)

Illustration: Carole Cousseau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la cambrure d’un cheval (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



Dans la cambrure d’un cheval,
Un attouchement, une sortie d’école,

Avec la patience qui se peuple,
Avec les volets clos,

En guise de fraîcheur

Quand on ne s’est plus vus
Je vous ai fait un corps.

(Régine Foloppe Ganne)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :