Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘regrouper’

Dans la résurrection, il y a confusion (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018



La floraison du bâton

[3]
Dans la résurrection, il y a confusion
si nous voulons argumenter ; si nous restons à regarder,

nous ne savons pas où aller ;
dans la résurrection, il y a une simple affirmation,

mais ne traîne pas à regrouper les autres,
dans toute la rue ; ton départ

à un tel moment, est la meilleure preuve
que tu connais le chemin ;

la première oie sauvage s’inquiète-t-elle de savoir
si les autres la suivent ou pas ?

je ne crois pas — elle est contente de partir —
elle sait où elle va ;

ainsi nous faut-il nous grouper ou nous envoler,
comme l’oie des neiges du cercle arctique,

aux Carolines ou en Floride,
ou comme ces vols migratoires

qui planent toujours (dit-on)
au-dessus de l’île perdue, l’Atlantide ;

en quête de ce que nous avions connu,
nous savons qu’un jour nous trouverons

le bonheur ; aujourd’hui tu seras
avec moi en Paradis.

***

but do not delay to round up the others,
up and down the street; your going

in a moment like this, is the best proof
that you know the way;

does the first wild-goose stop to explain
to the others? no—he is off;

they follow or not
that is their affair;

does the first wild-goose care
whether the others follow or not?

I don’t think so—he is so happy to be off—
he knows where he is going;

so we must be drawn or we must fly,
like the snow-geese of the Arctic circle,

to the Carolinas or to Florida,
or like those migratory flocks

In resurrection, there is confusion
if we start to argue; if we stand and stare,

we do not know where to go;
in resurrection, there is simple affirmation,

who still (they say) hover
over the lost island, Atlantis;

seeking what we once knew,
we know ultimately we will find

happiness; to-day shalt thou be
with me in Paradise.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Hiroshige

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plus bas le passage contre le mur (Georges Drano)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2015



Plus bas le passage contre le mur
plaçant contre le mur plus bas sur la page
en son commencement qui nous ramène à plus
De l’autre côté
l’accompagnement du dos qui s’éloigne
dans le mélange avec foule, distance
gestes innombrables à la confusion de tous
Plus bas le passage d’un mot à l’autre
foule distance regroupant le temps
de s’appeler au passage.

(Georges Drano)

Illustration: Leon Levinstein

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :