Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘reins’

La Trêve (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2017



La Trêve

Dans le désert ridé des draps,
la nuit dévêt l’enfance d’une épaule,
sel et soleil aux yeux du survivant

qui suit du doigt le long cheminement
du sang léger au flanc de la dormeuse
et la tiédeur d’une chair hasardeuse.

Les rues se sont vidées de leur venin
et l’on entend les bêtes pacifiques
ruser avec la lune sous les feuilles,

cependant que très loin, dans le brouillard,
la mer remue les algues et les monstres,
à coups de reins, dans son lit froid.

Et c’est la somnolence de l’hiver.

Au creux des meules s’engourdit
la rage têtue des vipères.

(Jean Joubert)


Illustration: Katerina Belkina

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le temps de tourner la tête (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2017



Le temps de tourner la tête
et déjà tu n’es plus la même.
La bête qui bouge en toi,
qui te parcourt, qui t’occupe,
flairant le jour au bleu des veines,
tramant la nuit au creux des reins,
la bête obscure a bronché.
Elle se fige, elle a vieilli.
A peine si je reconnais
le jeune masque de neige
sur la rive dévastée.

Entre mon corps et l’étrangère
qui dérive à mon côté,
s’épaissit le cri de la mer.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sanguine (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Sanguine

La fermeture éclair a glissé sur tes reins
Et tout l’orage heureux de ton corps amoureux
Au beau milieu de l’ombre
A éclaté soudain
Et ta robe en tombant sur le parqué ciré
N’a pas fait plus de bruit
Qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis
Mais sous nos pieds
Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins
Sanguine
Joli fruit
La pointe de ton sein
A tracé une nouvelle ligne de chance
Dans le creux de ma main
Sanguine
Joli fruit
Soleil de nuit

(Jacques Prévert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Sanguine (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017


princesse

La fermeture éclair a glissé sur tes reins
Et tout l’orage heureux de ton corps amoureux
Au beau milieu de l’ombre
A éclaté soudain
Et ta robe en tombant sur le parqué ciré
N’a pas fait plus de bruit
Qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis
Mais sous nos pieds
Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins
Sanguine
Joli fruit
La pointe de ton sein
A tracé une nouvelle ligne de chance
Dans le creux de ma main
Sanguine
Joli fruit
Soleil de nuit

(Jacques Prévert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Corporel (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Corporel

L’arabesque en forme de femme
balance des feuilles tendres sur le blanc
de la peau.
Elle transmue des cuisses en rythmes,
des genoux en tulipes. Et elle danse
en reposant. Maintenant s’incline
en turgides, promettantes collines.

Tout s’allonge: c’est une terre
parsemée de minéraux arrondis,
bracelets, anneaux multipliés,
mandolines de douceur aux reins chantant.

Où s’apaise le mouvement, naît
spontanée la parabole,
et un orbe, un sein, une baie
font s’écouler, sans fin,
la modulation de la ligne.

De cinq, dix sens, s’enfle
l’arabesque, pomme
polie dans la rosée
de corps qui s’enlacent et se déprennent
dans la courbe courbe courbe bien-aimée,
et ce que le corps invente est chose ailée.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: Jean-Baptiste Valadié

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Il y a la musique… (Philippe Garnier)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2015


musique

 

Il y a la musique du soleil qui fait danser
les ombres
le sel
qui boit du vin
la vie à livre ouvert
qu’on lit
dans les abeilles
le miel
d’un côté
de l’autre
le venin

Il y a des cris d’amour qui s’ élèvent
le désir dans ses mains qu’on retient
comme un dernier frisson d’antennes
dans les reins le plaisir le plaisir
le plaisir
comme un battement d’ailes
Il y a les paroles échangées
les mots
soufflés dans l’air
tout ce qu’on respire et qui a été dit
nos serments
gravés hier sur des chimères
qui aujourd’hui retombent en pluie
en grêle
d’hiver
qui nous assomme
de confetti

Il y a de la joie soudain qui éclate comme du verre
l’autre qu’on fait chanter
d’un doigt mouillé
comme le cristal
l’autre qu’on fait chanter
et la nuit qui juponne
la nuit qui descend
la nuit qui fait mal
la nuit qui vous éperonne comme une envie
d’aller au bal

Et puis il y a nous
nous
tout en bas
qui poussons parmi les hommes
nous qui poussons
poussons dans la nuit vers la forme
comme des essences
nous qui fleurissons moins pour l’apparence
que pour le parfum
nous qui passons
dans les branches…

(Philippe Garnier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Cristal (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2015


statue_nue

une longue lame de sel
devient cristal sur tes reins

(Jacques Dupin)

Illustration: Charles Vojkovského

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Solitude (Bernard Bertrand)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2015




Solitude

Une perle de rosée sur la pointe des seins,
Quelques gouttes qui ruissellent dans le creux de tes reins…
Une brise discrète caresse la peau
Et s’amuse avec ces gouttes d’eau…

Les yeux mi-clos,
Des pensées oses
Et commandes à ta main
De guider tes doigts fins.

Vers le plaisir tu avances,
Et bientôt, ô jouissance,
Tu oublies ces chagrins
Qui parsèment ton chemin…

(Bernard Bertrand)

Illustration: Giorgione

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vous aime (Jean Ferrat)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2015


Andrzej MALINOWSKI_L'or et rose-650

Pour ce rien cet impondérable
Qui fait qu’on croit à l’incroyable
Au premier regard échangé
Pour cet instant de trouble étrange
Où l’on entend rire les anges
Avant même que de se toucher
Pour cette robe que l’on frôle
Ce châle quittant vos épaules
En haut des marches d’escalier
Je vous aime Je vous aime
Pour la lampe déjà éteinte
Et la première de vos plaintes
La porte à peine refermée
Pour vos dessous qui s’éparpillent
Comme des grappes de jonquilles
Aux quatre coins du lit semés
Pour vos yeux de vague mourante
Et ce désir qui s’impatiente
Aux pointes de vos seins levés
Je vous aime Je vous aime
Pour vos toisons de ronces douces
Qui me retiennent me repoussent
Quand mes lèvres vont s’y noyer
Pour vos paroles démesure
La source le chant la blessure
De votre corps écartelé
Pour vos reins de houle profonde
Pour ce plaisir qui vous inonde
En long sanglots inachevés
Je vous aime Je vous aime

(Jean Ferrat)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Je ne sais pas ou tu commences (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2015



 

Albena Vatcheva G

Je ne sais pas où tu commences

Tu portes ma chemise
Et je mets tes colliers.
Je fume tes gitanes,
Tu bois mon café noir.
Tu as mal à mes reins
Et j´ai froid à tes pieds.
Tu passes mes nuits blanches
Et j´ai tes insomnies.

Je ne sais pas où tu commences,
Tu ne sais pas où je finis.

Tu as des cicatrices
Là où je suis blessé.
Tu te perds dans ma barbe,
J´ai tes poignets d´enfant.
Tu viens boire à ma bouche
Et je mange à ta faim.
Tu as mes inquiétudes
Et j´ai tes rêveries.

Je ne sais pas où tu commences,
Tu ne sais pas où je finis.

Tes jambes m´emprisonnent,
Mon ventre te retient.
J´ai ta poitrine ronde,
Tu as mes yeux cernés.
Ton souffle me réchauffe
Et j´étouffe tes cris.
Je me tais quand tu m´aimes,
Tu dors quand je le dis.

(Georges Moustaki)

Illustration: Albena Vatcheva

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :