Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘réjouissance’

La question (Robert Creeley)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



 

    
La question

Une description de la volupté
est sa propre réponse : j’appartiens à
l’amour nombreux.
Ces femmes.

Qui dans leur lit, leur
lit ou fesses nues pour les réjouissances
nocturnes, aaoh

Ou si ses seins sont rose, ou des roses, ou d’autres
fleurs, avec quoi, disons, arroser
ce jardin d’intention
particulière ?

(Robert Creeley)

 

 

Recueil: Le sortilège
Traduction: Stéphane Bouquet
Editions: Nous

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vieille misère (Guy Béart)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2016



Jules Desbois -misere [1280x768]

Vieille misère

Avec tes larmes qui baignent la terre
Avec tes larmes qui emplissent nos verres
Vieille compagne
Vieille, vieille misère
Avec tes larmes qui lavent nos crèches
Avec tes larmes, baigne nos paupières
Vieille compagne
Vieille, vieille misère
J’ai mis près de moi pour d’autres matins
Tes larmes
En prévision des jours de soif
Et de sécheresse
Pour ce jour peut-être

Avec tes paumes qui ouvrent la terre
Avec tes paumes qui brisent nos verres
Vieille compagne
Vieille, vieille misère
Avec tes paumes qui bercent nos crèches
Avec tes paumes, ferme nos paupières
Vieille compagne
Vieille, vieille misère
J’ai mis près de moi pour d’autres matins
Ta main
En prévision des jours d’opprobre
Et de solitude
Pour ce jour peut-être

Avec tes lèvres qui mordent la terre
Avec tes lèvres qui frôlent nos verres
Vieille compagne
Vieille, vieille misère
Avec tes lèvres qui chantent à la crèche
Avec tes lèvres, baise nos paupières
Vieille compagne
Vieille, vieille misère
J’ai mis près de moi pour d’autres matins
Tes lèvres
En prévision des jours de liesse
Et de réjouissance
Pour ce jour peut-être

(Guy Béart)

 Illustration: Jules Desbois

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SUITE POUR ALBERT AYLER (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2016


 


 

Albert Ayler Spirits Rejoice

SUITE POUR ALBERT AYLER

cassé
fracassé
aimanté
par la plus haute force du chant

inspire
espère
tu joues
en toutes langues
tu joues pour la lumière
qui ne passe pas

cassé
fracassé
tu joues
dans le ventre même
de l’intonation
aum aum aum

tu joues
pour dire
que le monde peut tourner autrement

pour interroger les étoiles
accélérer l’immensité

inspire
espère
écoutant
sans fln sans fond
la buée d’âme
de Coltrane

oui
tu joues
pour cet autre ciel
en ton coeur

fusant
contre l’invention des larmes
ciselant
des arcs-en-ciel de bastringue

cassé
fracassé
inspire
espère
jusqu’à confesser les anges

pour explorer
les grands charniers
de la naissance
du chagrin
et de la mort

contre tous les hypocrites
toujours les mêmes
quels qu’ils soient

pour offrir
ton absolue fragilité

cassé fracassé
tu joues
pour nous faire sentir
que le temps ne passe pas

inspire
espère
saint saint trois fois saint

en plongée d’esprit saint
en réjouissance d’esprit

dans un souffle-esprit
à faire germer des oracles

cassé
fracassé
tu remercies Dieu
d’avoir créé les femmes

tu salues en sueur
la substance femme

inspire
espère
tu joues
pour guérir les univers

pour porter ta peine
jusqu’aux comètes

homme-arbre
cassé fracassé
tu joues
comme une averse de signes
dans la prière du coeur

inspire
espère
chacune de tes notes
est une perle d’étreinte

un couac habité
dans la fanfare de Dieu

(Zéno Bianu)


 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :