Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘relâcher’

Un homme est-il déjà mort de mort pure ? (Miriam Silesu)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2019



 Illustration: Pascal Renoux
    
Un homme est-il déjà mort de mort pure ?
D’une mort sans autre cause que la mort ?
L’âme serait son crime, plus mystérieusement
qu’un suicide — elle n’aurait besoin d’aucune arme
et ne réclamerait pas de main extérieure… elle seule suffirait.
Oeuf et serpent, elle-même se gobant.

Tendu, le jour où l’arc se relâchera, je partirai pour toujours
dans cet univers insoupçonné où aucun miroir n’arrête l’esprit.

Je serais aussi moins fausse si j’étais moins vraie.

Être soulagée, crier dans ta poitrine, la mienne n’est pas assez grande.
Mais comment te rejoindre ?
Ma tête tranchée flotte dans la nuit.

(Miriam Silesu)

 

Recueil: Cinéraire
Traduction:
Editions: Lettres vives

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la respiration sont incluses deux grâces (Goethe)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2018



Dans la respiration sont incluses deux grâces:
Aspirer l’air, et s’en délivrer.
L’un oppresse, l’autre soulage;
Tel est le merveilleux mélange de vie.
Remercie donc Dieu quand il te presse,
Et remercie-le encore quand il te relâche à nouveau.

***

Im Atemholen sind zweierlei Gnaden:
Die Luft einziehn, sich ihrer entladen.
Jenes bedrängt, dieses erfrischt;
So wunderbar ist das Leben gemischt.
Du danke Gott, wenn er dich presst,
Und dank’ ihm, wenn er dich wieder entlässt.

(Goethe)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Nous marchons (Hélène Dorion)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018



Illustration
    
Nous marchons, tenant la main
de ceux qui avancent avec nous.
Parfois la main de l’un abandonne
et relâche celle de l’autre
pour éteindre la lampe.

L’enfant retrouve le chemin de ses jeux.

Au milieu du silence, nous marchons encore
plus fragiles de la main qui manque.

(Hélène Dorion)

 

Recueil: Sans bord sans bout du monde
Traduction:
Editions: La différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des jambes qui ploient (Pensées celtiques)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2017



 

Susan Madsen 13

Des jambes qui ploient

Mes jambes ploient sous le poids de mes péchés.
Comme une cargaison de grosses pierres attachées à mes épaules,
Je porte ce fardeau toute la journée et tous les jours.
Comment puis-je relâcher les courroies et me libérer ?

Je laisserai mes genoux fléchir et s’affaisser
Et le fardeau peser sur moi jusqu’à ce que je m’écroule au sol.
Si les courroies restent tendues, je serai écrasé et je mourrai.
Si les courroies se relâchent, je me lèverai et je vivrai.

(Pensées celtiques)

Illustration: Susan Madsen

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ce papillon (Ping Hsin)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2017



Pourquoi envoyer à la mort des millions de vies
les canons grondent sans fin
Dans la sombre nuit criblée de silences
ce papillon qui palpitait dans ma main
je l’ai relâché par la fenêtre

(Ping Hsin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chemins (Martin Heidegger)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2016



Chemins

chemins de la pensée ; ils vont d’eux-mêmes,
ils s’échappent. Quand donc amorcent-ils à nouveau le tournant,
dégageant la vue sur quoi ?
Chemins allant d’eux-mêmes,
jadis ouverts, soudain refermés,
plus tard. Montrant de l’antérieur,
jamais atteint, voué au non-dit –
relâchant les pas
à partir de l’accord d’un fiable destin.
Et à nouveau presse
une ombre incertaine
dans la lumière qui tarde.

***

Wege,
Wege des Denkens, gehende selber,
entrinnende. Wann wieder kehrend,
Ausblicke bringend worauf ?
Wege, gehende selber,
ehedem offene, jäh die verschlossenen,
später. Früheres zeigend,
nie Erlangtes, zum Verzicht Bestimmtes –
lockernd die Schritte
ans Anklang verlâsslichen Geschicks.
Und wieder die Not
zögernden Dunkels
im wartenden Licht.

(Martin Heidegger)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Relâcher son emprise crispée sur la journée (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2016



Relâcher son emprise crispée sur la journée.
Je crois que jusque dans leurs nuits,
beaucoup de gens gardent serré dans leurs griffes avides/affamées
un morceau de la journée.

Ce devrait être chaque soir un geste d’abandon et de détente:
laisser aller la journée, avec tout ce qu’elle a comporté.
Et se résigner à tout ce qu’on n’a pas pu mener à bien dans la journée,
en sachant qu’une nouvelle journée va venir.

Il faut aborder la nuit avec pour ainsi dire les mains vides,
ouvertes, dont on a laissé la journée glisser.

Alors seulement on peut vraiment se reposer.
Et dans ces mains vides et reposées,
qui n’ont rien souhaité retenir et où il n’y a plus un seul désir,
on reçoit en se réveillant, une nouvelle journée.

(Etty Hillesum)

Illustration: F.A. Moore

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce coeur (Hosaï)

Posted by arbrealettres sur 16 août 2016



Ce coeur qui réclame ceci ou cela
dans la mer
je relâche

(Hosaï)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Les herbes (Alain Vircondelet)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2015


Herbe verte et feuilles

Nuits
Qui coulent
Sur elles,
Les herbes,
Sans qu’elles ne relâchent
Jamais
Leur vert.

(Alain Vircondelet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :