Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘remémorer’

Une essence passerait peut-être (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2018




Si un ange, tournant les pages
Du livre fermé de nos vies,
Rouvrait ces jours solitaires, doux et sauvages,
Une essence passerait peut-être un chant
Frémirait dans l’harmonie des sphères,
Ultime accord de la musique remémorée qui fut la nôtre.

***

Should some angel, turning the leaves
Of the closed book of lives
Open again those days solitary and sweet and wild,
Would not some essence pass, some chord
Tremble into the harmony of the spheres,
Lingering overtone of the remembered music that was ours?

(Kathleen Raine)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La grande galerie des soupirs (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




La grande galerie des soupirs
Renvoie d’étranges échos.
La désolée lance un cri,
Et voici qu’une voix en réponse
Profère le mystère du coeur :
Un coeur nous répond-il?
Entendons-nous la mer
Dans le son d’une conque à l’oreille intérieure?

***

The great whispering-gallery
Sends back strange echoes.
The desolate sends out a cry,
And there comes an answering voice
That utters the heart’s mystery:
Does any heart reply?
Do we hear
The sea in the sound of a shell held to the inward ear?

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE LAC (Emile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2018



LE LAC

Remémore, mon coeur, devant l’onde qui fuit
De ce lac solennel, sous l’or de la vesprée,
Ce couple malheureux dont la barque éplorée
Y vint sombrer avec leur amour, une nuit.

Comme tout alentour se tourmente et sanglote !
Le vent verse les pleurs des astres aux roseaux,
Le lys s’y mire ainsi que l’azur plein d’oiseaux,
Comme pour y chercher une image qui flotte.

Mais rien n’en a surgi depuis le soir fatal
Où les amants sont morts enlaçant leurs deux vies,
Et les eaux en silence aux grêves d’or suivies
Disent qu’ils dorment bien sous leur calme cristal.

Ainsi la vie humaine est un grand lac qui dort
Plein sous le masque froid des ondes déployées,
De blonds rêves déçus, d’illusions noyées,
Où l’Espoir vainement mire ses astres d’or.

(Emile Nelligan)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les images (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018



Un enfant qu’on soulève un peu
un vin foncé
des feuilles tressées en couronnes
un corps vibrant
jusqu’au plus doux aveuglement
n’imposent parfois
aucun désir de dénouement
mais forment dans les yeux
d’éphémères images
qu’on se remémore
au crépuscule
à bruyères noires.

(Jean Follain)

Illustration: Júlia Fernández Sánchez

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle attend (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2016



 

Une route se remémore
tous les pas disparus.
Mais elle attend et rien encore
n’est vraiment apparu.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :