Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘renouvelé’

Nous avons confié l’amour à la terre (Emmelie Prophète)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2019



 

Rigaud Benoit  Damballah-Wedo-and-his-Consort-ca.1967

Nous avons confié l’amour à la terre,
Extrait de l’arbre le secret de sa fleur,
Une mère terrible éparpillée
Dans le souvenir de son sang,
Un territoire mêlé dans le jeu inquiet
Des regards qui se manquent.
Notre ressemblance est un
Accident renouvelé.

(Emmelie Prophète)

Illustration: Rigaud Benoit

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Devra-t-il mourir avec toi, ce monde magique (Antonio Machado)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2018



Devra-t-il mourir avec toi, ce monde magique
où le souvenir garde
les souffles les plus purs de la vie,
l’ombre blanche du premier amour,

la voix qui toucha ton coeur, la main
que tu voulais retenir en songe,
et toutes les amours
qui parvinrent à l’âme, au ciel profond?

Devra-t-il mourir avec toi ce monde,
cette ancienne vie, ordonnée par toi et renouvelée?
L’enclume et le creuset de ton âme
travaillent-ils pour la poussière et le vent?

(Antonio Machado)

Illustration: René Julien

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le réel « total » (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



Le réel « total », le seul réel véritable,
n’est accessible qu’à l’intuition poétique
(les grands philosophes, les grands mystiques et quelques grands scientifiques sont des poètes),
qui par une approche sans cesse renouvelée,
par des chemins si différents jette, dans ses meilleurs moments,
une lumière instantanée,
inexplicable sur ce qui n’a pas de visage…

(Lorand Gaspar)
Découvert chez Lara ici

Illustration: Mustapha Merchaoui

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une flèche traverse l’univers (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2018



Illustration: Vladimir Kush
    
Une flèche traverse l’univers.
Peu importe qui l’a lancée.
Elle transperce également le fluide et le solide,
le visible et l’invisible.
Tenter de calculer son parcours
reviendrait à imaginer un mur dans le néant.

Flèche depuis l’anonyme vers l’anonyme,
depuis un abîme qui n’est pas une origine
vers un autre abîme qui n’est pas une destinée,
mouvement qui semble n’en être pas un
mais plutôt une extase à chaque instant renouvelée.

Je la trouve en ta main
ou toi en ma pensée.
Je peux la voir entrer dans un nuage,
couper en deux un oiseau,
surgir des fleurs et des pluies,
fendre une cécité,
transpercer les morts.

Peut-être son exemplaire anonymat
nous convoque-t-il à notre propre anonymat,
pour que nous puissions aussi nous libérer
de notre commencement et notre fin.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Martine Broda pour Roberto Juarroz
Traduction: Martine Broda
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une abeille s’est noyée (Katell Antoine)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2018



dans la banquise de grêle
une abeille s’est noyée
un monde si instable
sans cesse renouvelé
personne pour le voir
dix mille ans pour l’inventer

(Katell Antoine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’attends le miracle (Maria Casarès)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2017




    
J’attends le miracle
toujours renouvelé
de ta présence

(Maria Casarès)


 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’arbre chante au fleuve (Léa Goldberg)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017




    
L’arbre chante au fleuve

Qui a porté mon automne doré,
Avec les feuilles mortes a ratissé mon sang,
Qui verra revenir mon printemps
Vers lui, au temps de l’année,

Mon frère le fleuve, qui se perd à jamais,
Différent et unique, chaque jour renouvelé,
Mon frère le flot qui glisse entre ses rives
Comme je coule du printemps à l’automne.

Car je suis le bourgeon et car je suis le fruit,
Je suis mon avenir et je suis mon passé,
Je suis le tronc stérile et esseulé,
Et tu es toi — mon temps et mon chant.

(Léa Goldberg)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: F. Kaufmann
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plaine vaste Ciel bas (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017



    

Plaine vaste
Ciel bas

Le désir terrestre
point ne disparaîtra
Tant que jusqu’à l’horizon
Vous lèverez
vos coupes assoiffées

Déjà de plus loin
D’infiniment plus loin
Par longues traînes
ailes étincelantes
âme renouvelée
Arrive la cohorte des nues
prêtes au rite de sacrifice

Un instant encore
Elles retiennent leur souffle
Puis, se donnant entières

Versent

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’esprit de l’Obscurité (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2016



nuit-nout

L’esprit de l’Obscurité
est immémorial, éternel.
C’est le principe féminin
des origines.
Les racines du ciel et de la terre
s’élancent de sa porte mystérieuse.
Toujours renouvelé,
il se répand dans l’univers.
Indéfiniment.
Il ne s’épuise jamais.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A TES YEUX DE SURPRISE MATINALE (Jean Orizet)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2016



 

A TES YEUX DE SURPRISE MATINALE

A tes yeux de surprise matinale
je veux m’étonner le premier

A tes lèvres de verveine
je veux boire encore ce rire ailé de gazelle

A tes cheveux de poivre blond
je veux renouveler ma soif

A ton ventre de jeune pêche
je veux attendre l’été mûrissant

Oreille contre coeur
Merveille pour merveille.

(Jean Orizet)

Illustration: Helene Beland

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :