Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘repeindre’

J’ai tout repeint en bleu (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2018



J’ai atteint
à la béatitude
des anges
de bazar
j’ai tout repeint
en bleu
Les oursins
du coeur
les sandales
d’Empédocle
sur l’Etna
les machines
à sous du sexe
l’oeil
de verre
des USA
J’ai tout repeint
en bleu
nirvana
comme on fait
aux volets
de campagne
à cause
des mouches
qui n’aiment
pas cette couleur
Et j’ai tourné
sept fois
ma langue
dans l’oreille
de Dieu
pour le faire rire

(Werner Lambersy)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Il n’y a pas de vieille joie (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018




    
Est-ce qu’on peut dire qu’il n’y a pas de vieille joie
mais que la joie
est toujours
neuve — fraîche simultanée
et pourquoi pas repeinte à neuf
comme les traces
de l’orage dans un grand champ
d’avoine ou un chapeau de paille emporté par le vent
même s’il est dangereux
depuis l’enfance de se pencher par la fenêtre
d’un train —

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Etc.
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les mots de couleur (Guenrikh Sapguir)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2017



Les mots de couleur

L’herbe a des mots tout verts
qui chuchotent dans l’air.

Le vent a des mots bleus
qui sont parfois houleux.

Le soleil à l’aurore
a des mots rouge et or.

Et les mots se répondent
en repeignant le monde.

(Guenrikh Sapguir)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

BEAU TEMPS (Marie-Thérèse Brousse)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



BEAU TEMPS

Le vent joue devant la porte
Dans le jardin familier.
Longuement le soleil s’allonge
Et dort, têtu, sur l’allée.

Mais déjà derrière la grille
L’été a roulé détaché du temps.
Il faut regagner la chambre trop claire
Il faut ne rien oublier
Essuyer la vitre, y tendre
Le beau temps apprivoisé,
Penser à tout, tout repeindre
La ville, le calendrier;
J’apprends un amour si sage
Qu’il sait bien désespérer.

(Marie-Thérèse Brousse)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’unique peintre de ce bourg (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2016


 

L’unique peintre de ce bourg
repeignait la boutique austère
et fredonnait
quand de la gare s’en revenaient
les deux uniques voyageuses
indifférentes à cet amour
que mettait partout le printemps
mais il est des chants qui se poursuivent
et que nous ramène une brise.
O monde je ne puis te construire
sans ce peintre
et sans ces deux femmes.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

LITANIES (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2016



LITANIES

J’entends toujours les grands Sanctus de ma jeunesse
Qu’à Pâques ou Noël on chantait à la messe.

Je les entends en moi, comme des voix d’absents,
Et mon Ame se meurt du regret de l’encens.

Mon souvenir repeint les anciennes verrières
Et cherche à renouer l’écheveau des prières.

Sanctus ! Sanctus Deus ! et du haut du jubéé
Le chant des soprani lentement est tombé,

Si tendre qu’on dirait des chansons de fontaines
Pleurant au clair de lune en des vasques lointaines.

Sanctus ! le choeur entier reprend sur le même air
Et l’orgue brusquement s’enfle comme la mer

Sanctus ! Les violons sous l’archet qui les frôle
Ont les frissons d’un lac caressé par un saule,

Flots menus se suivant et mourant tour à tour
Qui tombent dans l’église et montent clans la tour.

Sanctus ! Sanctus Deus! Bonheur que rien n’égale !
Toute l’âme a sombré dans cette eau musicale.

On prie, on pleure, on a la tête dans ses mains,
On sent fleurir de soi des désirs surhumains,

De combattre pour Dieu, de mourir pour l’église,
Sanctus ! Tandis qu’au loin le choeur se tranquillise.

Et comme dans un rêve on cause avec Jésus
Pour qu’il daigne bénir les plans qu’on a conçus;

On cause avec la Vierge, à genoux, à pleine âme,
Car on l’aime encor plus, elle—puisqu’elle est femme.

Et l’on voudrait mourir, tant c’est délicieux
D’avoir le tremblement des cierges dans les yeux!

(Georges Rodenbach)

Illustration: Francisco de Zurbarán

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Soleil de printemps (Seishi Yamaguchi)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2015



boite aux lettres  [800x600]

Soleil de printemps
Boîte aux lettres repeinte
Dégoulinades jusqu’à terre.

(Seishi Yamaguchi)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les vagues (Sylvain Tesson)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2015


vagues

Les vagues ont repeint au rouleau
une mer d’huile.

(Sylvain Tesson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

L’anecdote (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2015




L’unique peintre de ce bourg
repeignait la boutique austère
et fredonnait
quand de la gare s’en revenaient
les deux uniques voyageuses
indifférentes à cet amour
que mettait partout le printemps
mais il est des chants qui poursuivent
et que nous ramène une brise.
O monde je ne puis te construire
sans ce peintre
et sans ces deux femmes.

(Jean Follain)

Illustration: Marta Shmatava

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :