Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘réplique’

Certaine flamme sous le silence du vivant (Annie Salager)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2019




    
Certaine flamme sous le silence du vivant est-elle amour
est-elle une inconnue réplique de l’énergie noire
à des millions d’années-lumière de toi mêlée
de galaxies, de tourbillons de feu
dans le bouillonnement de
leurs cratères et leurs
amas de glace, leurs
pluies de métaux
en fusion,
nulle
part
et
partout,
des univers comme
la même flamme en toi
d’étoiles surgies d’ombres
autour d’infinités neuronales,
écoutes-tu l’amour qui te crée au
silence du vivant, en son hasard au cycle
du vivant, écoutes-tu le rien d’amour que tu
inventes, ta création du rien en peuple d’astres que
tu es, écoute et danse pour un instant de vie son feu de ciel

(Annie Salager)

 

Recueil: La Mémoire et l’Archet
Traduction:
Editions: La rumeur libre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA JACTATION DE DIOGÈNE (Vangelis Kassos)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2018




    
LA JACTATION DE DIOGÈNE

sous la pluie
Diogène le Cynique
finissait par perdre son assurance
non parce que le soleil
tel un prince déchu
tremblait de peur et se cachait
ni parce que les éclairs de sa tristesse
ne surprenaient
plus personne
mais parce que comme son tonneau
il restait enlisé lui aussi dans la boue
et dans la réplique toute faite
que même dans son sommeil
le lit continuait
à tourner sans repos
et qu’il ne cessait jamais
de bercer sa vie
à la mort

(Vangelis Kassos)

 

Recueil: Cent poèmes
Traduction: Ioannis Dimitriadis
Editions: http://www.ainigma.net

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vois l’aurore… (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017




    
Vois l’aurore…

Vois l’aurore tremper les feuilles des mélisses,
La libellule errer au bord frais des calices,
Mêlant aux iris d’or son vol phosphorescent.
La grive a retrouvé ses pipeaux idylliques,
L’écho confusément lui donne la réplique,
Le jour s’effeuille ainsi qu’un églantier naissant.

Comme il est éphémère et suave de vivre!
Est-ce ta bouche encor dont la langueur m’ennivre,
Est-ce ton regard vert aux moires de l’étang?
Mais rien ne peut mourir des baisers que l’on donne
Et quand le temps cruel et faux nous abandonne,
Ils fleurissent en nous comme un divin printemps.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ta gorge a l’éclat de la mer (Théodore Hannon)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2017



victor-karlovich-shtemberg-a-sitting-nude-rackcdn

Ta gorge a l’éclat de la mer :
Tes seins forment la blanche houle
Où ma tête ardente se roule
Et vient noyer le spleen amer.

Toi dont la pulpe épanouie
Dans une insolente santé
Vient offrir son régal vanté
À ma gourmandise éblouie,

Je t’aime d’une passion
Où le cœur n’a point sa réplique,
Et d’un culte que ne complique
Nulle idéalisation.

J’aime en toi la seule matière :
Le parfum, le son, la couleur,
Le rythme, la forme en sa fleur,
Voilà ma passion entière !

(Théodore Hannon)

 Illustration: Victor Karlovich Shtemberg

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la maison sonore (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2016




Je passais la nuit dans la maison sonore.
Ils sont nombreux à vouloir traverser les murs,
mais la plupart d’entre eux ne parviennent pas jusque-là :
ils sont submergés par les hurlements blancs de l’oubli.
Un chant anonyme est noyé dans les murs.
Des coups discrets qu’on ne veut pas entendre,
des soupirs prolongés,
mes anciennes répliques qui rampent orphelines.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

VERS LA MER (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2016



VERS LA MER

Mon coeur sourd de la Mer et se résorbe en elle…

Rien dans le vent du large où rêver ta terrasse:
Pas un pétale, un papillon — pas même une aile; —
Ni senteur de verger parmi l’embrun qui chasse,
Ni même un bruissement de feuillage irréel
Dans le glas monotone et tenace
Qui hurle — es-tu donc morte? — au ressac de Frehel.

Près de la grande croix éperdue et tragique
Dont j’ai vêtu le nu gibet de notre amour,
J’ai pleuré vers la mer sanglotante en réplique,
Comme ta voix, peut-être, et comme ton coeur lourd;
Par delà l’océan qui geint son rêve sourd,
J’ai guetté ta réplique.

L’herbe est plus gaie au creux de nos ravins, sans doute;
Notre lac est plus bleu — car c’est le jeune été;
L’île à l’ancre dort telle encore qu’elle était,
Et le sentier du roc court rieur sous sa voûte,
Et son seuil est fleuri que tes pas ont fêté
Et son écho s’émeut que ta voix a fêté!…

— Mon âme dans la mer des larmes s’est dissoute,
Mon coeur, dans la mer je l’ai jeté!
Le jardin bruissait dès le seuil
Des oiseaux s’envolant du porche;
L’ombre d’un hêtre, dès le seuil,
Traînait en violet de deuil;
Autour d’un rosier, rose torche,
Vibraient en halo des abeilles;
C’était le Pays des Merveilles
Que nous contemplions du porche
— Un rêve de futures veilles. —

Au long des buissons fleuris d’ambre,
Près des rocs gris comme Décembre,
Sous le poids de tes cheveux tu te cambres,
De tes cheveux en nuée et si lourds
De leur or d’encensoir où brûleraient des ambres….
Qu’eût-il été de nos amours?
— Si vers mes désirs tu te cambres
Par delà l’océan qui geint ses rêves sourds
Rien ne sera de nos amours!…

Si j’avais pensé de te dire
« Que des bleuets sont dans tes yeux,
« Et des roses dans ton sourire
« Et des épis dans tes cheveux. »
Et pourtant j’ai pensé te dire:
« Que la vie est douce à qui le veut,
« Qu’en tout regard un regard se mire,
« Qu’en toute voix un écho s’émeut; »
Mais pouvais-je savoir — la folie! —
Pour quelle douleur je t’aimais
Et que la vie est triste et s’oublie,
Et que le temps meurt à jamais…

Nous dérivions, des heures, aux rives,
Où les branches nous tendaient leurs ombres,
Et parfois se joignaient en ogives
Comme en des cathédrales sombres;
Et quelque courant nous menait,
A sa guise lente, où dort la crique;
Et ce nénuphar à mon péril donné,
Et le rire en sourire qui fut ta réplique…
Quelle heure d’éternité sonnait?
Car voici que j’écoute toujours
Par delà l’océan qui geint ses rêves sourds
Et guettant ta réplique.

Mon âme dans la mer se noie
Mon coeur saigne aux vagues moroses…

Où vas-tu cueillir le jasmin?
Où fais-tu récolte de roses?
Sais-tu où refleurit la joie?
— Mon coeur ne sait plus le chemin,
Mon âme dans la mer se noie —

J’ai pleuré vers la mer qui surgit et déferle,
Et, fou, je te tendais la main,
Rêve qui te dissous en vapeurs au lointain,
Comme croule mourant un flot qui déferle;
Rêve d’aube que vint dissiper le matin,
Comme essoré, s’efface un chant de merle;
Rêve d’amour défunt, hantant tout lendemain,
Comme, doucement retirée, une main
Laisse l’empreinte d’une perle
Indélébile aux doigts qui la serraient en vain.

J’ai pleuré vers la mer qui sanglote et déferle.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il ne faut répondre aux autres qu’en créant (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2016



Il ne faut répondre aux autres qu’en créant.
Il faut laisser toutes les autres sortes de répliques.

(Pascal Quignard)

Illustration: Julia Perret

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

RÉPLIQUE (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2015



RÉPLIQUE

Un seul oiseau
chante.
L’air multiplie.
Notre tympan est un miroir.

(Federico Garcia Lorca)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

EUSSE-JE ailleurs trouvé l’amour? (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2015



 

Margarita Sikorskaia - Tutt'Art@ (18)

EUSSE-JE ailleurs trouvé l’amour? — le jour s’endort
A l’occident, reviens : ne t’ai-je pas menée
Où flotte le parfum suave d’un rêve mort,
Ó Berthe, ô ma Gretchen, ô ma douce Renée?

… Tes grands yeux, et ta natte ingénue, et ta voix
Rieuse et musicale en naïves répliques,
Et ta candeur céleste alors que tu m’expliques
Les pourquoi fabuleux des choses que tu vois…

Heure unique d’amour inconsciente et chaste,
Crépuscule brûlant d’un radieux été; —
Oh! l’Idylle candide et tendre que c’était,
Malgré que soit venu cet autre soir néfaste.

Assis à tes genoux, dans l’ombre où se noyait
Ta forme, j’écoutais ta voix, comme en extase :
Chaque contour naïf me semblait une phrase;
Les mots inespérés et fous, que m’envoyait

Le souffle printanier de ta lèvre mutine,
Paraissaient onduler à l’entour de ton corps :
Pour moi, couleurs et sons se confondaient, alors,
En l’ivresse d’aimer une femme enfantine…

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Margarita Sikorskaia

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au paysage (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2015



 

Christian Deberdt (22)

retouche au paysage

il a sa réplique en moi
avec des lignes plus espiègles

des cils battent à l’intérieur des choses

(Daniel Boulanger)

Illustration: Christian Deberdt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :