Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘résignée’

Ma chambre (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2019



 

Gustav Klimt lady-by-the-fireplace-1898.jpg!HD

Ma chambre

Ma demeure est haute,
Donnant sur les cieux ;
La lune en est l’hôte,
Pâle et sérieux :
En bas que l’on sonne,
Qu’importe aujourd’hui
Ce n’est plus personne,
Quand ce n’est plus lui !

Aux autres cachée,
Je brode mes fleurs ;
Sans être fâchée,
Mon âme est en pleurs ;
Le ciel bleu sans voiles ,
Je le vois d’ici ;
Je vois les étoiles
Mais l’orage aussi !

Vis-à-vis la mienne
Une chaise attend :
Elle fut la sienne,
La nôtre un instant ;
D’un ruban signée,
Cette chaise est là,
Toute résignée,
Comme me voilà !

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Gustav Klimt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans la terre torride… (Remy de Gourmont)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2018



 

Diego Dayer blanc

Dans la terre torride, une plante exotique
Penchante, résignée : éclos hors de saison
Deux boutons fléchissaient, d’un air grave et mystique ;
La sève n’était plus pour elle qu’un poison.

Et je sentais pourtant de la fleur accablée
S’évaporer l’effluve âcre d’un parfum lourd,
Mes artères battaient, ma poitrine troublée
Haletait, mon regard se voilait, j’étais sourd.

Dans la chambre, autre fleur, une femme très pâle,
Les mains lasses, la tête appuyée aux coussins :
Elle s’abandonnait : un insensible râle
Soulevait tristement la langueur de ses seins.

(Remy de Gourmont)

Illustration: Diego Dayer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Idées sont en route depuis longtemps (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2016



Les Idées sont en route
Depuis longtemps,
Et vont coûte que coûte
Par tous les temps…

… Quelles embûches l’Ignorance,
A disposées sur leur chemin!
Et quels clous de souffrance
Bêtise planta dans leurs mains!

Mais elles s’en allaient, sublimes, résignées,
Elles laissaient pleurer leurs yeux hallucinés,
Leurs beaux yeux,
Et parlaient sourdement, la bouche bâillonnée,
Par les mauvaises routes,
Et sans qu’on les écoute…

(Charles Vildrac)

Illustration: Eugène Delacroix

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :