Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ressentir’

En une attente désespérée (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2019



Illustration: Renata Ratajczyk
    
En une attente désespérée je vais cherchant après elle
dans tous les coins de ma demeure; je ne la trouve pas.
Ma maison est petite, et ce qui une fois en est sorti jamais plus ne peut être ressaisi.
Mais immense est ton palais, mon Seigneur,
et tandis que je cherchais après elle je suis parvenu devant ta porte.

Je m’arrête sous le céleste dais d’or de ton soir,
et vers ton visage je lève mes yeux pleins de désir.
Je suis parvenu sur le bord de l’éternité d’où jamais rien ne se dissipe
– nul espoir, nul bonheur, nul souvenir de visage entrevu à travers les larmes.

Oh ! trempe dans cet océan ma vie creuse,
plonge-la dans le sein de cette plénitude, et que cette caresse perdue,
je la ressente enfin dans la totalité de l’univers.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: L’offrande lyrique
Traduction: André Gide
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Personne n’a jamais ressenti (William James)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2019



 

Brendan Monroe news1-18-12

Personne n’a jamais ressenti
une sensation toute seule.

(William James)

Illustration: Brendan Monroe

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Seule la lézarde de la privation (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2019




    
Seule la lézarde de la privation
nous rapproche de la rencontre.
Et si la rencontre se produit
peu importe qu’elle soit une autre lézarde.

Seulement ainsi trouverons-nous
le secret de la première.
Pourquoi ressentons-nous ce qui n’est pas
comme une privation ?
Est-ce la seule façon
de le faire exister ?

***

Sólo la grieta de la privación
nos acerca al encuentro.
Y si el encuentro se produce,
no importa que él sea otra grieta.

Sólo así hallaremos
el secreto de la primera.
¿Por qué sentimos lo que no existe
como una privación?
¿Será el único modo
de lograr su existencia?

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Amours de chats (Yaba)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2019



Amours de chats
exprimant ce qu’ils ressentent
poignants sont leurs cris

(Yaba)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Que tes yeux ont d’attraits et de charmes (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019



Que tes yeux ont d’attraits et de charmes
que mon cœur les ressent vivement.
Mille fois j’ai payé de mes larmes
le plaisir de les voir un moment

(Armand Lanoux)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je sais que c’est de la poésie (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2018




Si je lis un livre et qu’il rend mon corps entier si froid
qu’aucun feu ne pourra jamais me réchauffer,
je sais que c’est de la poésie.
Si je ressens physiquement
comme si le sommet de ma tête m’était arraché,
je sais que c’est de la poésie.
Ce sont les deux seules façons
que j’ai de le savoir.
Y en a-t-il d’autres ?

***

If I read a book and it makes my whole body so cold
no fire can warm me
I know that is poetry.
If I feel physically
as if the top of my head were taken off,
I know that is poetry.
These are the only way
I know it.
Is there any other way?
(Emily Dickinson)


Illustration: Odilon Redon

Poème pour Le cahier des poésies d’Asphodèle

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Le dernier chagrin s’est tu (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Le dernier chagrin s’est tu —
Oubli
Qui nulle perte ne ressent,
Nul espoir ne discerne,
Ultime appauvrissement —
Les plus profonds souvenirs abolis,
Toutes les larmes d’amour sont poussière.

***

The last sorrow silent —
Forgetfulness
That feels no loss,
No hope discerns,
Saddest impoverishment
When deepest memories fade
And all love’s tears are dust.

(Kathleen Raine)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sans goût pour la poussière du monde (Natsumi Sôzeki)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2018



Illustration: Natsumi Sôzeki
    
Sans goût pour la poussière du monde ou le bosquet d’ermite,
J’ai cette chambre vide et propre, qui me connaît en amie.

Au toucher d’un caillou, j’imite ce que pense un nuage;
Devant un prunier en pot, je vois ce que ressent la mousse.

Crins d’une queue-de-cerf, jouxtant la table vermillon;
Mots à têtes de mouches, qu’ombre l’écritoire pourprin.

C’est dans ce calme-là qu’est mon affaire, boire le thé,
Charger les chauds rayons d’éclairer mon labeur poétique.

(Natsumi Sôzeki)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Alain-Louis Cola
Editions: Le bruit du Temps

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un hémisphère dans une chevelure (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



Un hémisphère dans une chevelure

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur de tes cheveux,
y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l’eau d’une source,
et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l’air.

Si tu pouvais savoir tout ce que je vois ! tout ce que je sens ! tout ce que j’entends dans tes cheveux !
Mon âme voyage sur le parfum comme l’âme des autres hommes sur la musique.

Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures ;
ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats,
où l’espace est plus bleu et plus profond, où l’atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.

Dans l’océan de ta chevelure, j’entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques,
d’hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes
découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l’éternelle chaleur.

Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan,
dans la chambre d’un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port,
entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.

Dans l’ardent foyer de ta chevelure, je respire l’odeur du tabac mêlé à l’opium et au sucre ;
dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l’infini de l’azur tropical ; sur les rivages duvetés de ta chevelure
je m’enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l’huile de coco.

Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires.
Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles,
il me semble que je mange des souvenirs.

(Charles Baudelaire)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Se discipliner (Pierre Oster)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2018



 

Illustration
   
Se discipliner jusqu’à ne plus ressentir que de l’amour.
Les êtres qu’on aime font grappe.

(Pierre Oster)

 

Recueil: Paysage du Tout
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :