Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ressusciter’

Homme, c’est ta grandeur (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2019



Homme, c’est ta grandeur : accepte des nuages
Qu’ils ouvragent ta face et cabrent tes chevaux
Et comme eux, toi qui sais, te prêtes aux travaux
Du déluge et du feu sur des pays nouveaux ;
Comme eux l’azur te perce et les vents te ravagent
Et ton déchirement sur la face des âges
Comme eux te ressuscite au royaume des eaux.

(Jean Rousselot)

Illustration: Danielle Decollonge

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fleur L’étoile Le caillou (François David)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2019



Ne respire pas la fleur
Pose-la sur tes yeux
sens ses pétales de velours
Murmurer la plainte apaisée
De sa peau vive sur tes cils.

Ne regarde pas l’étoile
En ta poitrine ressuscite
Le suc fragile du souvenir
Au triste et lent givre des soirs
La rousseur de sa flamme
N’oublie pas.

Ne marche pas sur le caillou
saisis-le
Et sur ta paume pressée devine
La secrète douleur de la mer
Lorsqu’il aura creusé sa vague.

(François David)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A peine rencontrés, il fallut nous quitter (Liu Yong)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2019



A peine rencontrés, il fallut nous quitter
Et ne pensais pas
Jamais revoir son visage.
Mais l’autre jour
Par hasard, dans un banquet je l’ai retrouvée.
Tandis que nous buvions,
Elle trouva le loisir
De soupirer, les sourcils tout froncés,
Ressuscitant une foule de chagrins anciens.

Les yeux pleins de larmes,
Penchée vers moi,
Elle murmura toutes sortes de reproches :
« Les sentiments qui agitaient ton coeur,
Je ne pouvais les deviner.»
J’aimerais croire qu’il est vrai
Qu’à aucun autre tu n’es liée.
Si je pouvais faire taire mes folles pensées,
Avec toi je vivrais pour l’éternité.

(Liu Yong)


Illustration: Francine Van Hove

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il avait ressuscité l’homme (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2019



 

Otto Dix

Il avait ressuscité l’homme. Il marchait à sa droite.
La parole de l’homme était trop haute et trop basse, avec de larges paliers de silence.
Alors il marcha à sa gauche. Et vit que la joue gauche de l’homme était couleur de terre.
Il se dit : il était temps. Encore un peu et la terre eût plaqué sur tout le corps sa teinte.
Il ne faut pas laisser le temps à la terre. Cet homme va toujours traîner un peu de mort sur lui…

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Otto Dix

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Est maintenant (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2018



Illustration    
    
est maintenant comme si
je ne vous avais jamais connues
jeunes filles insignifiantes
qui remettraient en croix Jésus
c’est comme si jamais
je n’avais touché vos lèvres
au point d’en avoir envie
de vous prendre toute, toutes.
Je vous regarde avec la stupeur
d’un qui serait mort et
ressusciterait parmi vous,
non pour vous.
Mon désir arde en moi
mais n’a plus d’avenir
et vous me regardez en riant
comme il y a longtemps
mais ce n’est plus le même rire
mais ce n’est plus le même temps.

(Georges Perros)

 

Recueil: J’habite près de mon SILENCE et 27 autres poèmes
Traduction:
Editions: Finitude

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a des profondeurs (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Il y a des profondeurs qui mentent
et des légèretés qui ressuscitent.

(Christian Bobin)

 

Recueil: Carnet du soleil
Traduction:
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Que dit ton souffle, vent de nuit? (Fiodor Tiouttchev)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2018



Illustration: Oskar Kokoschka  
    
Que dit ton souffle, vent de nuit?
Que veut ta rage intempestive?
Ta voix étrange me poursuit,
Sonore ou sourdement plaintive.
Tu parles, dans ta langue à toi,
D’une souffrance sans paroles
Qui creuse et fait jaillir parfois
De l’âme des tempêtes folles.

Ne chante pas les chants enfouis
Du vieux chaos, de l’origine !
L’être de l’âme dans la nuit
Les sent si proches, les devine!
Il brûle, il cherche à fuir le corps,
Il veut se fondre au sans-limite…
Laisse étouffer ce feu qui dort,
C’est le chaos qu’il ressuscite!…

(Fiodor Tiouttchev)

 

Recueil: Le soleil d’Alexandre Le Cercle de Pouchkine
Traduction: André Markowicz
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Réalité (Frédéric Kiesel)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2018



– Je suis un homme positif, me dit mon compagnon de voyage.
Je ne rêve pas. Je ne m’intéresse qu’au réel, les mathématiques, la chimie.
Désignant le revêtement de la banquette, il continue :
– Ceci est du plastique. Il vient du pétrole. Il a une formule chimique.

Il fait chaud. Le bruit régulier du chemin de fer m’a-t-il endormi ?
Je touche l’aluminium de la poignée de porte, il devient une multitude de cristaux étincelants
géométriquement emboîtés les uns dans les autres.
Je ne m’étonne pas.
La vitre effleurée se transforme en sable brillant d’éclats de silex,
tout le compartiment est traversé par le désert, les yeux me piquent : le vent se lève,
il apporte le galop bizarre des chameaux, les cris des Bédouins.
Je m’accroche à la banquette, un instant elle est poisseuse de pétrole
qui se métamorphose en une forêt vieille de millénaires, qui ressuscite,
sent le feuillage sous le soleil,
grandit, grandit, remplit le désert où les Bédouins se sont évanouis.
– Nous sommes arrivés me dit mon compagnon de voyage.
Il ne sait pas que j’ai vu la réalité.

(Frédéric Kiesel)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TRAGIQUE DU TEMPS (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2018




TRAGIQUE DU TEMPS

La porte si forte des prisons
le vent passe dessous quand même
parfois aussi un pâle soleil
en un vieux temps nuance les plis
d’une robe de bourreau.
Dans un bourg de vacances
commence à jouer une harmonie
tandis qu’ayant posé sa houe
assis un journalier contemple
les exécutants pacifiques
voués au massacre
dans l’année
disant croire à leurs âmes éternelles
à leurs corps ressuscitant.

(Jean Follain)

Illustration: Maurice Denis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les jours passent (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2018



Illustration: Edvard Munch
    
Les jours passent
pour s’établir
dans l’aujourd’hui

Chaque matin
je ressuscite
d’une mort passagère

Réinventant
la fiction de mon existence

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour Poèmes choisis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :